Une fine équipe qui monte

L'équipe première de Monaco Badminton est montée dans l'antichambre de la division régionale. L'occasion pour nous de revenir en terres badistes.

Les crissements de chaussures sur le sol, suivis du reconnaissable impact du volant sur la raquette nous confirment que nous sommes bien arrivés à bon port. En ce mercredi soir, au gymnase du Lycée Technique et Hôtelier, l'heure est à la concentration. D’un côté, les loisirs, petits et grands, s’entraînent tranquillement à leur rythme. De l'autre, l’équipe première, qui évolue cette année en Départemental 1, s’échauffe, le corps comme l’esprit, avant d'entamer sa 3e journée de championnat. 

Csm27 Badminton Erika Tanaka 31

Lorsque nous les avions quittés en mars l’an dernier, à l'issue du 2e Tournoi d’A Roca, l’équipe d’Hervé Morand s'apprêtait à être sacrée championne de Départemental 2, après une belle saison où ils étaient restés invaincus, et à monter dans la division supérieure. Les deux dernières journées de championnat ne les auront pas fait mentir ! Une grande fierté pour la présidente de Monaco Badminton, Sylvie Bertrand. "Si l'équipe de Départemental 1 continue d'avoir d'excellents résultats, elle risque d'être en Régional", prédit celle qui est également la directrice du stade Louis-II. D'ailleurs à l'image de son équipe première, le club lui aussi ne cesse de prendre de l'ampleur. "L'année dernière, on a dépassé les 150 membres. Cette année, nous sommes en passe de les dépasser une nouvelle fois. Pour un petit club qui n'a pas encore sept ans, ce n'est pas mal !".

Rythme de croisière

Aujourd'hui, avec six créneaux de cours encadrés plus cinq sessions d'entraînements libres, répartis entre le gymnase du Lycée Technique et celui de l'espace Saint-Antoine, le club a trouvé son rythme de croisière. Un rythme où se mêlent pratique et passion du badminton, le tout assaisonné d'une bonne dose de convivialité. "On organise traditionnellement, à différentes périodes de l'année, des petits tournois inter-membres. On fête également Noël, la Chandeleur, Pâques, la fin de l'année…".

Csm27 Badminton Erika Tanaka 8

Mais pas question de s'endormir sur ses lauriers. Le club a élargi ses horizons cette année en participant pour la toute première fois aux centres aérés ainsi qu'au Pass'Sport Culture organisé par la Direction de l’Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports. Des stages devraient également faire leur apparition lors de prochaines vacances scolaires. Une première menée par Anthony Ganachau, l'un des deux entraîneurs du club, en charge des jeunes membres. "Cela nous a amenés pas mal d'inscriptions à la rentrée", souligne la présidente. Un bon point pour le coach, qui y voit une belle opportunité de commencer tôt la formation des futures générations de badistes. "C'est l'objectif de la fédération depuis quatre ans, avec la mise en place du dispositif jeunes, et notamment le Pass'Bad, qui commence à partir de 6-7 ans, afin que le joueur soit formé et qu'à 14-15 ans, il ait un vécu. Alors que quand le jeune commence à cet âge-là, tout l'aspect tactique et technique n'est pas forcément présent et cela prend beaucoup plus de temps”, souligne Anthony. 

Notons par ailleurs que le club espère bien accueillir l'an prochain son premier élève en sport-études, Axel Abensour. "Il est très mordu", souligne la présidente qui a d'ores et déjà intégré le jeune espoir monégasque  au sein de la Départementale 4 "pour qu'il se fasse un peu".

Esprit d’équipe

De retour au Lycée Technique et Hôtelier, nous retrouvons Anthony. A la fois joueur et entraîneur de l'équipe de Départemental 1, il observait ses troupes en binôme avec Cécile Blanchet, la deuxième coach du club. Il faut dire qu’à raison de huit rencontres par journée - simple hommes et dames, double hommes, dames et mixte - avec parfois deux ou trois matches en simultanés, ils n'étaient pas trop de deux pour observer et conseiller. Pendant qu'Anthony partait s'échauffer sur le terrain un peu plus loin, Cécile encourageait Lauren en prise avec une jeune Antiboise motivée. "Lorsque le volant tombe, on est censé le ramasser et le jouer sans attendre. Du coup, il faut apprendre à bien souffler pour bien récupérer. Sur un match à haut niveau, un joueur fait 20 km, avec que des petits déplacements et des accélérations", rappelle la coach. 

Csm27 Badminton Erika Tanaka 19

Ce véritable travail d’équipe reflète bien l'esprit du club mais aussi de la Départemental 1, qui joue ensemble depuis plus d'un an et montre sur les terrains une véritable complicité. "J'ai de la chance", confie Hervé Morand. "On a une équipe qui est dans un état d'esprit très conquérant. Il prennent du plaisir mais ils viennent aussi gagner la compétition". Un état d’esprit qui leur ouvrira des portes, même si leur capitaine ne souhaite pas brûler les étapes. "En Départemental 1, on retrouve des équipes qui ont joué en Régional l'an dernier et qui ont ce niveau. Nous, on monte de l'échelon inférieur, donc nous sommes un peu l'outsider cette année. Notre but, c'est d'essayer d'y figurer le mieux possible et surtout de prendre du plaisir", souligne le capitaine qui, même s'il n'exclut pas une montée, préférerait surtout continuer à acquérir de l'expérience avant d'envisager la division régionale.

Jamais 2 sans 3

Si le capitaine-joueur veille scrupuleusement sur son équipe, il est également le responsable du pôle compétition du club et suit aussi bien les tournois individuels que les deux autres équipes de Monaco Badminton, qui évoluent en Départemental 3 et 4. Un "fédérateur", "un rabatteur de première" comme le nomme affectueusement sa présidente, qui sait motiver les troupes et encourager les plus timides à franchir le cap des compétitions.Mais attention, si la discipline se veut avant tout tournée vers le loisir, pas question pour autant de prendre cela en dilettante. "Nous essayons d'inculquer, dès la Départemental 4, le fait que lorsqu'on s'engage dans une équipe en début d'année, on fait partie d'une équipe", souligne Hervé, qui recommande également à ses badistes de franchir l'étape de la compétition individuelle. "Nous essayons que les joueurs soient présents pour représenter le club hors interclubs. Les compétitions, c'est un point supplémentaire. On représente les couleurs de Monaco mais on se représente aussi soi-même. C'est très important d'avoir les deux. Je pense qu'en général, les gens commencent par l'interclubs pour découvrir ces sensations de stress, l'angoisse des premières compétitions. Et les faire passer par cette étape leur donnent souvent envie de couvrir la compétition individuelle". 

Csm27 Badminton Erika Tanaka 5

Et la formule prend puisqu'au total, aujourd'hui, une quarantaine de licenciés font de la compétition en interclubs. L'an dernier, le club a financé 70 inscriptions individuelles dans les tournois, beaucoup plus que l'année précédente. Et ce, aussi bien chez les jeunes que chez les adultes. "On a des enfants qui font des compétitions de manière régulière", confirme Sylvie Bertrand. "On commence à 6 ans cette année. Et nous en avons dans toutes les catégories : du mini-bad jusqu'aux juniors de 16-17 ans".

Img 8999

On retrouvera d’ailleurs une bonne partie d'entre eux, en tout cas des juniors aux vétérans, sur les terrains de l’espace Saint-Antoine le 25 mars pour le 3e tournoi d’A Roca. Et cette journée, qui met en prise des doubles mixtes, prend elle aussi de l’ampleur. Après avoir attiré plus d'une cinquantaine de paires du département lors de la première édition, ils sont venus de toute la région et même du nord de la France l'an dernier… Mais si la présidente ne compte pas s'arrêter là, elle ne souhaite pas brûler les étapes. "Il faut qu'on s'affûte, qu'on fasse les réglages nécessaires pour que le jour où l'on décidera d'organiser un gros tournoi, nous soyons au niveau. Mais on ne peut pas se l'inventer si on ne progresse pas d'année en année". Cette année, au programme, on retrouvera les non-classés et les catégories P (promotion, la première catégorie classée), les départementaux (D) et régionaux (R). "Je veux que les gens du club puissent y participer. On a quand même des non-classés, puis il y en a qui profitent de l'occasion ici pour faire leur premier tournoi", souligne la présidente, qui y voit également l'occasion de fédérer les membres de son club. "Cela permet une mixité. Pour créer les doubles, on met un homme et une femme qui n'ont pas l'habitude de jouer ensemble. Je ne veux pas que les gens se cantonnent à jouer entre eux. Je veux qu'il y ait une ouverture et que tout le monde joue avec tout le monde". Rendez-vous fin mars !

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos
Photo_thumb_img_9398

Du nouveau pour le challenge inter-entreprises

Le challenge inter-entreprises souffle, lui aussi, sa troisième bougie avec quelques nouveautés. Alors que le club avait décidé de rassembler en 2016 le Tournoi d'A Roca et la finale du championnat corporatif lors d'une seule et même journée, chacun suivra cette année son petit bout de chemin. "La finale du challenge était du coup passée un peu inaperçue", regrette Sylvie Bertrand, également présidente de la Fédération Monégasque de Badminton, à l'origine de la compétiton. "Donc, cette année, nous allons organiser le challenge en janvier puis la finale vers avril-mai dans le gymnase du Lycée Technique et Hôtelier". Le cru 2017 accueillera par ailleurs dix équipes, soit deux de plus que l'an dernier, et notamment celle du stade Louis-II, et ce, pour le plus grand plaisir de sa directrice. Et si la formule reste la même, le règlement, lui, a légèrement évolué. "Au sein de chaque rencontre, on avait six matchs. Là, on a réduit à 5 ce qui permettra dans un premier temps d'éviter d'avoir des égalités à chaque rencontre. Il y aura forcément un gagnant et un perdant et donc plus de partage de points comme l'année dernière". Cela permet également de pallier au manque de badistes féminines au sein des entreprises. "On s'est aperçu aussi que certaines équipes avait des difficultés à constituer leur groupe car ils leur manquaient des filles. Alors que nous, au sein du club, proportionnellement, nous sommes à peu près à 60%", s'étonne la présidente. "On a donc mis un match de filles en moins". Alors, qui pour succéder à la SBM Offshore cette année ?