Les petits au centre du monde

La balle jaune a visé l'or

Malgré une petite baisse de régime pour Benjamin Balleret, la délégation tennistique de Monaco s'est bien défendue.

La période était chargée. La fatigue s'est un peu fait ressentir. Les tennismen de la Principauté, ont disputé plus de dix matches en une semaine. 

En effet, l'édition 2013 des JPEE était bordée par les championnats de France par équipe. Pour Benjamin Balleret, Guillaume Couillard et Thomas Oger, il ne fallait rien lâcher et surtout, soutenir la pression. 

Balleret sorti d'entrée

Un rythme visiblement difficile à tenir pour Benjamin Balleret, en qui l'équipe avait placé ses espoirs pour le simple. Le Monégasque s'est fait sortir dès son premier match par le Luxembourgeois Mike Scheidweiler (6-3, 3-6, 1-6). 

C'était "la petite déception" de cette édition,  déclarait l'entraîneur Christophe Boggetti. "C'est toujours pareil, on veut rapporter un maximum de médailles et quand le premier jour on commence à perdre des matches, on peut perdre un petit peu de confiance. Et on ne sait jamais si la suite sera une catastrophe ou si elle va tourner en notre faveur."

Le bronze en mixte

Le même jour, Balleret se prenait un revers en demi-finale du double mixte avec Louise-Alice Gambarini, par le duo maltais (3-6, 6-3, 10-5). Bien que le revers eût été de bronze (tout de même), pour la tenniswoman du Rocher, les récompenses allaient aussi s'arrêter là. 

Trois fois médaillée de bronze aux JPEE (deux fois en double dames, une fois en double mixte) lors des trois éditions auxquelles elle avait participé, elle s'est fait éliminer en quart de finale par la Luxembourgeoise Tiffany Cornelius (6-3, 6-4). 

Malgré un emploi du temps chargé, pour l'étudiante de 20 ans il était important de "tout donner et de représenter son pays". "Je suis en fac de droit à Nice. J'ai eu des examens jusqu'au 14 mai et on est partis pour le Luxembourg le 26. Autant dire que je n'ai pas beaucoup touché ma raquette. Depuis le mois d'août dernier, j'avais joué deux fois avant ce match."

Oger-Couillard, le duo gagnant

Finalement, la suite n'était pas si mauvaise. Elle était même réjouissante avec un double hommes au top de sa forme. Guillaume Couillard et Thomas Oger ont remporté la finale contre le Luxembourg en deux sets (4-6, 6-7). Les deux joueurs se sont retrouvés avec de l'or autour du cou. 

Mais Oger était gourmand et en désirait davantage. Défi ardu mais réussi, contre un jeune Chypriote au jeu solide et au tempérament de feu. Petros Chrysochos est entré en piste les dents longues, prêt à batailler pendant trois manches. 

"C'est sûr que si j'avais été tout seul, je pense que j'aurais pu lâcher très vite", déclarait Thomas Oger après avoir remporté le match (4-6, 6-3, 6-3). Le double médaillé d'or a été largement soutenu par les supporters rouge et blanc venus en masse. 

Le joueur, remonté comme une pendule, a puisé dans ses forces mentales et physiques. "Thomas a un jeu un peu atypique avec beaucoup de services-volées, des liftés et des chipés. Cette différence de rythme est bien difficile à tenir pour l'adversaire", concluait le coach Boggetti.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos