L'éclair Slimani

Grâce à un nouveau but d'Islam Slimani, l'AS Monaco l'a emporté ce soir face à Montpellier. Un troisième succès de rang qui permet au club de la Principauté de prendre provisoirement la 5e place de L1 à son adversaire du soir et de se rapprocher à 3 points du podium.

Trois points, un clean sheet et le podium qui se rapproche. Il y a de quoi arborer un large sourire. La soirée monégasque a été intéressante à tous points de vue dans ce qui s'apparentait à un choc de haut de tableau en ouverture de cette 25e journée. L'enjeu du classement était réel, l'ASM pouvant doubler son adversaire en cas de victoire, et un succès aurait permis à l'une comme l'autre équipe de regarder le podium droit dans les yeux. Et à ce petit jeu, c'est l'AS Monaco qui a su tirer son épingle du jeu.

Grâce à un homme revenu sur le devant de la scène, Islam Slimani. Déjà buteur providentiel la semaine dernière à Amiens, il a de nouveau offert la victoire à son équipe ce soir, encore une fois sur corner. Un but venu récompenser un match plein de la part de l'international algérien, omniprésent sur le front de l'attaque monégasque. Une attaque peu en verve malgré de nombreuses occasions et une association du trio Jovetic-Slimani-Ben Yedder que l'on a très hâte de revoir.

Maîtrise et erreurs techniques

Globalement, l'AS Monaco a dominé son sujet. Les Montpelliérains, orphelins d'Andy Delort et venus avec un milieu renforcé, n'ont jamais réussi à réellement développer du jeu pour mettre en difficulté les locaux. Mais, notamment en première mi-temps, les imprécisions techniques sont venues ternir la copie des monégasques. Après dix premières minutes équilibrées, les hommes de Robert Moreno ont pris le dessus, confisquant la gonfle, sans être très dangereux. La première frappe, venue de Slimani, n'intervient d'ailleurs qu'à la 17e minute.

La pression s'intensifie ensuite dans le camps héraultais, mais les monégasques ne parviennent pas à trouver la faille à cause d'un manque de justesse dans le dernier geste. Un ballon trop profond, une passe mal dosée, un mauvais timing à la transmission font que les buteurs n'ont que peu de cartouches. Et lorsqu'une énorme arrive, Aleksandr Golovine manque l'immanquable. Après un bon relais entre Slimani et Aguilar, très en jambe, sur l'aile droite, le ballon revient sur l'international russe qui manque complètement le cadre alors qu'il était seul, face au but, à 5 mètres de la ligne (27e)... Quelques minutes plus tard (35e), c'est au tour d'Islam Slimani de manquer le cadre sur une tête dans la surface. 

Slimani surgit

Deux frappes lointaines de Stevan Jovetic, bien que dangereuses, ne changent rien et tout le monde rentre au vestiaire sur un score nul et vierge. Mais la donne allait rapidement changer en début de seconde période. Sur un corner de Golovine, l'Algérien s'élève plus haut que tout le monde et pique sa tête, trompant par la même occasion Dimitry Bertaud, le portier montpelliérain. Et, contrairement aux dernières semaines, l'AS Monaco a su préserver cet avantage sans se faire peur ou presque.

Si l'arrière-garde de la Principauté, à l'image de Kamil Glik, impérial, a été solide, un petit moment de flottement entre la 60e et la 70e a bien failli leur coûter cher. Preuve que cette équipe n'est pas encore complètement guérie, mais qu'elle est sur la voie de la rémission. Il a tout de même fallu une triple intervention de Glik, Aguilar et Maripan pour contrer les frappes pailladines. 

Mais l'orage était passé. Les coéquipiers de Ruben Aguilar ont ensuite eu plusieurs opportunités de se mettre à l'abri, mais ni Bakayoko, d'une frappe surpuissante sur la barre (70e), ni Keita Baldé (90e), pourtant dans des conditions idéales, n'ont réussi à aggraver la marque. Qu'importe, seule la victoire est belle, d'autant plus lorsqu'on y ajoute la manière. Si l'AS Monaco retrouve son efficacité offensive des premiers mois en y ajoutant cette nouvelle solidité défensive, alors le podium, à trois points ce soir, pourrait bien devenir réalité.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :