Bruna Pezelj passe un cap face à l'Ukraine

A sa grande surprise l'ex-monégasque Bruna Pezelj rejoignait il y a quelques mois la sélection tricolore. Ce dimanche, elle a joué son premier match entier avec cette dernière contre l'Ukraine et s'envolera le 7 juillet prochain au Cameroun pour le Word Grand Prix.

En remplaçant la magie par le talent, l'ascension de Bruna Pezelj a tout d'un conte de fée. A 18 ans seulement et sans avoir joué un seul match professionnel, celle qui a fait ses premières gammes auprès de son père à l'AS Monaco Volley-Ball a participé ces deux dernières semaines au premier rendez-vous estival des Bleues.

Lors de la phase retour de la Ligue Européenne qui se jouait à Nantes, ce dimanche, la benjamine de l'équipe de France a joué toute une rencontre face à une redoutable formation ukrainienne. "J'étais un peu stressée au premier set et puis Félix André m'a beaucoup parlé et m'a donné des conseils. J'étais relâchée pour la suite et j'ai joué plus libérée", rapporte l'attaquante réceptionneuse. La France s'est finalement inclinée 3-1 (25-13, 18-25, 25-14, 25-14). Mais les tricolores dans ce match sans enjeu,  ont réussi tout de même à arracher un set à cette équipe, qui s'est vite révélée être la meilleure de leur poule.

L'ex-capitaine du Nice Volley-Ball et entraîneur sur le Rocher depuis une dizaine d'année, son père, Dragan Pezelj ne cache pas sa fierté alors que la compétition vient tout juste de s'achever pour les tricolores qui terminent 2e du groupe B. "Je n'ai pas regardé tous les matches, mais oui je suis très fière d'elle. Je savais que Bruna avait toutes les capacités pour intégrer l'équipe de France, mais je ne pensais pas que ce serait aussi tôt et que tout irait aussi vite."

Bruna Equipe De France 2017 3

Dans la cour des grandes

C'est lors d'un tournoi quelques mois auparavant que tout a commencé pour la jeune volleyeuse. "Depuis que Félix André est venu me voir et m'a annoncé que je faisais parti de son projet, j'ai fait un stage à Belfort dans lequel j'ai joué un match contre la Belgique. C'était ma toute première sélection. J'ai enchaîné ensuite par un autre stage à Pau. Nous avons joué contre l'Espagne mais j'étais blessée." Aujourd'hui, Bruna Pezelj est entrée dans le monde professionnel, pour probablement ne pas le quitter de sitôt.

Alors qu'elle évoluait depuis deux ans à l'Institut Fédéral de Volley-Ball (IFVB) à Toulouse en D2 (élite), l'ancienne asémiste va intégrer dès la saison prochaine le Vandœuvre Nancy Volley-Ball (VNVB).Approchée par Saint-Raphaël, entre autre, c'est finalement dans le Nord Est de la France, qu'elle va découvrir la Ligue A et le monde professionnel. "J'ai choisi Nancy car leur projet me convenait et je savais que là-bas j'allais avoir du temps de jeu."

Un coin de l'hexagone que son père, qui est aussi son premier conseiller, connaît particulièrement bien. "J'ai joué à Epinal entre 1992 et 1994, je connais bien la région. Ce sera une bonne première expérience pour elle", souligne Dragan Pezelj. Mais avant de débuter la saison en août prochain, "la pépite" comme beaucoup la surnomment, aura de nouveau rendez-vous avec les Bleues. Les filles de Félix André débutent le World Grand Prix, compétition qui réunit les meilleures nations du volley-ball féminin, au Cameroun le 7 juillet prochain. Les tricolores affronteront alors l'Algérie et l'équipe locale avec dans leurs rangs la très prometteuse Bruna Pezelj, qui devrait confirmer encore davantage sa place dans la sélection.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos