Tournoi d'A Roca, 5e !

La compétition de doubles mixtes de Monaco badminton a fêté  le 24 mars dernier son cinquième anniversaire. Parmi eux, sept paires monégasques qui ont montré de belles choses. De bon augure pour ce club toujours plus ambitieux.

A notre arrivée, ça bouchonnait à l’entrée de l’Espace Saint-Antoine. Une dizaine de personnes, agglutinées derrière les portes en métal, téléphones à la main, étaient en pleine séance photo. Au vu de la circulation difficile, qui a d'ailleurs mis nombre de joueurs en retard, on aurait pu croire que le président chinois, attendu le lendemain en visite officielle, était en avance. Mais la star du jour ce samedi-là, c'était un jeune badiste de Saint-Tropez, posant devant l’affiche du tournoi d'A Roca dont il est l'un des héros.

Man 9354

Cette année, le traditionnel double mixte de la Principauté avait une saveur particulière, puisqu'il s'agissait de sa cinquième édition. Un anniversaire symbolique pour les organisateurs qui avaient mis les petits plats dans les grands. A commencer par le gymnase, qu’ils avaient paré de ses habits de fête. Affichage, plantes vertes, sans oublier la table de marque qui trônait en plein milieu de la salle… le tournoi en a parcouru du chemin depuis 2015. "Lorsqu'on a fait le premier d'A Roca, on ne savait pas comment organiser une compétition. On s'était basé sur l'expérience de quelques bénévoles qui avaient fait un ou deux tournois dans le département. On est partis un peu à l'aventure. Ça s'est bien passé dès la première édition. On y a pris goût, et chaque année on essaie de l'améliorer. Et la fidélité du juge arbitre est importante car il nous donne des conseils", souligne Sylvie Bertrand, la présidente du club.

Une trentaine de paires

Sur les terrains, les matches s’enchaînent. Les instructions et encouragements fusent, les semelles crissent, les volants déchirent l’air. Cette année, ils sont une trentaine de paires à avoir répondu à l'appel de Monaco Badminton. Une "petite" édition puisque, depuis sa création en 2015, le tournoi attire généralement plus d’une centaine de badistes des quatre coins de la région. Il faut dire que le cadre est idéal. Avec quatorze terrains et une salle dont la hauteur de plafond est de loin supérieure à celle de ses concurrents, la Principauté a de quoi séduire. D’ailleurs, le club a battu des records en novembre, lors d’un tournoi départemental en simple, qui réunissait seniors et juniors. "La formule a beaucoup plu parce que c'était la première fois que des parents pouvaient jouer en même temps que leurs enfants. On a eu plus de 200 compétiteurs, on avait même dû refuser du monde. Je pensais réellement qu'on allait surfer sur ça, car beaucoup de gens ont découvert la salle à cette occasion", regrette la présidente. Contexte social, multiplication des compétitions de double dans les Alpes-Maritimes, difficile pour les organisateurs de trouver une raison. 

Img 1126

Dommage car, pour cet anniversaire symbolique, le club avait décidé de franchir un nouveau cap en ouvrant le tournoi aux séries nationales. Ce sera pour l'année prochaine. Car si la déception est là, tous comptent bien tirer les enseignements de cette journée pour repartir de plus belle et franchir le cap tant espéré. "On est en train de se poser la question si on reste sur du double mixte ou si on passe sur du double, voire sur du simple. Les tournois de double se sont bien développés sur le département au détriment des simples. On a le temps d'y réfléchir", souligne Sylvie Bertrand, pour qui tout n'est pas négatif. 

Car la convivialité et l'esprit de compétition, eux, étaient bel et bien présents sur le terrain. Et certaines rencontres promettaient du beau spectacle. "Il y en a quelques-uns qui ont un beau niveau. Il y a eu de très beaux matches", confirmait plus tard Alain Fabre. Le juge-arbitre du tournoi avait d'ailleurs appliqué une nouvelle formule, avec une répartition des joueurs, non plus en fonction des classements, mais par "Top" : du A, la plus forte, aux D, les moins expérimentés. "C'est une formule qui permet que les rencontres soient relativement homogènes en terme de niveaux, et donc plus intéressantes, mais aussi que les joueurs fassent plus de matches. Au niveau de la fédération, maintenant, tout le monde fait comme ça. Le but est d'aller dans l'intérêt du joueur", souligne le juge-arbitre.

Chypre 2020

S'il y en a qui n'ont pas boudé leur plaisir, ce sont les licenciés du club monégasque, facilement repérables à leurs t-shirts rouges estampillés Monaco Badminton. Seuls trois néophytes, qui profitaient de ce rendez-vous à domicile pour faire leurs premiers pas en compétition, dérogeaient à cette règle. Ils étaient une quinzaine cette année, dont beaucoup de têtes connues, des fidèles de la manifestation que l’on retrouve d'une édition sur l'autre : Julia, Quentin, Lelia, Thien, Arnaud, Lionel… La majorité d'entre eux fait d'ailleurs partie du groupe compétition chapoté par Antony Ganachau, l’entraîneur du club et joueur également. Monaco Badminton a connu une petite révolution cette année puisque son équipe première a rejoint le niveau régional, après quelques saisons en interclubs départemental. Avec plutôt de bons résultats, puisqu'ils approchaient du milieu de tableau à la veille des playoffs (le 6-7 avril à Monaco). "Les joueurs étaient très motivés. Ils ont été réguliers à l'entraînement. Il y a eu une belle progression générale", souligne Antony. 

Img 0502

Et cela se ressentait ce jour-là sur les terrains. Les badistes faisaient front commun, en se coachant et s'encourageant mutuellement. "Là, l'ensemble était vraiment déterminé, ils étaient tous dans un bon état d'esprit. Ils étaient à l'écoute et ça s'est ressenti dans le jeu. Quand on regarde tous les matchs, hormis Lelia et Quentin (dans le Top A) qui étaient sur des parties difficiles, ils ont su répondre présent. Tous les joueurs ont quasiment gagné en deux sets. Il y a toujours des moments où ça pêche un peu, des passages à vide. Et là, ils ont su rapidement se reconcentrer, recréer une tactique et c'est vraiment intéressant pour l'avenir". 

L'avenir, c'est encore un cran au-dessus qu'il devrait se jouer. Car depuis quelques années, le club ambitionne de créer un tournoi international avec les autres "Petits États". "C'est nous qui avions lancé l'idée auprès de Badminton Europe. On avait fait un peu de démarchage auprès des autres petits pays, qui sont tous intéressés. En 2020, nous irons à Chypre. C'est l'objectif. Ce sera notre première participation à une compétition internationale avec, je l'espère, notre équipe qui va continuer à monter. Ensuite, avec les deux autres pays moteurs, Chypre et Malte, notre objectif est clairement défini : c'est de pouvoir, à terme, intégrer le programme des Jeux des Petits États d'Europe", explique la présidente. C'est tout le mal qu'on leur souhaite !

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Le palmarès monégasque

Quentin Blanchet / Lelia Dumoulin (Top A) : 3e
Yann Lemaire / Thien Tran (Top B) : 1er
Arnaud Cotta / Julia Albou (Top C) : 2e
Lionel Marlot / Melahat Zorlu (Top C) : 4e
Nicolas Maremmani / Anna Maria Abid (Top D) : 3e