Un champion du monde à la baguette

Grégory Gaultier, champion du monde 2015 de squash, est venu donner de son temps pour un stage au Monte-Carlo Squash Racket Club. De quoi permettre aux adhérents et aux membres du groupe compétition de bénéficier des conseils de celui qui a notamment été numéro un mondial.

Après avoir débuté le squash à l'âge de 4 ans, Grégory Gaultier a continué de pratiquer cette discipline jusqu'à en devenir le numéro un mondial. Champion du monde ne 2015, à 34 ans, il pense encore continuer quelques années si son physique le lui permet. Après une année gâchée par les blessures, ce maître de la raquette est venu dispenser son savoir aux licenciés du squash monégasque. 

Img 2940

Comment s'est faite votre venue ?

Mon ami Yves Tastet, qui est le nouvel entraîneur, est de Aix et était entraîneur dans mon club, donc on avait parlé d'une possible venue pour faire profiter les adhérents du club et les équipes, de faire une journée de stage, créer quelque chose, une dynamique supplémentaire au club. La je fais un peu d'initiation, de l'entraînement, c'est un autre concept et c'est quelque chose que je fais de temps en temps parce que je n'ai pas trop de temps entre mes entraînements et mes tournois. Mais là je suis en semaine off et j'avais cette date de disponible, donc on est parti sur cette idée. On a bloqué la date et Yves s'est occupé de voir qui était intéressé.

Img 2942

De combien de personnes vous occupez-vous sur le stage ?

Étant donné que nous n'avons que 3 courts et qu'on ne veut pas faire n'importe quoi ni de la quantité, on limite à trois personnes par court. Hier (jeudi) on a eu 9 personnes et là aujourd'hui (vendredi) on a neuf autres personnes, qui sont venues ce matin et qui reviennent cet après-midi. C'est sympa et ça me permet de partager mes connaissances avec les amateurs et ceux qui jouent aussi en compétition. J'étais déjà venu ici, mais c'était il y a 20 ans, j'avais 13-14 ans, et je n'étais jamais revenu.

Img 2949

Que leur apprenez-vous sur un stage comme ça ?

On regarde d'abord les basiques de la technique. Après, même si une journée c'est court, on a quand même un peu de temps. Le fait que je leur explique beaucoup de choses et plein d'informations, ils ont quand même besoin de temps pour tout assimiler, donc tout ça se traduira, comme dans tous les sports, dans le temps et la pratique, mais là forcément ils comprennent les choses quand on leur explique, qu'on le démontre. On essaye aussi de leur faire travailler tous les coups du squash, les choses qu'on retrouve dans un match, comme ça ils savent à peu près tout et après c'est à eux de le mettre en place quand ils viennent s'entraîner.

Img 2934

Quels types de conseils leur donnez-vous  ?

Que ce soit au niveau du geste, du déplacement ou sur le plan tactique, c'est-à-dire la variation des coups, à quoi ça sert de varier ses coups. Mais aussi la prise d'information, parce que le squash est un sport où c'est très important puisqu'on a deux adversaires sur le même terrain, on n'est pas séparé par un filet, les balles viennent de derrière, des côtés, de devant, donc la prise d'information est très importante pour arriver tôt sur les balles et avoir un maximum de coups à jouer.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos