"Une saison plutôt positive"

Capitaine de l'équipe de Coupe Davis et entraîneur des joueurs de la Fédération Monégasque de Tennis, Guillaume Couillard est souvent en déplacement pour suivre ses joueurs. Mais trouve toujours le temps pour évoquer la saison de ses poulains.

Ancien joueur de la FMT, dont il est désormais l'entraîneur national, Guillaume Couillard porte un soin particuier à l'évolution de ses joueurs. Et tous ont performé cette année. 

Quel est le regard que vous portez sur la saison de vos joueurs ?

C'est une saison plutôt positive dans l'ensemble. Il y a juste un point négatif qui est commun à tout le monde, c'est la relégation en Coupe Davis. Après, ils ont tous progressé au classement, que ce soit à l'ATP ou au niveau français, il y a eu un bon tournoi ici à Monte-Carlo en double, des médailles aux Jeux des Petits Etats, donc ça reste positif. Le petit grain de sable qui gâche un peu la fête, ça reste quand même la Coupe Davis, mais ça faisait quelques années que ça devenait difficile.

Vous jouiez le maintien depuis 3 ans et l'obteniez chaque année après une rude bataille…

C'est une division compliquée, de plus en plus forte et nous, en tant que petit pays, ça devenait difficile de rivaliser, mais on le faisait, même si on savait que ça pouvait arriver. Mais on sait surtout qu'on n'a pas envie de rester dans cette situation et on veut vite rebondir.

Vous passez du groupe II Euro-Afrique au groupe III. Comment ça va se passer ?

On jouera début avril. Il y a seize pays dans cette division et nous serons divisés en deux groupes. Huit équipes iront au Monténégro et huit autres iront en Bulgarie (dont Monaco avec la Macédoine, Chypre, l'Islande, Andorre, l'Albanie et Saint-Marin). Ça se jouera sur une semaine. Il y aura deux groupes de 4 et les premiers s'affronteront pour qu'il y ait une équipe de chaque groupe de 8 qui remonte dans la division supérieure. Ce qui fait qu'on aura 5 rencontres à disputer avec chaque jour deux simples et un double en deux sets gagnant pour réussir à remonter. Ce sera très fatiguant, physiquement et nerveusement. On est déjà descendu deux fois et à chaque fois on est remonté aussitôt dans le groupe II. C'est à nouveau l'objectif.

En dehors de la Coupe Davis, il n'y a donc que du positif cette année ?

Ils ont tous progressé au classement français et aussi au niveau ATP, donc c'est une première satisfaction pour moi. Ensuite, ils continuent à tous bien s'entendre, à s'entraider, se comporter comme une équipe, ce qui est super important pour moi. On a un vrai fonctionnement collectif et j'ai besoin qu'ils s'entendent bien, que chaque joueur soit content que son copain progresse parce que ça crée une bonne émulation entre eux. Plus ils jouent bien, plus l'équipe de Coupe Davis sera forte.

Le Masters a bien marché en double alors qu'en simple le bilan est plus mitigé avec des échecs au premier tour ?

Tout à fait. En simple, on a Hugo qui est passé à côté de son match, même s'il perd en trois sets contre un joueur qui est top 50 aujourd'hui (Sugita), en faisant vraiment un mauvais match. Lucas n'a pas eu de chance en prenant Mannarino d'entrée, qui est top 30 et a réalisé la meilleure saison de sa carrière cette année. D'autant qu'il a un jeu parfait pour que Mannarino s'épanouisse. Et Florent a joué Garcia-Lopez en faisant son match. Mais son adversaire était au-dessus, ce qui donne 3 défaites au premier tour en simple. Et en double on va en demi-finale.

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Un petit nouveau

Un jeune joueur est venu garnir les rangs de la Fédération Monégasque de Tennis. Né en 1998, Amaury Delmas découvre le circuit pro cette année et a d'ailleurs marqué ses premiers points ATP. "L'idée est qu'il découvre un peu, qu'il apprenne. Il est résident monégasque et s'entraîne avec nous et on espère qu'il aura le niveau pour jouer avec nous en Coupe Davis", confie Guillaume Couillard. "Il est issu d'une famille de rugbymen, avec un profil assez puissant, un physique costaud, un joueur de terre qui aime bien la bagarre", détaille le coach. "Il a besoin d'apprendre le métier mais on fonde beaucoup d'espoirs sur lui."