Au féminin : duo de choc et de charme

Elles sont les numéros 10 mondiales et 20 ans les séparent. Catalina Tenorio et Victoria Iglesias Segador forment pourtant une paire de plus en plus complémentaire sur le circuit du World Padel Tour. Rencontre avec celles qui se sont inclinées en quart de finale.

Durant la semaine qui a accueilli le Monte-Carlo Padel Master, en se baladant le long du chapiteau de Fontvieille, il n'était pas rare de croiser joueurs et joueuses professionnels. La discipline n'étant pas encore à son firmament au niveau du rayonnement médiatique, tout du moins dans la majeure partie des pays européens, les acteurs principaux du padel savent se montrer accessibles. Dédicaces, photos, échanges avec des fans ou de simples amateurs de ce sport, ils se plient sans mal et avec un plaisir certain à cet exercice. Catalina Tenorio et Victoria Iglesias Segador ne dérogent pas à cette règle. Souriantes et pétillantes, dans un espagnol débité à la vitesse de l'éclair, les deux comparses ont évoqué leur association et ce qui fait leurs forces, alors qu'elles ont près de 20 ans d'écart.

Des débuts similaires

L'une est donc née en 1975 quand l'autre a vu le jour en 1994. Pour autant, leurs parcours sportifs sont, à peu de chose près, assez similaires. Toutes deux issues du tennis, comme pour bon nombre de joueurs et joueuses de Padel, "Cata" et "Vicky"ont cependant décidé de changer de voie pour des raisons différentes. "J'ai commencé le tennis à 7 ans, chez moi, en Argentine, mais j'ai dû m'arrêter quand j'ai eu 17 ans. Cela devenait trop compliqué pour continuer en compétition à cause des déplacements", explique Catalina, l'aînée du duo.

"J'ai ensuite essayé différents sports, comme le volley, le hockey, mais il était plus facile de passer du tennis au padel", précise-t-elle. De son côté, la benjamine a décidé d'abandonner le tennis car "la pression était trop forte, mais j'aimais vraiment beaucoup le sport donc j'ai décidé de me lancer dans le padel", raconte Victoria. Catalina débute à Buenos Aires et commence à faire son trou dans ce nouveau sport et, surtout, décide de devenir professionnelle. "Dans les sports collectifs, ce sont les techniciens qui vous repèrent et vous font passer pro. Dans le padel, c'est une décision personnelle parce que cela représente beaucoup de sacrifices. Tu commences à jouer et tu montes petit à petit les catégories et à un moment donné, il faut se lancer, mais tu dois prendre un entraîneur, un kiné." Et au vu de ses résultats, Catalina a pris la décision de se lancer pleinement dans cette activité, comme le fera quelques années plus tard Victoria.

L'Espagne

Après quelques années à jouer en Argentine, Catalina et son mari décident de venir s'installer en Espagne, où Gaby Recca l'attend avec un travail d'entraîneur dans son club. Pendant ce temps, la jeune Victoria termine ses années tennis et s'avance doucement vers ses débuts en padel, toujours dans sa ville natale de Séville. Une cité qu'elle ne compte d'ailleurs pas quitter pour le moment, quand bien même sa partenaire vit à Madrid.

"J'y ai mon entraîneur, ma famille, mes amis et cela n'est pas gênant pour la compétition", précise Victoria. Pour Catalina, maman de deux enfants, cette distance entre elles n'est pas un problème. "Ça a des avantages et des inconvénients. Le bon côté, c'est que tu ne te fatigues pas parce qu'au quotidien, il peut y avoir des choses agaçantes, comme le retard du partenaire, l'envie de jouer ou non. Ce qui est important, c'est que les deux entraîneurs soient en contact et qu'il y ait une confiance réciproque avec l'autre." Du coup, Victoria va de temps à autre à Madrid pour jouer quelques matches, sinon le duo se reforme le temps des compétitions, où elles en profitent pour s'entraîner ensemble. Un fonctionnement qui convient aux deux joueuses, d'autant qu'il n'est pas simple de trouver le bon partenaire. "C'est difficile, donc il est essentiel de bien s'entendre à l'extérieur du court", précise Victoria.

Une relation particulière

Cela fait deux ans que Catalina et Victoria évoluent ensemble. "A l'époque, je jouais avec Marta Marrero, qui a décidé de jouer avec une autre personne. J'avais besoin d'une nouvelle équipière et j'avais remarqué cette jeune joueuse qui avait les mêmes caractéristiques de jeu que mon ancienne partenaire. Donc j'ai appelé Victoria pour lui proposer de s'associer avec moi", raconte Catalina. Si Victoria a encore toute sa carrière devant elle, Catalina est sur les dernières années, même si la longévité sportive en padel est importante, sauf grosse blessure. Ce qui n'empêche pas la maman et la jeune fille d'avoir de grands objectifs ensembles. "On veut continuer à s'améliorer et à grimper au classement", précise Victoria. Et pour cela, il leur faudra réussir à passer le stade des ¼ de finale dans les grands tournois.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos