Plongée dans l'élite

L'équipe première féminine de l'AS Monaco volley-ball évolue cette année en Division Élite, soit dans l'anti-chambre de la Ligue A. Une première pour une équipe féminine en Principauté.

"Il est question de monter en Pro A et de jouer la coupe d'Europe." C'est avec un sérieux de tous les instants précédant un éclat de rire que Philippe Benguigui, président de l'AS Monaco volley-ball (voir encadré), aborde les objectifs fixés cette année pour l'équipe de Division Elite Féminine (DEF). "Plus sérieusement, incontestablement, nous visons le maintien. Même si nous savons que ce sera difficile, nous nous donnerons toutes les chances d'y parvenir." 

Pour sa première dans le monde pro, le volley féminin monégasque aura fort à faire. Et pour faire face à ce nouveau challenge, les changements ont été nombreux au club. Nouveau coach, recrues estivales, organisation différente, renforcement du staff de l'équipe première, autant de choses qui ont évolué pour les anciennes pensionnaires de Nationale 2. 

A l'échelon supérieur

L'issue de la saison dernière ne laissait pas forcément présager un exercice dans l'anti-chambre de Ligue A pour cette année. Objectif annoncé, la montée s'est finalement jouée sur peu de choses, comme l'explique Caroline Revel Chion, la capitaine du bateau monégasque. "On avait fini 2e, mais avec le désistement de Béziers, on attendait la décision de la Fédé et on n'a pas vraiment pu fêter cette montée. On a eu la décision très tardivement et on a été très pressé pour faire tous les changements nécessaires au passage de N2 en DEF." 

Csm32 Volley Erika Tanaka 20

Recherche de sponsors, de partenaires, l'été a été studieux. Et comme l'esprit familial est une des choses qui caractérisent ce club, tout le monde a mis la main à la pâte. Car comme dans toute famille, on se sert les coudes à l'ASMVB. "Les filles avaient fait le boulot l'an dernier pour monter en DEF et il était hors de question qu'on les laisse tomber cet été. On a des personnes qui se sont investies à 10 000% pendant deux mois pour qu'on puisse avoir les garanties pour la montée, comme Gilles, Philippe le président, toutes les personnes du comité et du bureau. On a réussi à trouver les fonds pour les récompenser et ne pas leur enlever cette accession en Élite et maintenant on va tout faire pour que tout se passe au mieux", confie Michaël Chamy, désormais entraîneur adjoint de la DEF.

Boucler le budget n'a donc pas été une mince affaire, mais à force de bonne volonté, aides et sponsors sont venus apporter leur soutien à l'aventure Elite. Et comme le souligne le président, ce groupe peut devenir une belle vitrine en Principauté. "Une équipe qui se retrouve à ce niveau-là a tendance à attirer l'attention des jeunes, d'une part, et puis ça a l'avantage de tirer les équipes vers le haut. C'est une belle tête de gondole pour faire venir plus de monde mais aussi plus de sponsors."

Professionnalisation

Si ces demoiselles étaient coachées par Christophe Ulivieri la saison passée, c'est désormais Philippe Mora qui a pris les rênes du groupe. Assisté de Michaël Chamy, c'est un duo qui connaît bien la maison, les deux garçons ayant joué pour le club par le passé. "La mise en place de l'encadrement de la DEF a été un peu comme une évidence. Philippe Mora est un garçon qui fait partie du club, qui a montré toutes ses qualités d'entraîneur, humaines et qui possède ses diplômes. Michaël Chamy a montré ses aptitudes de sportif, comme lors des Jeux des Petits Etats d'Europe (médaille de bronze en beach), et son dévouement, parce que c'est un garçon extrêmement dévoué au club", explique Philippe Benguigui. 

Csm32 Volley Erika Tanaka 4

Ancien professionnel, Philippe Mora dispose donc de ce petit plus qu'il peut apporter à ses joueuses. Essentiel dans ce genre de situations où le maintien ne sera pas facile à obtenir. Le duo, assisté d'un préparateur physique externe au club, a donc mis en place des séances supplémentaires par rapport à l'an dernier pour répondre aux exigences du haut niveau. Avec quatre entraînements par semaine plus deux séances de musculation, le rythme est tout autre. Un indicateur comme tant d'autres de l'étendue du chemin parcouru par le club. 

"On a commencé en Régionale 2, à l'époque on avait 2 entraînements par semaine, ça n'avait rien à voir. Je suis contente d'avoir parcouru tout ce chemin", se rappelle Caroline Revel Chion, aujourd'hui capitaine de l'équipe. Si le sportif s'est trouvé plus structuré, c'est aussi le cas de l'ASMVB, ce qui demande quelques ajustements, comme le détaille le président. "Quand on est dans un club de sport amateur, dès qu'on passe dans une dimension de professionnalisme, tout devient différent, tout devient plus compliqué, plus pointu, chaque chose nécessite plus de temps et de moyens." 

Mission maintien

Et pour aller dans ce sens de professionnalisation et aborder au mieux cette nouvelle aventure, le club a dû recruter. Malgré quelques difficultés liées à la décision tardive de la FFVB quant à leur accession, ce sont tout de même 5 joueuses qui sont venues garnir les rangs des Monégasques. "Nous n'étions que 8 l'an dernier et 3 ont arrêté. On est donc allé chercher les autres à l'extérieur. Mais les nouvelles sont vraiment super et on s'entend toutes très bien. On a repris un peu tard mais malgré ça la cohésion du groupe a vite pris forme", détaille la capitaine. 

Csm32 Volley Erika Tanaka 5

Fanta Koné, Célia Da Moura, Hajnalka Molnar, Eliisa Peit et Julia Hoff ont ainsi troqué leur ancienne tunique pour le Rouge et le Blanc. Sans oublier quelques jeunes pousses qui se font progressivement leur place. "C'est un club avant tout familial et on veut garder ça, mais à un niveau supérieur. Pour cela, le collectif est bien fait, avec un noyau dur de joueuses et des jeunes qui n'ont connu aucun autre club. Le recrutement a aussi été fait en fonction de cet esprit-là et malgré le peu de temps qu'elles ont passé chez nous, elles se sont déjà attachées à cette philosophie", détaille le coach adjoint. 

Si elles n'ont pas une individualité qui pourra faire la décision comme dans d'autres équipes, c'est avant tout la force collective du groupe qui fera la différence. En match comme à l'entraînement, l'entraide est là et c'est le collectif qui prime avant tout. Une philosophie qui pourrait les amener à atteindre l'objectif de la saison. C'est tout ce qu'on leur souhaite.


Effectif 2017/18  

Equipe Elite F 01    Petri Uhtio

1 Julie Bertany / Libéro   3 Daria De Carvalho Peixe / Centrale   4 France Bausset /  Récept - attaquante   5 Marie Briot / Récept - attaquante   6 Fanta Koné / Récept - attaquante   7 Célia Da Moura / Centrale   8 Caroline Revel Chion / Récept - attaquante   9 Mylena Uhtio / Passeuse 10 Hajnalka Molnar / Passeuse 11 Eva Hamzaoui / Récept - attaquante 14 Lisa-May Hahn / Pointue 15 Eliisa Peit / Centrale 20 Julia Hoff / Récept - attaquante 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

3 questions à Philippe Benguigui, président de l'ASMVB

"On met l'accent sur les jeunes"

Comment êtes-vous arrivé à la présidence du club ?

Par un long chemin puisque je suis membre du club depuis 34 ans. J'y ai d'abord été joueur, lorsqu'on a connu la Pro B, puis membre du bureau, comme secrétaire général et trésorier. Cela durant 15 ans. Au moment du changement de direction, il a été question que je le reprenne en tant que président, mais dans une configuration différente. Nous avons décidé de prendre toutes les décisions de manière collective et de soumettre les problèmes et les choix à faire aux membres du bureau, soit le comité (24 personnes) et le comité directeur (7 personnes).

Que souhaitez-vous, et votre bureau, apporter au club ?

J'ai une certaine connaissance de ce sport, avec 45 ans de volley-ball derrière moi. J'essaie d'apporter tout le plaisir que j'ai dans la pratique de ce sport et les connaissances que je peux avoir dans la gestion d'un club. Et aussi une représentation au niveau du volley national, à la Fédération ou à la Ligue, puisque je commence à connaître un peu de monde, donc ça permet d'avoir de meilleures relations dans le monde du volley.

Quels sont les objectifs que vous avez fixés pour la durée de votre mandature ?

La durée du mandat étant de 4 ans, ce n'est pas toujours facile, dans un club de sport aussi grand que le nôtre, de tirer des plans sur une telle période. Dans l'ensemble, ce qui est important est de faire évoluer les jeunes. Qu'ils puissent trouver dans l'AS Monaco volley-ball un sport, un endroit où ils peuvent se donner à fond et avoir du plaisir à pratiquer leur activité. On vient tout récemment de développer une nouvelle section, le baby-volley et on est ravi de voir qu'après quelques séances, la fréquentation est exponentielle, que les petits sont présents et les parents ravis, que tout se passe très bien. On met vraiment un accent particulier sur les jeunes.