L'heure de l'ocre a sonné

Tomas Berdych, "Raikkonen est le vrai Iceman"

Souvent vu comme un joueur froid lors de ses premières années sur le circuit, le Tchèque Tomas Berdych (32 ans) a fait changer la façon dont les gens le percevaient. Tout en restant un compétiteur de premier ordre.

Grand, blond, les yeux bleus, un air froid lorsqu'il est concentré, un visage qui change dès qu'il sourit. L'ex-numéro 4 mondial, actuellement 17e, est aussi un fan de hockey sur glace .

Comment définiriez-vous votre personnalité ?

Wahou, question difficile qu’on me pose de temps en temps. En général, je préfère que les gens qui me connaissent le mieux s'expriment à ce sujet car je crois que selon les personnes, différents traits de ma personnalité peuvent surgir. Mais de manière générale, je dirais que je suis quelqu’un d'humble. J'essaie de toute façon d'être toujours égal à moi-même et cela depuis toujours. C’est l’éducation que j’ai reçue de mes parents et je fais en sorte de maintenir cette ligne quoi qu’il advienne.

Quelle différence y-a-t-il entre le Tomas Berdych des courts et celui de la vie "civile" ?

Une différence énorme ! Le Tomas des courts est dans sa bulle, refermé sur lui-même et très concentré sur son objectif, ce qui n'est pas le cas dans la vie de tous les jours, où je suis beaucoup plus ouvert aux gens autour de moi. Je crois que c'est un peu la même chose pour tous les joueurs de tennis, on est tous dans notre monde avec notre entourage et on n'en sort pas beaucoup les semaines de tournois. C'est pour cela que c'était chouette de vivre le tennis différemment lors de la Laver Cup (opposition Europe - USA, 22-24 septembre 2017), d'être autour du terrain avec les meilleurs, il y avait vraiment une atmosphère chouette et relâchée et c'est intéressant la façon dont vous pouvez voir ces grands joueurs sous un autre œil.

Vous étiez surnommé "Iceman" à une époque, en référence à Val Kilmer dans Top Gun, qu'est-ce que cela vous inspirait ?

(Rires) Oui c’est vrai on m’a dit cela quelques fois par le passé. Je crois que c'est parce que je ne montre pas trop mes émotions sur le terrain mais pour moi, Kimi Räikkönen (pilote F1 Ferrari) est le vrai Iceman (rires). J’ai vu quelques vidéos de lui et je crois que j’en suis encore loin (rires). 

Les réseaux sociaux ont-ils été un élément moteur ou déclencheur de votre changement d'image ? 

C'est exactement ce que je disais auparavant, les gens avaient l'habitude de me voir uniquement sur le terrain, et une fois sur le court, vous êtes concentré, dans votre match et il n'y a pas de place pour autre chose, du moins pour moi. Il y a d'autres joueurs qui se relâchent un peu ou aiment montrer leurs émotions, mais pas moi. Je crois que les réseaux sociaux sont un outil intéressant pour montrer quelque chose de différent, voir qu’on a une vie différente et normale en dehors.

Vous êtes fan de hockey sur glace, qu'est-ce qui vous plaît dans ce sport ? Vous y jouez ? Vous aimeriez ?

Oui, le hockey est un sport national que j’apprécie beaucoup et j'y joue, mais très rarement. Il y a une tradition parmi les joueurs tchèques d’organiser un match de hockey chaque hiver car avant, quand on ne pouvait pas jouer au tennis en hiver, les tennismen jouaient au hockey pendant les mois très froids et au tennis l’été. Certains ont été d'excellents joueurs de hockey. Je fais partie d’une génération plus jeune, qui avait de bonnes conditions pour le tennis en hiver donc j’y ai moins joué et c’est peut-être mieux comme ça.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :