Monaco a aussi sa sélection

Monaco n'a pas que l'ASM comme équipe de football. Non, il existe aussi la Monaco Football Association, qui n'est autre que la sélection nationale du Rocher. Alors que la saison est finie chez les pros comme chez les amateurs, retour sur l'histoire pas comme les autres de cette équipe nationale.

Quand on pense football à Monaco, l'équipe qui vient tout de suite à l'esprit est l'AS Monaco. Les professionnels ont toujours été la vitrine sportive du pays, au même titre que le Prince Albert II et ses olympiades en bobsleigh. Mais dans l'ombre de ces entités, une équipe a vu le jour il y a de ça près de 20 ans, alors que le bug prévu de l'an 2000 ne s'était pas encore avéré n'être qu'une chimère. La sélection n'a cependant été créée officiellement qu'en 2000, et le nom Monaco Football Association n'est arrivé qu'en 2003. 

Membre et co-fondateur, mais aussi capitaine et joueur, Eric Fissore est également le président de la MFA. "La sélection existe officiellement depuis 2000. On a élu un nouveau bureau l'an dernier. Tout le monde m'a poussé pour être le président. Au début, je ne voulais pas parce que je continue à jouer, mais tout le monde m'a demandé de prendre le poste." Le voilà donc à la tête de la MFA et de son bureau directeur. "Il est composé de quatre personnes, à savoir un président, un vice-président (Fabrice Di Franco), un secrétaire général (Olivier El Missouri ) et un trésorier (Anthony Minioni)."

Matches

Une sélection organisée donc, mais qui trouve tout son sens sur le terrain. Un match par trimestre a généralement lieu, bien souvent contre d'autres petites sélections non-affiliées à la FIFA, ou contre des régions. "Les demandes de matches passent souvent par Thierry Petit, notre coach, ou par Laurent Revollon, monsieur l'intendant, comme on l'appelle. Mais il s'occupe aussi de démarcher les autres équipes, et certains de nos joueurs le font également", précise celui qui est surnommé le "Monument". 

Résultat, certaines équipes deviennent des adversaires réguliers de la MFA, à l'image de l'Occitanie ou de la sélection corse. "Ma femme est corse, donc ça a aidé aussi au départ pour organiser des matches avec eux", glisse le boss de la MFA. Le Vatican est également une équipe que la sélection monégasque rencontre assez souvent. "Ils ont un championnat de foot à 7, et ils sélectionnent les meilleurs joueurs des 30 équipes de cette compétition pour nous rencontrer", explique le sélectionneur, Thierry Petit. 

 Diversité et déplacements

Les déplacements font d'ailleurs partie des grands moments de l'année pour les joueurs de la sélection nationale. Notamment chez les jeunes qui intègrent progressivement le groupe, comme le rappelle Eric Fissore. "On a joué les Uruguayens de Piacenza, chez eux, et on avait emmené 4 nouveaux jeunes dans le groupe. Tout s'est très bien passé, mais le problème, c'est qu'ils veulent tous partir en déplacement. On a un ratio déplacement-réception à 50/50. Les Corses nous ont invités pour début septembre, ce devrait être un voyage sympa", prévient le Président. Mais là où lui aimerait repartir, c'est en Espagne. "J'aimerais bien emmener les gamins là-bas, d'autant qu'on est invité à pas mal de tournois, notamment à 7, mais ce n'est pas toujours facile." 

Depuis la création de l'équipe, nombreux sont les pays à avoir affronté les Monégasques. Parmi eux, le Kosovo ou l'Ile de Man. De quoi se frotter à différents types de football, avec plus ou moins de réussite. En 2006 par exemple, la MFA participe à la Viva World Cup, qui a aujourd'hui été remplacée par la Conifa (association qui regroupe les sélections non affiliées à la FIFA) et se hisse alors jusqu'en finale. Mais face à la Laponie, qui disposait de joueurs professionnels, la victoire échappe complètement à la bande coachée par le fils de Jean Petit.   

Famille

Tous les joueurs qui composent la Monaco Football Association ont un lien très fort avec la Principauté (voir l'interview de Thierry Petit ci-après). Une grande partie d'entre eux travaille d'ailleurs à la Société des Bains de Mer ou à la fonction publique. Quant au président, il fait dans l'entrepreneuriat puisqu'il a à son actif quelques sociétés. 

Mais la MFA peut aussi servir à faciliter la vie de ceux qui composent l'équipe. "La sélection sert aussi de vecteur de communication, parce qu'on trouve des emplois pour les jeunes, on les aide à monter leurs dossiers pour les appartements. J'entretiens cet esprit familial, on s'entraide beaucoup. Les plus jeunes, ce sont tous ou presque les fils de mecs avec qui j'ai joué et qui étaient plus vieux que moi", raconte Eric Fissore. 

En perdurant l'état d'esprit présent depuis ses débuts, le plus capé de l'histoire de la sélection monégasque (une quarantaine) souhaite surtout "qu'on continue à se faire plaisir. Ca nous fera de jolies histoires à nous raconter quand on sera vieux." 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Callas pour finir la saison

En jouant régulièrement contre des équipes du coin, la sélection monégasque a créé des liens particuliers avec elles. Notamment l'équipe varoise de Callas, où les Monégasques iront jouer un tournoi de fin de saison les 26, 27 et 28 juin, comme l'explique Fernand "Nando" Sabatel. "C'est un tournoi amical, c'est quelque chose de simple, histoire qu'on se retrouve tous. Ce sont des équipes que l'on connaît et on invite chacun notre tour. On aura un repas avec le maire de Callas le vendredi soir et les équipes du club, qui organise le tournoi, la sélection uruguayenne de Madrid, Piacenza et nous. Le tournoi en lui-même aura lieu la journée du samedi. Après on a un repas tous ensemble et tout le monde repart le dimanche. Après on arrête la saison et on reprendra en septembre."