Jeunesse florissante

Performants au tournoi international Haba Waba, les jeunes pousses du water-polo de l'AS Monaco natation valident une politique mise en place il y a quelques années. 

Al'AS Monaco natation, on ne fait pas que nager. Même si cela reste, bien entendu, l'activité de base des différents sports qui y sont pratiqués. Outre la natation sportive, le plongeon et la natation artistique, il y a bien évidemment le water-polo. L'une des plus vieilles sections de l'association omnisports monégasque. Placé sous la responsabilité de Sébastien Dervieux, qui officie également comme coach et s'est affirmé comme l'un des tous meilleurs arbitres internationaux, le water-polo monégasque grandit d'année en année. Notamment chez les plus jeunes, où la progression est particulièrement notable. Et cela est dû à une politique de formation mise en place il y a quelques années. "On a lancé ça il y a cinq ans et on commence à en récolter les fruits aujourd'hui. Nous venons de vivre la meilleure saison depuis que je suis responsable de la section", annonce fièrement Sébastien Dervieux. "Les seniors ont pris la 8e place de Nationale 3, les U15 ont joué les quarts de finale du championnat de France et se sont inclinés contre les futurs finalistes. Chez les plus petits, le tournoi Haba Waba a été très bon." Avec 3 équipes engagées cette année, l'AS Monaco water-polo a brillé lors de ce tournoi international.

Dsc 2320 1

Un festival pour les petits

Haba Waba. Quézaco ? C'est en réalité un acronyme, celui de "Happy Baby Water Ball". Considéré comme un véritable championnat du monde des clubs pour les enfants des catégories U9, U11 et désormais U13, ce festival a vu le jour il y a une dizaine d'années. Né en Italie, où le water-polo est très développé, "le tournoi a d'abord commencé avec les U11, pour ensuite s'étendre aux U9 avant d'intégrer récemment les U13", confie Sébastien Dervieux, dont les jeunes joueurs y prennent part depuis 4 ans. Si 2019 a marqué la 12e édition du tournoi, la 10e avait été celle du sacre pour les asémistes. "On avait gagné il y a trois ans avec la Team Azur en U9 (mix entre joueurs de l'AS Monaco et de l'Olympic Nice Natation). Désormais, nous sommes sur des noyaux durs de l'ASM. Nos enfants s'entraînent 3 fois par semaine, on essaie de faire jouer les plus petits avec les plus grands."  

Dsc 2155 1

Une politique qui paie.  Comme évoqué par le responsable du water-polo monégasque, il avait fallu mixer les joueurs de deux clubs pour monter une équipe en U9, il y a trois ans. Si cela a encore été le cas cette année (5 joueurs issus de l'ASM, 3 de l'ONN et un de l'ASC Six-Fours), les équipes U11 et U13 étaient quant à elles 100% AS Monaco. Un bon point pour le club, surtout lorsque l'on voit le nombre d'inscrits. "Il y avait près de 1 500 athlètes et plus de 3 400 participants cette année", note Sébastien Dervieux. 

Les U13 en apprentissage

Pour leur première participation, les U13 ont connu quelques difficultés. Coachés par David Lazzaroni et Manuel Laversanne, les représentants de la dernière catégorie arrivée dans le tournoi sont "tombés dans la poule de la mort", glisse Sébastien Dervieux. Une année de découverte compliquée donc, qui voit le groupe monégasque sortir à la 47e place de cette édition et se classer 14e du tournoi bronze (voir encadré). "Le niveau était particulièrement relevé. Pour vous donner un exemple, la meilleure équipe française n'a terminé que 4e du groupe, c'est dire le niveau des autres", précise Sébastien Dervieux, qui se veut cependant confiant pour la suite des événements. "L'objectif de l'an prochain sera de basculer dans les tournois Gold ou Silver chez les U13. Notre belle génération de jeunes monte en U13, l'équipe sera donc très performante l'année prochaine. Notre gardien est déjà dans la sélection PACA et nous espérons en voir d'autres le rejoindre." Et s'il est si confiant envers l'avenir, c'est que le travail réalisé aux étages inférieurs a apporté de beaux résultats, notamment cette année.

Dsc 2142 1

Les petits s'éclatent

A l'origine destiné aux U11, puis ouvert aux U9, le festival Haba Waba a tendance à sourire à la maison monégasque. Vainqueurs il y a trois ans, donc, ils ont bien failli rééditer cet exploit cette année. Au milieu des meilleures nations de ce sport, les U11 de l'AS Monaco ont, comme l'an dernier, vu leur chemin s'arrêter en huitième de finale. "Ce qui nous place dans le top 16 sur 132 équipes", note Sébastien Dervieux. "Chez les U9, nous avons terminé troisièmes, étant éliminés en demi-finale par les futurs vainqueurs."  De belles performances qui récompensent de très bons parcours pour les deux équipes dans la compétition, même si les U11 auraient pu espérer aller plus loin avec un tableau plus clément lors des phases finales. "Si on avait joué les choses de façon un peu plus mathématique, on aurait pu éviter ça. Mais on a préféré jouer à fond, pour gagner, en jouant le jeu jusqu'au bout", précise celui qui a coaché les U11 sur le tournoi. Au final, U9 et U11 sont tombés face des équipes hongroises. "Chez les U11 par exemple, l'équipe contre laquelle ils perdent, Szolnoki Dozsa, leurs seniors ont remporté la Ligue des Champions en 2017. C'est un gros pays de water-polo, il est difficile pour nous de rivaliser, mais on réussit tout de même à terminer devant les clubs français engagés." 

Dsc 2189 1

Il faut dire que jusqu'à leur élimination respective, les U9 et les U11 n'avaient presque pas connu la défaite sur le Festival Haba Waba 2019. Un petit revers pour chacune des équipes lors de la première phase de poule, avant de réaliser un sans-faute par la suite. Jusqu'en 1/8e pour les U11 et une belle demi-finale face au futur vainqueur pour les U9. Avec une dizaine de matches disputés sur la semaine, pour deux rencontres par jour en moyenne, les poloïstes monégasques avaient de quoi s'amuser. D'autant que, comme il l'explique, Sébastien Dervieux met un point d'honneur à ce que tout le monde participe. "On prend toujours avec nous les plus méritants, ceux qui sont le plus présents à l'entraînement. On avait 14 joueurs en U11, 9 en U9. Ils sont six dans l'eau donc on arrive à faire tourner avec le grand nombre de matches que l'on joue, même si les rotations sont plus réduites sur les matches couperets." 

Dsc 2354 1

Des rotations qui pourraient d'ailleurs être plus compliquées à l'avenir. Si la génération partant en U13 est porteuse de belles promesses, l'arbitre international de l'AS Monaco a quelques craintes pour les plus petites catégories. "On va avoir besoin de recruter chez les plus jeunes. Il y a trois U9 qui vont rester dans cette catégorie, il va nous falloir du monde, là comme en U11." Si la nouvelle saison débute en septembre, Sébastien Dervieux espère voir arriver de nouvelles têtes chez les petits. Car, comme il l'annonce, l'objectif principal pour le Haba Waba 2020 sera d'avoir "des équipes 100% Monaco en U9 et U11. Pour ce qui est des résultats, ce sera à voir en fonction de notre effectif."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Un tournoi en trois phases

Le Festival Haba Waba est un tournoi qui se déroule en trois temps. Une première phase de groupe où toutes les équipes sont mélangées. Les 4 premiers se qualifient pour une seconde phase de groupe qui doit les emmener vers les tableaux Gold et Silver. Les autres étant reclassés sur la phase Bronze. Les trois couleurs s'apparentent ainsi à trois divisions : première (gold), deuxième (silver) et troisième (bronze). A l'issue de la seconde phase de poule, les deux premiers basculent en gold, les deux autres en silver. Débute ensuite la phase à élimination directe (pour les trois tableaux) qui donne les classements finaux. Chez les U11 par exemple, groupe le plus volumineux, la première phase comptait cette année 16 groupes de 7 équipes.