Murray, deux petits tours et puis s'en va

Déjà embêté par Gilles Muller lors de son entrée en lice, Andy Murray a subi les foudres de d'Albert Ramos-Vinolas lors du match qui a ouvert la journée sur le central. Sorti en trois sets par le 24e mondial (6-2 / 2-6 / 5-7), le Britannique s'arrête dès les huitièmes de finale.

Pour ouvrir cette journée des huitièmes de final, le court Rainier-III accueillait le numéro un mondial, Andy Murray. Face à lui, un spécialiste de la terre battue avec l'Espagnol Albert Ramos-Vinolas, 24e à l'ATP. 

Une opposition de styles pour un match qui aura donné de belles séquences de jeu, d'un côté comme de l'autre. Mais face à un adversaire rompu à l'ocre, la tête de série numéro un a craqué au fil des jeux pour finalement voir l'Espagnol s'imposer au bout d'un combat de plus de 2 h 30 (6-2 / 2-6 / 5-7).

Tout avait pourtant bien commencé

La première manche a été assez particulière. Particulière dans le sens où les breaks se sont succédés, les deux hommes ne parvenant presque jamais à remporter leurs mises en jeu respectives. Murray ouvrait bien la marque sur son service et obtenait le break dans la foulée. Mais ce sont ensuite 5 breaks qui s'enchaînaient. 

Mc Masters 2017 0419 Murray Muller Erika Tanaka 3

A 4-2, le Britannique le confirmait enfin dans le 7e jeu, plaçant notamment 2 aces pour se rassurer et concluait sur un coup droit claqué depuis le fond de court. De quoi montrer les muscles face à un adversaire loin de se laisser faire. La partie était très agréable, le jeu développé très beau et il ne lui fallait qu'une balle de set pour empocher la première manche (6-2).

Le show Ramos

Il n'en fallait pas moins pour que l'Espagnol ne se décide à réhausser son niveau de jeu. En dehors de deux jeux de service, sur lesquels Andy Murray a montré qu'il pouvait reprendre le dessus s'il le souhaitait, du moins c'est l'impression qui en découlait, c'est bien Albert Ramos-Vinolas qui a fait forte impression.

Mc Masters 2017 0419 Murray Muller Erika Tanaka 4

Avec une très grosse longueur de balle et un coup droit dévastateur, mais aussi une grande précision sur ses frappes, notamment dans les angles des rectangles de service, le 24e mondial a mis à mal la défense du Britannique. Ce dernier, montrant pas mal de signes de nervosité sur le court, n'arrivait pas à trouver la solution et commettait plusieurs fautes, de quoi laisser son adversaire s'échapper vers le gain de la deuxième manche (6-2).

Par ici la sortie

Difficile de comprendre la physionomie de cette troisième manche. Et surtout son issue, si l'on y regarde de plus près. Car Andy Murray a mené jusqu'à 4 jeux à 0 face à Ramos-Vinolas dans le 3e set. Très bien parti pour plier cet ultime et valider son billet pour le tour suivant, le Britannique s'est effondré.

Revenu à 4 partout en inscrivant lui aussi 4 jeux consécutifs, l'Espagnol était revigoré tandis que Murray doutait. Des doutes visibles à l'œil nu tant il est expressif sur le court. Sans doute un peu à court de compétition après ses 5 semaines d'arrêt dues à un coude meurtri, il a surtout laissé son adversaire le breaker à 5-5 pour s'adjuger la partie sur sa mise en jeu (7-5). Une victoire qui permet à l'Espagnol d'aller pointer le bout de sa raquette en quart de finale où il rencontrera Marin Cilic, tombeur dans le même temps de Thomas Berdych.  

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos