Les barracudas ont les crocs

Créée depuis 7 ans, l'équipe des Barracudas représente le Skating Club Of Monaco et la Principauté lors de tournois de hockey-sur-glace. Des plus jeunes aux plus expérimentés, ils arpentent la glace, crosse en main. Avec un objectif, se faire plaisir. 

La nuit est déjà tombée depuis un petit moment. L'air s'est adouci. Sur la glace, les patineurs en herbe enchaînent les figures. Alors que leur séance touche à son terme, d'autres amateurs de glace arrivent. Plus costauds. Un sac de sport imposant dans une main, un manche dans l'autre. Certains d'entre eux se posent quelques minutes en tribunes avant de rejoindre les vestiaires. La patinoire est vide. A quelques mètres de l'entrée, une machine se prépare à aller lisser l'air de glisse. 

Img 9672

Crosse en main, casque sur la tête, protections fixées, les hockeyeurs du Skating Club of Monaco (Scom) vont prendre possession des lieux. "Lorsque le Scom a été créé il y a 7 ans, l'équipe de hockey a elle aussi vu le jour", raconte Pierre Brouillard, le co-responsable de la section au sein du Scom. "Au départ, Luc Verger, un historique du hockey niçois, s'en est occupé et a monté l'équipe avec Franck Nicolas, le président du club. Son frère lui a succédé, puis Fabien Bonilla a repris le flambeau que nous partageons désormais depuis deux ans", continue celui qui est également partenaire et dirigeant des Aigles de Nice. 

Img 9708

Des seniors plein de vie

Si les enfants sont souvent la priorité dans les clubs, car garants du futur, les plus âgés ne sont pas à oublier. "Le président a raison de soutenir la formation et ce serait bien qu'un jour on ait un Monégasque qui ait débuté ici et intègre l'équipe des Barracudas. Mais les petits viennent aussi parce qu'il y a des grands qui représentent le club. Les adultes donnent envie aux plus jeunes de faire pareil", expliquent les deux responsables de la section. Au Scom, les adultes comptent d'ailleurs pour près de la moitié des hockeyeurs. "On compte une soixantaine de licenciés dans notre section, dont une trentaine pour les seuls adultes", précisent Pierre Brouillard et Fabien Bonilla. 

Img 9654

Lorsque la patinoire est installée sur le port de Monaco, les grands se réunissent ainsi tous les lundis, le temps d'une séance de deux heures. Pas de quoi viser la performance. Mais le but est ailleurs. "Il faut se faire plaisir. Cette notion est importante chez nous. On va travailler des bases classiques, avec du patinage, du dérapage. Ensuite, on introduit le palet, avec des exercices de passes, de la tactique et on finit par un match." Ce soir-là, d'ailleurs, le match débute vite. On tire les filets derrière les buts, une cage est couchée (seul un gardien était présent), le coup d'envoi est donné. 

Tournoi maison

Certains membres des ''Barracudas'', le nom de l'équipe de hockey monégasque, évoluent également à Nice. De quoi leur permettre d'aller s'entraîner au moins une deuxième fois dans la semaine et disposer d'une patinoire toute l'année. Sans ça, difficile de prétendre ensuite à bien figurer en compétition. Même si elles se résument, pour le moment, à quelques tournois dans l'année, faute d'infrastructures suffisantes. 

Img 9721

"On voulait se rapprocher de la FFHockey, et prendre part au championnat loisir. Mais pour des raisons d'homologation technique et de sécurité, on n'a pas pu participer. On s'est dit qu'il fallait quand même entretenir l'esprit de compétition et on a fait des tournois amateurs en fin de saison, vers avril", glisse Pierre Brouillard, qui assure le lien avec le Nice Hockey Club, hôte des barracudas durant la saison. 

Img 8725

Pour jouer ces tournois, une seule condition. Être licencié au Scom. "On ne prend pas de mercenaires. Lorsqu'une date est validée, on voit qui est dispo et on monte ensuite l'équipe pour aller sur le tournoi sélectionné", rappelle Fabien Bonilla, lui-même joueur. A raison de trois à quatre tournois par an, les Barracudas affrontent souvent des pointures, des joueurs de Ligue Magnus (première division française) étant présents, tout comme quelques anciens de NHL (le championnat américain). Cette saison, le club monégasque a même mis en place son propre tournoi. "Pour la première fois, on a organisé un petit tournoi de Noël, avec 4 équipes : deux de Monaco, une de Nice et une de Roller Hockey. C'était un test, on a fait ça sur du 3 vs 3", glisse Fabien Bonilla. 

Img 9765

Une belle réussite amenant d'ailleurs le président Franck Nicolas a assurer les joueurs de sa volonté de donner à ce tournoi un peu plus d'ampleur. D'autant que le hockey monégasque semble faire des émules à l'international à en croire le président. "On a déjà des sollicitations, parce qu'il y a des Russes qui ont demandé d'acheter le nom des Barracudas et de créer une équipe qui ne jouerait qu'en Russie. En attendant qu'on ait une patinoire. Pour le moment, on a dit non." 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos
Photo_thumb_img_8661

Un match pour la planète

Une star du hockey international. Slava Fetisov, légende mondiale du hockey, est venu à Monaco pour y jouer un match intitulé ''The Last Game''. Un match à portée caritative, mais surtout écologique. Le but ? Sensibiliser les populations au réchauffement climatique et plus précisément à la fonte des glaces, notamment en Antarctique. Devant un public conquis, le match a laissé de beaux souvenirs. "C'est une grande preuve de confiance de la part du Souverain de nous avoir sollicités. C'est d'autant plus important que grâce à notre implication, on peut voir que le hockey peut être vecteur de certaines idées, comme celle du réchauffement climatique", a souligné Franck Nicolas, le président Skating Club of Monaco à l'issue de la rencontre. Une rencontre à laquelle une dizaine de joueurs des Barracudas a pris part.