Double ascension

L'année d'Hugo Nys peut se lire de deux manières différentes. Positive, si l'on se fixe sur ses performances en double et son niveau de jeu. Et négative si l'on ne regarde que son classement en simple. Mais le sentiment qui l'emporte est celui d'une année accomplie.

Les chiffres sont parfois trompeurs. Un classement ATP peut s'avérer révélateur, mais aussi induire en erreur. Car si l'on se pose un instant sur le ranking en simple d'Hugo Nys, sa chute à la 638e place mondiale a de quoi inciter au pessimisme. Mais il suffit d'aller jeter un œil à l'équivalent en double pour avoir une meilleure lecture de la saison du Savoyard. Avec sa 91e place, il fait désormais partie du Top 100. 

"Ayant joué beaucoup de tournois en double après notre belle performance à Monaco, il y a plusieurs compétitions de simple auxquelles je n'ai pas pu prendre part", note le membre de la Fédération Monégasque de Tennis. Et un tournoi où l'on ne joue pas ne permet pas de défendre ses points ATP. Ce qui explique sa dégringolade au ranking simple.

Mais pas de quoi inquiéter le jeune homme de 26 ans. "Il faut essayer de se détacher un max du classement. On juge beaucoup par rapport à ça, mais je me rends compte sur le terrain que je joue très bien. Ça m'a un peu affecté mais je m'en fiche maintenant parce que quand je bats des mecs mieux classés, je me rends compte que j'ai le niveau pour accéder à des gros tournois."

Un niveau de jeu en hausse

Et c'est justement l'un des points qui compte pour Hugo. Tout au long de l'année, son niveau sur le terrain a été de très bonne facture. Et comme l'explique Guillaume Couillard, cela dès le début de saison. "Il a très bien démarré l'année. Il a fait beaucoup de Challengers où il a joué énormément de bons joueurs et s'est souvent qualifié dans le tableau final."

De quoi lui donner l'opportunité d'écarter de sa route une vingtaine de tennismen classés entre la 100e et la 300e place. "Son niveau de jeu en simple était excellent, mais comme le double est arrivé, il a mis l'accent dessus, ce qui explique que son classement en simple ait baissé." Problème de ces Challengers, les points ATP sont absents lors des qualifications.

Cependant, l'important est ailleurs pour Hugo. "Mon niveau a vraiment augmenté. Ce qui ne se traduit pas sur le classement simple pour le moment. Mais je suis sur une pente ascendante et je pense que si je m'accroche, ça va payer et en double ça devrait marcher aussi."

L'envol à deux

Malgré une saison en simple mitigée, Hugo dresse tout de même un bilan positif de son année 2017. "Je pense pouvoir dire que j'ai fait une très belle saison parce que j'ai pu participer à de grands tournois, comme le Masters de Monte-Carlo, Wimbledon, où je suis allé jusqu'en 1/8e de finale, Roland-Garros. J'ai aussi pris part à des gros tournois ATP comme Newport, Anvers ou Metz, ce qui ne m'arrivait pas avant et c'est grâce au double."

Et le plus beau dans cette histoire, c'est que tout est parti de la semaine monégasque. "Ça a été un joli coup de pouce parce que j'ai toujours été assez bon en double, aux alentours de la 200e place, mais ça ne vaut pas grand chose. Mais la demi-finale, avec mon pote Romain, devant nos entraîneurs, la Fédé, c'était fabuleux, c'était un rêve. Et ça m'a donné aussi beaucoup de fierté de pouvoir rendre un peu de bonheur à la FMT et à nos entraîneurs." Une bonne année en somme.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :