LE SACRE !

L'AS Monaco est championne de France. Ce soir du 17 mai 2017 sonne la fin d'une attente interminable. Après s'être imposés 2-0 face à l'AS Saint-Etienne, les Monégasques ont pu fêter à Louis-II, un titre qu'ils ont amplement mérité.

Dix-sept ans que la Principauté attendait ça. Le Louis-II en a connu des grands soirs cette saison, mais celui-ci est bien différent des autres. Leonardo Jardim et ses hommes ont décroché la 8e couronne de l'histoire du club ce mercredi. Les feux d'artifices ont illuminé le ciel monégasque et les supporters étaient venus nombreux pour assister à la fête.

 Quoi de plus mérité pour cette équipe qui n'a cessé de nous faire rêver. Les grands gagnants de cette saison 2016-2017, ce sont eux. Et ce soir de mai, les Monégasques avaient à coeur de soulever le trophée, avec le sentiment du devoir accompli. Dès l'entame de la partie, première action et premier frisson. Après plusieurs occasions avortées, ce que tout le monde attendait est arrivé. Alors qu'il avait buté un instant plus tôt sur Ruffier, le petit prodige du Rocher ouvrait le score. 

Mbappe 1782

Avec toute l'innocente insolence qu'on lui connaît, Mbappé a trompé d'une feinte de frappe le gardien stéphanois pour mieux glisser d'un plat du pied la balle au fond des filets (1-0, 19'). A ce moment-là, le Louis-II n'avait d'yeux que pour lui, comme c'est le cas depuis quelques mois déjà. Si Jemerson et ses coéquipiers se sont fait quelques frayeurs, cette mi-temps était la leur.

Jusqu'au bout de l'envie

Moins précis et disciplinés, les Monégasques ont connu plus de difficultés en seconde mi-temps. Mais poussé par un public survolté, il aura fallu attendre les dernières minutes pour que Monaco se libère enfin. Dans les arrêts de jeu, Lemar a offert le but du break à Valère Germain (2-0, 90+2). Le petit prince du Rocher, qui a tout connu avec l'AS Monaco, assenait le coup de grâce. 

Img 0073

Le coup de sifflet final a retenti et les supporters comme les joueurs ont pu laisser exprimer une joie qu'ils contenaient par prudence jusque-là. Dix-sept ans qu'aucun podium n'était venu se poser au centre du stade de la Principauté. Les lumières se sont éteintes, le show a commencé. Gracieusement remerciés par leur public, les architectes de ce bonheur sans limite pouvaient enfin soulever le trophée tant désiré. Daghe Munegu ! 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Les notes

Subasic (6,5) : Un bon match du portier monégasque. S'il n'a pas été très sollicité, il est resté concentré pour sortir les parades qu'il fallait ou aller au devant de ses adversaires quand c'était nécessaire. Bien suppléé par Glik sur sa sortie manquée.

Mendy (7) : Gros match du latéral gauche. Solide et très sérieux sur le plan défensif, il a comme souvent proposé des solutions offensivement, même si ces centres n'ont pas été aussi précis qu'à l'accoutumée.

Jemerson (6) : Match sérieux pour le brésilien qui n'a pas pris de risque.

Glik (7) : Encore une grosse prestation pour Assassin's Glik. Tranchant dans ses interventions, décisif défensivement, il ne s'est pas relâché dans une soirée où tout s'y prêtait. Un gros retour dans la surface pour conserver l'avantage.

Sidibé (6) : A l'image de son alter ego côté gauche, les retours en moins, puisque moins sollicité que Mendy défensivement. Sérieux, appliqué, disponible.

Fabinho (5,5) : Un gros début de match, où il a été présent défensivement et a bien orienté le jeu de son équipe. Moins en vue par la suite.

Moutinho (6) : Quelques gestes de classe pour le spectacle, de bonnes passes bien senties vers l'avant pour créer des décalages, une bonne présence à la récupération.

Bernardo Silva (5) : un match assez quelconque pour le virtuose portugais. Aucune fulgurance, peu de prises de risque, le numéro 10 monégasque, à l'image de ses deux derniers mois, n'a pas été incroyable. Remplacé par Germain qui marque le 2e but dans les dernières secondes.

Lemar (6) : Un peu léger dans ses replis défensifs, le gaucher a tout de même été à nouveau décisif avec cette remontée de balle et son centre pour le but de Valère Germain en toute fin de partie.

Mbappé (6,5) : Il a voulu un peu trop en faire, mais c'est bien lui qui ouvre le score de superbe manière. Il devra épurer son jeu et éviter de tomber dans la surenchère dans ses gestes, mais il est promis à un grand avenir. Remplacé par Andrea Raggi dans les ultimes secondes du match.

Falcao (5,5) : Match frustrant pour le capitaine monégasque. Deux vraies occasions de but, mais il a trouvé un bon Ruffier sur sa route. Un peu limité dans le jeu, mais toujours précieux dans la surface. Remplacé par Carrillo qui faisait son retour sur les terrains.