Quand Monaco est au volant

En novembre, Monaco Badminton a accueilli son tout premier championnat régional, organisé avec la Ligue PACA. Sept ans après sa création, le club monégasque continue de gravir les échelons.

Le hasard de la vie, des opportunités et aussi du calendrier peut parfois bien faire les choses. Alors que Monaco Badminton se destinait à mettre en place son deuxième tournoi, de double cette fois, le 11 novembre dernier c'est finalement un championnat régional de la Ligue Paca qui a fait vibrer les terrains de l'Espace Saint-Antoine. Une formidable vitrine pour le club de la Principauté puisque celui-ci réunit chaque année les meilleurs badistes de la région, des catégories D (départemental) à N (national), l'antichambre de l'élite. 

"Nous avions proposé ce créneau à la ligue. Mais ce week-end-là aurait été refusé, en raison du championnat régional senior. Par contre, ils nous ont proposé d'être candidat à l'organisation de cette compétition. Et nous avons volontiers accepté car cela nous permettait de nous roder et de voir comment l'on arrivait à gérer une grosse manifestation, notamment en vue peut-être d'organiser un Tournoi des Petits États d’Europe (voir p. 45)”, explique Yoann Aubert, le secrétaire général du club, en charge de l'organisation. 

Test à grande échelle

Sur les dix terrains, les matches se succèdent au rythme des volants qui sifflent, des chaussures qui crissent et des appels de la table de marque où Nora, Lelia, Audrey ou Hervé officient. "Match n°63, terrain n°5", annonce ce dernier, tandis que des applaudissements se font entendre. Avec 166 badistes venus de 26 clubs des quatre coins de la région, et plus de 350 matches d'une durée d'environ 35 à 40 minutes, toutes catégories confondues, la logistique de ces deux jours de compétition est réglée comme du papier à musique.

Csm32 Badminton Erika Tanaka 14

 "A la différence du tournoi d'A Roca où l'on a que du mixte sur une journée, ce championnat regroupe aussi bien du simple et des doubles, hommes & dames, plus le mixte", explique Yoann. "Cela demande beaucoup plus de gestion des matches, parce qu’au-delà du nombre de joueurs, s’ajoutent l'organisation des différentes poules et des types de tableau". Preuve en est d'ailleurs le festival de couleurs de l'échéancier du tournoi devant lequel ne cessent de défiler les joueurs.

Promouvoir le tournoi d'A Roca

"Cela nous a fait venir des badistes de différents horizons qui ne seraient certainement pas venus si ça avait été un simple tournoi, sans connaître la salle, ni le type d'organisation. C'était un moyen promotionnel, dans l'optique de nos deux tournois, celui d'A Roca et le futur en double", confirme Sylvie Bertrand, la présidente de Monaco Badminton. 

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos
Photo_thumb_obligatoire_-_monegasques_

A la ville comme au Bad

Marie Balard et David Giard ont rejoint les rangs du club il y a trois ans. Si ce couple de passionnés est habituellement adepte du double mixte, notamment au sein de la Départementale 1, c’est chacun de leur côté qu'ils ont abordé cette échéance régionale. "Cette année, nous nous sommes plus axés sur les doubles hommes et dames car nous avons tous les deux des chances de passer Régionale 6 (niveau au-dessus). Du coup, nous avons privilégié cet objectif-là", explique le duo, à l'accent chantant et au débit rapide. Malheureusement, une mauvaise sinusite contraindra Marie au forfait. "Honnêtement, c'est l'une des plus belles salles où l'on peut jouer. C’est rageant de ne pas pouvoir faire ce championnat à domicile" peste la jeune femme. Pour David et son binôme antibois, c'est aux portes des finales que l'aventure s'est arrêtée face à la tête de série numéro deux, avec un bilan positif. "C'était notre deuxième compétition ensemble. Cela nous permet d'engranger pas mal de points, sans compter que nous avons encore peaufiné quelques réglages pour le futur, et notamment le tournoi d'A Roca". Rendez-vous est pris le 24 mars prochain !