As Monaco football: Mission accomplie

La rencontre

L'ancien footballeur professionnel et désormais consultant pour Canal +, Olivier Dacourt, est venu à la rencontre des pensionnaires de l'Academy. Au cours de ce moment d'échanges, l'ex milieu de terrain des Bleus a présenté son documentaire, Ma part d'ombre, et a ensuite participé à un exercice de questions/réponses avec les jeunes asémistes.

Dacourt Academy 1

Le salon Honneur du stade Louis-II se transforme en salle de projection. Des rangées de chaises sont installées face à un grand mur blanc. Sur ces chaises, les jeunes membres de l'Academy de l'AS Monaco, accompagnés de leurs professeurs, de Virginie Afriat-Gollino, responsable de la scolarité, et Bertrand Reuzeau, directeur du centre de formation. Face à eux, une silhouette connue s'avance. Manteau gris, casquette noire, l'air un peu timide, Olivier Dacourt entre sous les applaudissements de l'assemblée. Quelques secondes se passent, la lumière s'éteint. "Quand tu débarques dans un centre de formation, tu débarques tout seul. Tes rêves t'accompagnent, mais tu es tout seul. On fait tous le même rêve." Ce sont parmi les premières phrases prononcées par Olivier Dacourt dans "Ma part d'ombre", avant de glisser sur celles qui annoncent le thème du film, celui des blessures devenues des forces pour ces champions.

Echange et transmission

Micro en main, l'ancien milieu de terrain de la Roma ou de l'Inter Milan, notamment, fait face à sa jeune assemblée, prêt à répondre aux questions à l'issue de la projection de son film. Mais les jeunes footballeurs monégasques peinent à prendre la parole. Alors Dacourt distribue, comme il le faisait à l'époque. Récupération, transmission. Première question. Puis une autre, et la machine est lancée. Et parmi les échanges, le message transmis par le documentaire de l'ancien Bleu a l'air de passer, lui qui insiste sur le travail à fournir et l'attitude à adopter pour éviter certains écueils. "Le fait que ce soit un ancien pro donne de la crédibilité à ce qu'on dit tous les jours. Ils pensent qu'ils sont au centre et donc qu'ils ont déjà réussi. Mais nous essayons de leur faire comprendre que le plus dur vient après", explique Virginie Afriat-Gollino. Et comme l'a précisé Olivier Dacourt, son témoignage ainsi que ceux des joueurs présents dans son film doivent servir à cette jeune génération pour ne rien lâcher. "Il y a une équation simple qui est talent + travail = réussite", a-t-il détaillé aux pensionnaires du centre. "Ce film, c'est de la prévention, de la transmission. C'est pour ça que je disais aux jeunes, ce que tu as en toi, tu dois t'en servir, parce que ce n'est jamais évident."

Mise en garde 

Conquis par le discours d'un joueur ayant notamment évolué en France, en Angleterre et en Italie, ils ont également pu voir qu'une vie de footballeur ne se limite pas seulement à ce qu'il se passe sur le terrain. Notamment dans l'après-carrière, ce qu'a pu apprécier la responsable scolarité-études du centre. "On leur dit tous les jours qu'ils auront une après-carrière et qu'il faut être capable après ça d'avoir une vie et de travailler. Ce qu'ils ne conçoivent pas, parce que pour eux, ils sont footballeurs pros et ils le seront longtemps. Mais c'est à nous de leur faire comprendre que peu pourront vivre de leur carrière après-coup et qu'il faut envisager une reconversion ensuite." Un message appuyé par Olivier Dacourt, et son parcours, lui qui a brillamment réussi entre médias et études, avec un maîtrise de droit et d'économie du sport et une participation importante à la création de l'Indian Super League. "Si ça touche quelques jeunes, c'est bien."  

Dacourt Academy 4

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos