Le maintien après la peur

L'AS Monaco a assuré son maintien en L1 au soir de la 38e journée malgré sa défaite sur la pelouse de l'OGC Nice (2-0) alors que Caen plonge en Ligue 2 après sa défaite face à Bordeaux et la victoire de Dijon face à Toulouse.

Les yeux rivés sur le multiplex, les supporters et suiveurs de l'AS Monaco ont sans doute eu quelques sueurs froides ce soir. Mais la défaite des Malherbistes avait de quoi les rassurer, car ce n'est pas la prestation des asémistes qui aurait pu le faire. Et pourtant. Le début de match était plutôt bon et à l'avantage des monégasques. 

Mais à force de ne pas concrétiser leurs actions, les joueurs de Leonardo Jardim s'exposaient à une sanction niçoise. Sanction intervenue après la demi-heure de jeu lorsque le malheureux Benoit Badiashile détournait dans son camp un centre a priori inoffensif de Youcef Atal (36'). 

Le pénalty inscrit par Mickaël Le Bihan en seconde période (66') ne changeait rien à l'issue finale de ce match, si ce n'est qu'il a permis à l'OGC Nice de retrouver sa 7e place au classement de Ligue 1. Intéressants par moments dans le jeu, les partenaires de Radamel Falcao clôturent une saison galère par une 18e défaite.

Une belle première demi-heure

Le début de soirée à l'Allianz Riviera ne laissait pas forcément présager d'une défaite monégasque. Les Rouge et Blanc avaient en effet plutôt bien commencé, à l'image de leur début de match face à Amiens. Engagés, conquérants, à l'image d'un Adrien Silva très à son aise au milieu de terrain.

Si Nice insiste énormément sur son côté droit, avec le duo Atal-Saint-Maximain, l'AS Monaco a du répondant avec Martins et Ballo-Touré. Les deux asémistes serrent bien les niçois et ne leur laissent pas l'opportunité de s'exprimer. Gelson Martins, très en jambe, met d'ailleurs au supplice le jeune latéral algérien et l'AS Monaco se procure plusieurs occasions sur le but de Benitez. Mais ni Fabregas (15', tête sur la barre), ni Falcao qui tergiverse avant un double arrêt de Benitez devant Golovin et Gelson (17') ou Sidibé (19', de peu à côté) ne trouvent la faille. 

Après un moment chaud dans leur surface (29'), les Monégasques se procurent une nouvelle occasion mais le capitaine de l'ASM ne cadre pas sa tête sur un bon centre de Sidibé, alors qu'il était seul dans la surface (33'). Et ce qui devait arriver arriva. Sur un centre anodin d'Atal, consécutif à une des rares pertes de balle d'Adrien Silva au milieu, le jeune Badiashile manque son intervention et voit le ballon filer dans le but gardé par Benaglio. 

Sidibé à la faute, un maintien dans la douleur

Alors que les monégasques avaient bien débuté en première mi-temps, la donne a été relativement différente en seconde période. Nice est aussi mieux entré dans le match à ce moment-là et cela s'est ressenti sur la cage de Benaglio.

Et pourtant, après deux moments délicats (frappe de Saint-Maximin de peu à côté et un cafouillage dégagé au loin par Glik, 53' et 54'), c'est l'AS Monaco qui se créé une très grosse opportunité, à nouveau par l'intermédiaire de Fabregas. L'Espagnol, pourtant discret ce soir, se retrouve en bonne position face à Benitez mais n'appuie pas assez sa frappe et permet au portier de réaliser une parade décisive (56'). Bis repetita deux minutes plus tard, ou les deux mêmes acteurs rejouent la scène pour la même finalité. 

Et comme en première période, l'AS Monaco manque le coche et c'est l'OGC Nice qui en profite. Glik est à deux doigts d'imiter Badiashile en contrant un ballon qui passe de peu à côté et donne ainsi un corner au GYM. Corner qui va amener un penalty concédé par Djibril Sidibé, encore à la peine ce soir, pour un tacle mal maîtrisé sur Saint-Maximin.  De quoi permettre à Mickaël Le Bihan de retrouver le chemin des filets. 

Plus rien n'a alors été marqué et les changements opérés par les deux coaches n'ont rien changé. L'AS Monaco se maintient donc en Ligue 1 au terme d'une saison éprouvante et d'une ultime et 18e défaite.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :