Lucas Catarina,la jeunesse qui monte

Petit dernier arrivé dans l'équipe de Coupe Davis de Monaco, Lucas Catarina, soutenu par la Fondation Cédric et Christophe Flaujac, est un espoir du tennis monégasque. Pourtant, ce n'est pas forcément vers la petite balle jaune qu'il se destinait au départ. Rencontre.

Vingt ans ou presque (il les a en août), Lucas Catarina incarne l'avenir du tennis monégasque. Le jeune homme a d'ailleurs connu sa première sélection avec l'équipe de coupe Davis cette année, face à la Lettonie (il était forfait pour le match face à l'Égypte). Une fierté pour le garçon, même si son ressenti sur ses débuts dans cette épreuve reste mitigé. "Ma première sélection est un de mes plus beaux souvenirs de tennis, avec le moment des hymnes notamment. Mais ce match était dur parce que c'était le 5e, nous avions déjà perdu, donc c'était compliqué." 

Pas de quoi cependant démotiver le bonhomme qui est bien décidé à percer dans le milieu et porter haut les couleurs de Monaco. D'autant que si le sport l'a vite accueilli, ce n'est pas réellement vers le tennis que Lucas avait prévu de se tourner.

Au commencement, il y avait le football

Car dans la famille Catarina, c'est bel et bien sur un rectangle vert que les prouesses sportives ont eu lieu. "Mon père et son frère ont joué en 2e division et leur père en National. Comme ils ont tous été des joueurs de foot, j'ai moi aussi commencé par ça, même si je faisais aussi du tennis." Au départ, l'idée était donc de suivre les traces familiales pour un jour, pourquoi pas, porter le maillot à la diagonale. 

"Le tennis, au départ, c'était pour s'amuser", confie Lucas, qui va finalement opter définitivement pour le sport de Novak Djokovic à l'adolescence. "Je ne sais pas trop pourquoi, ça c'est fait comme ça." Et même s'il ne joue plus au football aujourd'hui que par moments, il en reste cependant un amoureux. "On essaie de se faire au moins un match par an avec tout le groupe de coupe Davis et on parie régulièrement entre nous", précise celui pour qui l'AS Monaco est son club de cœur. 

Du ballon à la raquette

C'est donc vers l'âge de 14 ans que le tennis devient l'unique sport pratiqué par Lucas. Mais ce n'est pas encore un futur mode de vie pour autant. Tout est venu au fil du temps, que ce soit l'envie de s'y mettre un peu plus sérieusement ou le désir d'en faire son métier. C'est ainsi qu'après l'obtention de son bac, Lucas décide de se consacrer pleinement à sa carrière. Car s'il n'était pas, de son propre aveu, au niveau des meilleurs dans ses jeunes années, il a rattrapé ce retard pour marquer ses premiers points ATP la saison dernière et ainsi gagner ses galons pour intégrer le groupe de coupe Davis pour la compétition. "Je m'entraîne avec eux depuis 3 ans. J'ai toujours été le plus jeune et avec moi ils ont toujours été supers. Ils ont toujours eu de la gentillesse envers moi. Tout s'est fait naturellement, c'est vraiment un super groupe." 

Un groupe qui lui permet d'évoluer donc, d'autant que le jeune homme a de l'ambition et veut réaliser ses rêves. "J'aimerais intégrer le top 100 à long terme et représenter Monaco dans les plus grands tournois (Grands Chelems) mais aussi aux Jeux Olympiques, c'est un de mes plus grands objectifs. J'aimerais aussi rejouer le tournoi ici et faire quelque chose, à l'image de Benjamin (Balleret) qui avait passé deux tours dans le tableau final. C'est un de mes rêves." Des rêves plein l'esprit, mais la tête sur les épaules, il a en tout cas tout l'avenir devant lui pour les faire devenir réalité. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos