L'ASF Antibes championne de France de Nationale 2

Au terme d'une saison aboutie lors de laquelle ils se sont inclinés à une seule reprise, les hockeyeurs de l'AS Fontonne Antibes ont remporté la finale du championnat de France de N2 face à Montrouge (7-6) sur leurs terres. L'an prochain, ils évolueront en N1, l'antichambre de l'Elite.

Un déclic contre des grosses cylindrées

"On a dominé la première phase sans vraiment forcer." Carlos dos Anjos, qui a repris l'équipe senior de l'ASF il y a un an, l'affirme sans détour. En jetant un œil au classement, où Antibes trônait en tête avec 10 victoires, un nul et une défaite, on pourrait difficilement le contredire.

A la tête d'un effectif au sein duquel plusieurs joueurs avaient déjà goûté à la N1 voire à l'Elite, à Antibes ou à Nice, le nouveau coach a dû redonner de l'allant à un groupe qui sortait d'une saison poussive. 

"Le courant ne passait plus avec le précédent entraîneur. On savait qu'il y avait du potentiel, mais il a fallu faire un gros travail, que ce soit au niveau tactique ou physique".

Au cœur de l'hiver, deux prestations abouties en amical, face à une formation belge de deuxième division (défaite 2-1) et au FC Lyon (Elite, victoire 6-4) ont fait office de déclic.

Photo 4

"Au fur et à mesure, on a créé un vrai esprit de groupe. Les nouveaux se sont bien fondus dans le moule, on fait souvent des repas ensemble après les entraînements. Et à tour de rôle, trois de mes joueurs vont encadrer les plateaux de jeunes", expose Carlos dos Anjos.

Issue heureuse après des playoffs crispants

Avant de disputer le Final four, les Diables noirs (le surnom des hockeyeurs de l'ASF) ont dû écarter les Nordistes d'Escaudœuvres, sèchement battus 10-0, puis le CF Paris (4-3). 

"Contre Paris, on a livré notre match le plus complet de l'année selon moi. Il y avait pas mal de pression parce que la montée se jouait ce jour-là. De nôtre côté, rien ne rentrait, on a concédé deux penalties. Et malgré tout, on a tenu bon."

Le week-end dernier, déjà assurés de se hisser en N1 l'an prochain, les Antibois avaient l'opportunité d'ajouter un titre à leur palmarès. Le tout sur leur pelouse synthétique du Parc des sports Léger.

Samedi, la moitié du chemin avait déjà été faite. Grâce à leur victoire 3-2 après prolongation face à Laval, les Azuréens ont gagné le droit de défier Montrouge le lendemain.  Là encore, le suspense allait être au rendez-vous.

Photo 1 2

Nanti de trois buts d'avance après un petit quart d'heure de jeu (une rencontre dure deux fois 35 minutes), Antibes menait encore 6-2 à la 57e minute.

Gonflés  à bloc, les Franciliens effectuaient un pressing intense et revenaient sur les talons des joueurs de l'ASF, obligés d'évoluer en infériorité numérique pendant de longs instants. A une minute de la fin, les deux adversaires se retrouvaient à… 6-6.

En prolongation, la délivrance survenait sur petit corner (une phase de jeu arrêtée, souvent décisive) grâce à un but de Romain Massonneau.

Photo 3 1

La saison 2014-2015, "point de départ
de quelque chose de plus grand"
?

De retour dans une division où ils évoluaient encore il y a trois ans, les Antibois auront du pain sur la planche. La reprise de l'entraînement a été fixée au 8 août, et une troisième séance hebdomadaire est prévue pour travailler les phases arrêtées.

"La dernière fois, on avait fait l'ascenseur. Cette fois, on veut tout faire pour obtenir notre maintien, et pourquoi pas un peu mieux. Le championnat de N1 reprendra le 14 septembre, avec un déplacement à Rouen. Il faudra être à la hauteur d'entrée."

Opposée à Rouen, Cambrai, Lambersart, le LUC Ronchin et Bordeaux, l'ASF disputera une première phase jusqu'au mois de novembre. Si elle figure dans les trois premiers, elle gagnera le droit d'évoluer dans la poule haute. Ce qui lui permettrait de conserver illico sa place en N1.

Dans le cas contraire, il faudra ferrailler en poule basse et éviter l'un des deux derniers rangs. Le défi est de taille, mais Carlos dos Anjos croit ses troupes capables de franchir un nouveau palier. 

"Evidemment, nous devrons nous engager deux fois plus et faire encore plus d'effort. Nous avons également encore du travail dans l'assimilation des systèmes de jeu. Mais ce qui m'a plu cette année, c'est que tout le monde s'est accroché. Il n'y a jamais eu de problèmes avec ceux qui jouaient moins. Le niveau technique est bon, la prochaine saison peut vraiment être le point de départ de quelque chose de plus grand."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos