L'heure de l'envol

Lucas Catarina vient de connaître la meilleure saison de sa jeune carrière. Premiers tournois remportés, classement ATP intéressant, des progrès dans son jeu, autant de points positifs que le jeune homme peut retenir de son année 2017.

"L'avenir nous dira si 2017 aura été ou non l'année du déclic pour Lucas." Si Guillaume Couillard, son entraîneur, reste mesuré quant à la lecture de cette saison qui vient de s'écouler, force est de constater que les résultats sont là. Le coach est d'ailleurs le premier à reconnaître les progrès effectués par son poulain, notamment d'un point de vue du jeu, où le jeune homme semble avoir franchi un pallier.

 "J'ai l'impression qu'il s'est libéré et qu'il a un peu plus lâché les chevaux. Il a accepté d'y aller, de frapper plus fort, d'être plus agressif. Et dès que cela est arrivé, les résultats sont venus aussi." Ce déclic a eu lieu en juin. "C'est à cette période là qu'il a accepté de faire certaines choses tennistiquement que l'on travaillait depuis un moment. Mais ça ne veut pas dire que c'est fait. C'est une remise en question permanente, des efforts à faire chaque jour."

 Sérieux, le jeune homme avance étape par étape, quitte à parfois prendre un peu plus de temps que ce qui était espéré. Mais le résultat est désormais là. Avec une 400e place à l'ATP, son meilleur classement à ce jour, l'année 2017 a été particulièrement bonne et pourrait bien être fondatrice pour la suite.

Et vint le déclic

L'idée de remise en question permanente caractérise bien la saison écoulée pour le jeune homme. Car, si les choses se sont bien passées à partir de juin, le début d'année a été laborieux pour le Monégasque. "Je savais que je pouvais bien jouer, mais j'ai eu quelques soucis d'ordre privé. Je ne me sentais pas super bien dans mon tennis et j'ai un peu traîné", confie Lucas, qui sentait également que son entourage se faisait du souci pour lui. 

Décrit comme rigoureux et très pro par son coach, le petit dernier à avoir intégré le groupe de Coupe Davis n'a pas lâché. Après une semaine à Saint-Marin, où il a participé pour la première fois aux Jeux des Petits Etats (bronze en simple), "mais je n'ai pas forcément très bien joué non plus", un résultat est venu relancer la machine Catarina. "Je suis parti au Zimbabwe où j'ai remporté mon premier tournoi et ça m'a libéré."

Objectif top 600

Plus en confiance, Lucas a ainsi continué sa tournée qui l'a mené au Portugal, en Grèce, ou encore en Allemagne, notamment. "L'objectif en début de saison était d'intégrer le top 600. On avait défini ça par rapport à ma dernière année qui n'avait pas été très bonne, où j'avais souvent été blessé, donc j'étais redescendu par rapport à 2015."

 Et l'objectif fixé a été largement atteint avec son entrée à la 400e place. De quoi lui ouvrir des portes lors de cette deuxième partie de saison. "Mon classement commence à être intéressant, donc ça peut me permettre de m'ouvrir des portes dans les tournois, comme dans ma vie. Donc cette année est importante." S'il aimerait un jour intégrer le top 100 et représenter Monaco aux Jeux Olympiques, 

Lucas Catarina sait que tout passera par une chose, le travail. "Mon jeu et ma mentalité ont progressé, je suis content de ça, mais je ne suis pas pour autant satisfait car j'en veux encore plus. En tennis, il faut toujours être bon et régulier pour aller au plus haut niveau. Je vais relâcher une semaine ou deux à l'issue de la saison et ensuite, je me remettrai au boulot pour l'année prochaine."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :