Padel à Monaco, acte II

La deuxième édition du Monte-Carlo Padel Master aura lieu du 6 au 11 septembre. L'occasion pour nous de revenir, en compagnie de Fabrice Pastor, promoteur de l'évènement, sur la mouture 2015, l'évolution du padel dans la région ainsi que sur les nouveautés pour l'opus 2016.

Quand on est passionné comme peut l'être Fabrice Pastor, les défis sont faits pour être relevés. Après avoir organisé le tout premier tournoi international de padel à Monaco l'année dernière, il s'apprête donc à proposer une deuxième tournée cette année. Avec quelques nouveautés au programme, comme le tournoi féminin qui se déroulera en parallèle du masculin, mais sur un autre site, du moins pour la majorité de la compétition. Avant d'évoquer la version 2016 de l'évènement, revenons avec Fabrice Pastor sur l'édition 2015 ainsi que l'évolution du padel et son implantation grandissante en France et à Monaco.

Une première réussie

Lorsque l'information était tombée, nombreux étaient ceux qui se demandaient ce qu'était le padel. Pour beaucoup, la confusion avec le stand-up paddle, sport qui consiste à ramer debout sur une grande et large planche avec une pagaie, était récurrente. Mais non, il s'agit bien d'une discipline qui se pratique avec une raquette et une balle, le tout dans une sorte de cage en plexiglas, ouverte sur le dessus. Et qui peut s'avérer très spectaculaire. Une sorte de dérivé du tennis et du squash en somme. 

Mais c'est en fait bien plus que ça. Et c'est ce dont ont pu se rendre compte les spectateurs venus assister au tout premier Master de padel qui a eu lieu l'an dernier. "Tout le monde a été ravi et ça a été une surprise parce que personne ne pensait qu'on allait faire quelque chose d'aussi exceptionnel", annonce Fabrice Pastor. "On aurait pu faire un tournoi un peu plus normal, mais pour moi c'était un rêve d'enfant que d'organiser, chez moi, une chose aussi exceptionnelle. Les retours ont vraiment été très bons, sans quoi nos partenaires ne nous auraient pas à nouveau suivis cette année. Le bilan est presque parfait, mais je crois que ça n'aurait pas pu être mieux, même s'il n'y a pas eu énormément de public. J'ai vu cette année que ça devrait fortement évoluer, parce qu'on a vendu beaucoup plus de loges. Il faut dire que la venue de Monseigneur a été une chose importante, aussi bien pour le sport que pour moi-même", rappelle le fondateur de Monte-Carlo International Sports. 

Et si le public et les partenaires ont été satisfaits, les joueurs ont eux aussi été marqués positivement par cette semaine monégasque. "Ils étaient ravis aussi. C'était important de voir qu'internationalement, on est prêt à les accueillir comme il faut. Il n'y a que Monaco cette année à l'international et voir que la Principauté reste un étendard international pour le sport est important pour eux, pour les dirigeants mais aussi pour nous." Alors que Dubaï accueillait aussi une épreuve l'année dernière, la ville des Emirats Arabes Unis n'a pas donné suite cette année, laissant Monaco comme seule compétition internationale au rang des Masters. 

Une discipline en plein essor

Car le padel s'implante de plus en plus dans la région. Comme le souligne Fabrice Pastor, Nice devrait d'ailleurs accueillir quelques courts dans les mois à venir. "Je sais que M. Estrosi veut créer un club de la raquette avec des terrains de padel à Nice et j'ai également vu que plusieurs clubs s'étaient ouverts dans la région. Il y a une croissance importante du padel." 

Si à l'international les choses bougent aussi, à l'image de l'Italie ou de la Suède, la Principauté n'est pas en reste. Pour faire face au manque de place sur le territoire monégasque, Fabrice Pastor et sa société ont réfléchi et ont trouvé une solution. "Nous avons acheté 50% du Tennis Soleil de Beausoleil. Christian Collange, le dirigeant du club, et le maire de la ville, Gérard Spinelli, m'ont accordé une grande confiance pour pouvoir faire grandir le sport sur ce club de tennis. On va faire des terrains couverts, que l'on espère avoir début octobre, et des terrains découverts. On essaye aussi de refaire la structure du club house. Je pense que ça peut être très productif pour tous, que ce soit pour Monaco et Beausoleil."

Et pour accentuer un peu plus l'avancée du padel, Fabrice Pastor souhaite également mettre en place une école. Ou plutôt deux. L'une pourrait s'installer au Tennis Soleil, tandis que la deuxième, qui serait plus sur le modèle des centres de formation comme on peut en voir en football, pourrait être basée en Espagne. "Ce sera la Nito Brea Padel School, à Monaco comme à Madrid. Là-bas, cela aurait aussi un sens avec ma façon de faire les choses. Il existe la Fabrice Pastor Cup, qui cette année s'est déroulée au Brésil, au Chili et en Argentine. On amène les gagnants et gagnantes pour jouer un ou deux tournois du World Padel Tour, ce qui permet à des jeunes joueurs sud-américains d'avoir l'opportunité de venir jouer en Europe et de devenir, peut-être, de grands professionnels. L'idée est de continuer l'aide et avoir un endroit où ils peuvent rester, sur le modèle d'un centre de formation." Pour ce qui est de Monaco, cette Nito Brea Padel School pourrait débuter à l'automne. 

Un tournoi, deux lieux

Mais avant d'en arriver à la douceur automnale, septembre va passer par là. Et le mois de la rentrée scolaire sera accompagné du deuxième Monte-Carlo Padel Master. La première grande nouveauté sera la présence d'un second tableau, féminin, qui se déroulera en grande partie au Tennis Soleil. "On aura des filles cette année. Ça n'a pas été facile parce qu'on n'a pas énormément de place et on va donc le faire au Devens, sur des terrains découverts et les hommes joueront au chapiteau en bas. Il y a encore cette différence en Espagne où les filles jouent ailleurs jusqu'aux quarts de finale et rejoignent le stade principal à partir des demies. Je trouve que le padel féminin, contrairement au tennis, a connu une évolution très rapide en 4 ans, où les filles sont devenues beaucoup plus fortes, beaucoup plus agressives. On assiste à de très beaux matches, ils sont plus longs, et je vois que les filles ont de plus en plus de spectateurs." 

Avec ces dames, les deux tableaux, portés à 32 paires chacun (contre 28 l'an dernier), font que 128 joueurs et joueuses seront présents sur le tableau final. Avec encore une fois les meilleurs joueurs du monde, car comme le précise Fabrice Pastor, "Pour les Masters il n'y a que les meilleurs joueurs du monde. Tous seront là." Les qualifications et pré-qualifications seront cependant un peu différentes cette année. 

Le tour pré-qualificatif, qui s'était tenu à Sophia-Antipolis l'an dernier, aura lieu au Devens ce coup-ci. La même chose aura lieu en Espagne pour les Espagnols, Portugais et Argentins, qui ne peuvent prendre part au tour français. Les meilleurs se rencontreront ensuite sous le chapiteau pour se disputer une place dans le tableau final. Autre innovation pour la mouture 2016, la "Masterclass". "Les entreprises, quelles qu'elles soient,  peuvent jouer avec les meilleurs joueurs du monde, le temps de 15 minutes, tout en s'étant préalablement inscrites." 

Alléchant, d'autant que les joueurs concernés par la "Masterclass" sont tous membres du top 20. Alors, qui veut taper la balle avec Fernando Belasteguin ou Juan Martin Diaz ? Rendez-vous à partir du 6 septembre, sur et en dehors des courts.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Un trophée Cartier pour le MCPM

Il n'y avait jusqu'à présent que la Queen's Polo Cup de la reine d'Angleterre qui avait ce privilège. Il y a désormais une deuxième compétition sportive à avoir son trophée dessiné et réalisé par la maison Cartier. "C'est une pièce unique que j'ai commandée et j'ai eu la chance et l'honneur que Cartier ait accepté. On l'a reçue le 1er juillet chez Cartier avec Monseigneur et elle sera remise au vainqueur pour qu'il la soulève. C'est énorme parce qu'il y a la Queen's Polo Cup de la reine d'Angleterre et il y a le Monte-Carlo Padel Master qui est lié à Cartier", précise Fabrice Pastor. "On voulait faire quelque chose sur le modèle de la raquette d'Anvers, mais c'est assez compliqué. Donc les vainqueurs le soulèveront et repartiront avec un trophée différent." De quoi ajouter un peu de prestige à l'évènement.