Trois Azuréens en finale du Mondial juniors

François Scheefer : "Une génération exceptionnelle"

Pilier de l'équipe de France A, avec plus de cent sélections au compteur à 25 ans, François Scheefer a suivi de très près le parcours des juniors lors de la coupe du monde en Inde. L'Antibois vante la fougue et l'insouciance de ce collectif.

Selon toi, sur quelles valeurs s'est construit le parcours des moins de 21 ans durant cette Coupe du monde ?

Cette génération est dotée de très nombreux talents. Les gars ont envie de se battre pour honorer le maillot qu'ils portent. Ce qui m'a le plus frappé c'est leur aptitude a ne jamais rien lâcher, cette volonté de créer quelque chose même dans des situations difficiles, sans être habité par une quelconque inquiétude de ce qu'il peut se passer si ça rate.

La France ne faisait pas vraiment partie des favoris pour ce Mondial. Quels étaient tes pronostics pour les Bleuets ?

Je savais qu'ils allaient faire quelque chose durant cette Coupe du monde mais de là à me douter qu'ils allaient atteindre la finale… Je les voyais plutôt entre la sixième et la huitième place. Le staff a semblé gérer les choses très intelligemment en voulant faire  jouer tout le monde. Le deuxième gardien a par exemple fait gagner l'équipe en demi-finale, contre la Malaisie. Ils savent que leurs aînés auraient adoré participer à une telle compétition mais qu'il n'en n'ont pas eu la chance. C'est certainement ce qu'il les a boosté tout au long de la compétition. Ce sont des compétiteurs hors pair, des exemples à suivre.

Les dirigeants de la Fédération semblent compter sur cette génération pour garnir rapidement les rangs de la sélection senior…

Neuf d'entre eux étaient avec nous l'été pour disputer la Coupe d'Europe des nations (2e division). L'objectif était de remonter dans l'élité continentale. C'est chose faite, malgré un groupe très jeune. Nous nous sommes beaucoup servis de leur fougue et de leur insouciance pour atteindre nos objectifs.

Quelques mots sur le trio azuréen (Guillaume Deront, Jean-Laurent Kieffer et Christopher Peters-Deutz), que tu as forcément observé de plus près…
Nous savons maintenant que la Côte d'Azur est un réservoir pour le hockey français. Nous avons toujours plaisanté à ce sujet en disant que si tous les "Sudistes" se réunissaient et formaient une seule et même équipe, elle pourrait prétendre au podium en Elite.  Comme moi, Jean-Laurent, Guillaume et Christopher ont dû partir en région parisienne durant l'adolescence, en laissant derrière eux leur famille, leurs amis et leur confort pour atteindre le haut niveau. Je pense que leur force mentale vient de là et je les félicite. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :