"L'avenir, c'est vous"

Créées lors des dernières saisons, les catégories cadets et juniors de l'AS Monaco Rugby montent petit à petit en puissance en vue de fournir, à terme, l'équipe première qui évolue en seniors.

Chez les pros comme chez les amateurs, la formation est souvent le socle de la réussite. Et ça, les dirigeants de l'AS Monaco Rugby l'ont bien compris. D'autant que, comme le dit Fabien Camin, manager des jeunes (cadets et juniors), "on n'a pas un budget mirobolant, avec un projet sur le plus ou moins long terme pour faire évoluer le club et on mise beaucoup sur la formation, comme le travail qui a été fait par Christophe et qui est réalisé aujourd'hui par Jérémy, est très important, ce qu'on fait avec les cadets-juniors l'est aussi. On veut leur montrer et on leur dit dès les cadets que l'avenir du club, c'est eux." De quoi être clair dans le discours adressé aux jeunes du club Rouge et Blanc. Et ce même si tout n'est pas toujours facile.

Img 3158

Des sections récentes

Il ne faut pas remonter bien loin pour tomber sur la création de ces deux catégories au sein de l'AS Monaco Rugby. Si les juniors n'entament que leur deuxième saison, le groupe cadet fête sa troisième année d'existence. "On avait des catégories jusqu'aux moins de 15 ans, et après nos jeunes partaient à Nice ou à Menton parce qu'ils n'étaient pas en âge de jouer en senior, ou alors ils arrêtaient. On avait ce projet d'avoir une épine dorsale au club, des U6 aux seniors, et de former nos joueurs et les garder, parce que nos éducateurs y passaient du temps à les former pour qu'au final, ils partent", détaille Fabien Camin. Et comme souvent, les débuts ont été délicats. "La première année ce n'était pas simple, on a fait le déplacement à 12 joueurs dans le bus pour le premier match et il a fallu maintenir la motivation chez les jeunes. On s'est fait une équipe et puis on a réussi à créer un gros groupe de copains et dès la première année on s'est qualifié pour les phases finales de la Côte d'Azur. Ça met une dynamique. Ça a été compliqué mais ça a été très bénéfique." 

Img 3114

Et cette première année de vie a été un socle pour la suite. Car dans la catégorie d'en dessous, les moins de 14 ans ont pu voir qu'il y avait de la vie au-dessus d'eux et qu'ils n'auraient donc pas à aller voir ailleurs. Ce qui a également poussé les dirigeants à lancer la section juniors. Une section qui peine à décoller cette année et qui connaît une mutation temporaire, comme cela se fait souvent en rugby. "En junior, c'est un peu plus compliqué, parce que le passage de junior à senior, il y a le bac et beaucoup quittent le sud pour leurs études, donc ça nous fait une grosse perte. Là, on a fait un rapprochement avec Menton sur cette catégorie, juste pour cette année. Menton était en sous-effectif aussi, et si on ne créait pas cette équipe, les jeunes allaient arrêter. On reste le club de base, les entraînements se passent chez nous. Pour le premier match, parce que c'était symbolique, on l'a fait à Menton avec le maillot de chez eux, mais depuis on joue sous les couleurs monégasques."

Continuité

Si les choses sont donc un peu plus complexes cette saison sur la catégorie junior, les cadets eux marchent bien, notamment grâce à cette continuité qui est mise en place dans la formation. Pour preuve, plus de 80% de l'effectif du groupe de cette année est issu de l'école de rugby. "C'est la première année où on voit le vrai passage de l'école à la section jeunes. Ce sont des enfants qu'on a formés et on a déjà réussi le pari de créer l'amour du maillot, la culture club. Quand on donne le maillot, les garçons sont fiers et se défoncent pour le porter et on commence à le voir sur le terrain. Il y a cette passerelle école de rugby - cadets/juniors, mais on en a aussi une juniors/seniors. Tous les quinze jours, on a une navette qui part de Monaco jusqu'à Blausasc pour qu'ils s'entraînent avec les seniors. Le but est d'échanger avec les joueurs de l'équipe fanion, mais ils commencent aussi à s'imprégner de l'ambiance, de l'atmosphère et ils apprennent à connaître les joueurs et le staff. Donc ceux qui doivent intégrer les seniors l'an prochain les connaîtront déjà", note Fabien Camin. 

Img 3124

Si la continuité se met en place en matière de jeunes qui grandissent avec le club, le travail établi à l'entraînement est lui aussi dans la suite logique de ce qui a été fait avant. Formés à tous les postes, les jeunes sont souvent amenés à changer de position sur le terrain en fonction de l'évolution de leur morphologie, car ils peuvent rapidement passer d'un gabarit à un autre à leurs âges. Leur capacité d'adaptation leur permet d'ailleurs de rapidement prendre leurs marques afin de permettre les débuts de mise en place d'un jeu qu'ils retrouveront par la suite chez les juniors comme chez les seniors. "Quand ils passent de U14 à U16, ils changent de monde de rugby. On joue un vrai championnat, sur toute la saison, il y a un fond de jeu à mettre en place, c'est un travail sur neuf mois, sur toute une saison. Et la morphologie évolue très vite, parce que des fois, en deux mois, ils changent complètement. On s'adapte donc aussi au niveau du poste. On a une philosophie qui est celle de s'adapter à la créativité du joueur, donc si un prend une initiative, c'est aux autres de s'adapter. On n'a pas un jeu stéréotypé." 

Avec un effectif où les gros gabarits ne sont pas très présents, la technique individuelle, le travail d'évitement, la passe et les sorties de balle rapides sont autant d'éléments qui font le jeu des cadets de l'AS Monaco. Des principes que l'on pourra d'ailleurs retrouver à divers échelons du club. 


Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos