L'AS Monaco perd le premier round

Défaits 2-0 à la maison par une Juventus Turin supérieure, les monégasques se devront de créer l'exploit dans six jours au Juventus Stadium pour accrocher leur place en finale de la Ligue des champions.

Le peuple Rouge et Blanc y croyait, et y croit sans doute encore, même si les chances de voir l'AS Monaco retourner en finale de Ligue des Champions cette année sont beaucoup plus minces qu'avant le coup d'envoi de la manche aller ce soir. La suspension de Khedira, la probable titularisation de Bakayoko avant le coup d'envoi laissaient présager que l'AS Monaco pouvait l'emporter. Mais la réalité du terrain en a été tout autre. 

Man 7821

Les Turinois ont tout simplement été plus forts que leurs homologues monégasques. Plus disciplinés, plus justes tactiquement, meilleurs dans les duels, dans le réalisme. La différence d'expérience des grands rendez-vous s'est vue ce soir, entre la jeune garde asémiste et les vieux briscards italiens. 2-0, le score aurait pu être plus lourd. L'AS Monaco aurait pu marquer, elle en a eu les occasions, mais n'a pas su les convertir. Mais il n'y a pas eu que ça.

Premier coup de poignard

Si l'optimisme était de mise à quelques heures du coup d'envoi, les doutes ont commencé à gagner les travées dès l'annonce du forfait de dernière minute de Benjamin Mendy. En face, la Juve alignait sa "BBC", avec les présences de Bonucci, Barzagli et Chiellini derrière. Le début de match des monégasques n'avait d'ailleurs pas grand chose d'encourageant. Maladroits techniquement, la différence entre les deux équipes était flagrante. Car au contraire des hommes de Jardim, l'escouade d'Allegri était impressionnante de justesse. Pjanic et Marchisio faisaient du milieu leur empire tandis que Dybala montrait à chaque touche de balle à quel point il était l'avenir du football argentin. 

Man 8247   Copie

Il fallait attendre la fin du premier quart d'heure pour voir les Rouge et Blanc sortir la tête de l'eau. Et déjà, l'ASM avait eu chaud, notamment sur une remise d'Alvès en pleine surface pour un Higuain trop court. Mais Mbappé répondait rapidement suite à un superbe appel au premier poteau. Servi par Dirar, excellent ce soir, le jeune espoir asémiste coupe au premier et voit sa tentative repoussée par Buffon. Le début du récital pour le portier Transalpin. Et alors que l'ASM semblait prendre le jeu à son compte, mettant du rythme en accélérant ses transmissions et en portant moins le ballon, le premier coup de poignard est tombé. Relance de Marchisio, déviation de Dybala pour Alvès qui s'appuie sur Higuain pour lui remettre à nouveau à l'entrée de la surface. Il n'en fallait pas plus pour le buteur argentin pour ouvrir le score. 

Man 8517

Et pourtant, à ce moment-là, les Monégasques semblaient en mesure de mettre à mal l'organisation parfaite des Turinois. Mbappé malmenait les défenseurs, notamment Andrea Barzagli qui avait toutes les peines du monde à le suivre. Mais le talent brut ne suffit pas toujours, et a tendance a eu tendance à s'essouffler au fil des minutes. Et les deux équipes rejoignaient les vestiaires sur ce score de 1-0 en faveur des visiteurs.

Ce soir, c'était mission impossible

Bien plus entreprenants au retour des vestiaires, les coéquipiers de Nabil Dirar, sans doute le meilleur des siens ce soir, affichaient d'autres intentions. Notamment celle de mettre du rythme dans leur jeu, ce qu'ils n'avaient pas assez fait ce soir. Mais en face, il y a la meilleure défense d'Europe. Une équipe qui n'a encaissé que deux buts cette saison en Ligue des Champions. 

Man 8652

Et le match de ce soir aurait pu se jouer pendant des jours entiers sans que le ballon ne franchisse la ligne gardée par le grand Gianluigi Buffon. Les Italiens ont montré du respect envers leurs adversaires en conférence de presse la veille. De quoi démontrer leur état d'esprit, qui s'est vérifié sur le terrain. Et une fois encore, c'est sur un temps fort de l'AS Monaco que la Juventus a doublé la mise. Bien aidé par la perte de balle de Tiémoué Bakayoko, Daniel Alvès a récupéré le ballon et mis sur orbite Gonzalo Higuain qui n'avait plus qu'à conclure grâce à un très bon timing, devançant Kamil Glik au passage. 

Man 8527

2-0, la messe était dite. Toutes les tentatives monégasques n'y ont rien changé. Trop timides en première mi-temps, manquant de tranchant, les joueurs de Leonardo Jardim ont fait la chose qu'ils n'avaient pas réussi cette saison : ne pas marquer un but. Un fait qui résume à lui seul ce match. 

Arbitrage et manque d'expérience

Encore une fois, l'AS Monaco n'a pas su prendre le dessus sur un ennemi qu'elle n'a jamais réussi à sortir pour le moment en Ligue des Champions. Si tous les espoirs ne sont pas perdus en vue du match retour dans 6 jours à Turin, force est de constater que l'équipe de Leonardo Jardim a manqué d'un peu tout pour espérer réussir un résultat ce soir. Pour créer l'exploit au Juventus Stadium, il faudra qu'elle joue son jeu, mais qu'elle sache aussi faire preuve de vice.

Man 8415

Il lui faudra pour cela prendre exemple sur Giorgio Chiellini, magnifique défenseur et roublard exceptionnel. Ce garçon n'aurait jamais dû finir le match. Déjà impliqué sur une action litigieuse en fin de première mi-temps, qui aurait pu donner lieu à un pénalty pour l'AS Monaco, l'international Translapin s'est ensuite rendu coupable d'un coup de coude dans la mâchoire de Falcao avant de prendre Valère Germain par derrière. Carton jaune pour son coup sur Falcao, pas de faute sur Germain. Des décisions qui n'ont pas manqué d'interpeller le public. 

L'exploit est donc encore possible. Mais pour cela, l'AS Monaco va devoir laisser le frein à main baissé et jouer le coup à fond. Comme une bande de gamins qui joue sans pression. Comme ce que ces garçons ont su faire jusqu'à présent. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos