L’ASM chute face à l’Atletico

Pour la première journée de Ligue des Champions, l’AS Monaco s’est inclinée (1-2) sur sa pelouse face à l’Atletico Madrid. Une défaite rageante pour les hommes de Jardin car il y avait la place de faire mieux.

L’Atletico de Diego Simeone n’est pas du genre à laisser beaucoup d’occasions à ses adversaires. Et quand il en laisse, mieux ne vaut pas les rater. Car eux ne se loupent que rarement. Comme d’autres avant eux, et notamment l’OM en finale d’Europa League la saison dernière, les hommes de Leonardo Jardin l’ont appris à leurs dépens ce soir.

Deux buts à des instants clés et on ferme la boutique. A la 31e minute, d’abord, pour égaliser par Diego Costa, sur une action superbe qui a permis à l’Espagnol d’ajuster Diego Benaglio après trois passes seulement (et notamment la dernière, de volée, réalisée par Antoine Griezmann). Et juste avant la mi-temps, sur corner, lorsque Gimenez a victorieusement repris le coup de pied de coin de Koke. Et puis plus rien ou presque. 

Une ASM entre le chaud et le froid

Et Monaco dans tout ça ? Du bon et du moins bon pour les Rouge et Blanc. Et quelques regrets, aussi, de n’avoir pas mieux joué certains coups ou mieux exploité certains ballons. Après un début de match délicat où ils avaient tout de même répondu présent dans l’impact, les monégasques ont progressivement sorti la tête de l’eau à l’issue des dix premières minutes. Une belle frappe de N’Doram, titulaire dans l’entre-jeu, flirtait avec la lucarne et Aholou inquiétait Oblak quelques minutes plus tard.

56135

Avec Chadli à droite et Grandsir à gauche, l’ASM avait de quoi contrer. Même si le Belge s'est essentiellement contenté de défendre, répondant sans doute aux demandes de son coach, Monaco étant le plus souvent à 5 derrière dès la perte du ballon. Mais c’est bien sur un contre mené par un Sidibé plutôt en jambes, côté droit, que l’ouverture est venue. Falcao récupère le centre et cherche Aholou. La défense cafouille, Grandsir surgit et trompe Oblak. Le scénario idéal se met en place.

Solide au milieu, Jean-Eudes Aholou a été victime d’une gros choc tête contre tête avec Koke. Un petit événement avec de grandes conséquences. Très performant jusque-là, le transfuge de Strasbourg a ensuite eu énormément de mal à se remettre de ce coup. Les espaces se sont alors libérés. Et l’Atletico a retrouvé de l’élan, trouvant souvent des espaces dans le dos de la défense centrale asémiste.

Une deuxième période au point mort

Au retour des vestiaires, on se dit alors que l’ASM va pousser pour revenir et pourquoi pas l’emporter. Car les moments d'errements des madrilènes montrent qu'eux aussi ne sont pas encore au mieux en ce début de saison. Mais l’intelligence des déplacements des joueurs de l’Atletico, à l’image de ceux d’Antoine Griezmann, permettent aux hommes du Cholo de toujours ressortir le ballon. Notamment en combinant bien sur les côtés et en s'appuyant sur la justesse des passes de Koke. 

35350

Volontaires mais imprécis, parfois à la limite de la rupture, les monégasques ont eu du mal à s’incruster dans la surface d’Oblak. Gimenez et Godin ont fait la loi dans les airs et les changements apportés par Jardim (Mboula pour Chadli, Traoré pour Aholou puis Sylla pour Grandsir) n'ont pas permis pas au club du Rocher de revenir. Les nombreux centres tentés n'ont que rarement trouvé preneur et la frappe lointaine de Falcao n'a pas trouvé le cadre. 

Malgré dix dernières minutes au cours desquelles  les tentatives et les centres se multiplient, rien n‘y fait, l’Atletico plie (un peu) mais ne rompt pas. Kamil Glik a bien failli refaire le coup de Leverkusen, lorsqu'il avait égalisé dans les derniers instants, mais sa tête est venue mourir sur le petit filet d'Oblak. Trop peu pour réussir à revenir. 

Après cette défaite inaugurale, l'AS Monaco se déplacera à Dormund le 3 octobre. Les Monégasques seront sur le pont dès ce vendredi avec la réception de Nîmes à 20 h 45. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Déclas d'après-match

Diego Simeone, entraîneur de l'Atletico Madrid : "Ça a été un match difficile, qui n'a pas été simple pour les deux équipes. L'AS Monaco a réalisé un début de match assez fermé derrière et nous avons essayé de faire circuler le ballon rapidement. Leur but a été un coup dur mais on a su réagir correctement avec un gros travail de notre milieu de terrain. Antoine Griezmann continue de monter en puissance et a réalisé un grand match ce soir."

Leonardo Jardim, entraîneur de l'AS Monaco : "La défaite est là parce que l'adversaire a été plus rigoureux et efficace que nous. Le match a été assez équilibré, mais on a manqué de rigueur, ce qui est aussi dû à l'expérience. Tu mènes 1-0, sur un deux contre un où tu prends un but, notre milieu défensif n'est pas bien positionné. Ensuite sur corner. Et la maturité, la rigueur fait la différence. Mais je pense que sur le reste nous avons réalisé un match assez équilibré."