L'AS Monaco fait un grand pas vers le maintien

En s'imposant à la maison face à Amiens pour cette 37e journée de Ligue 1, l'AS Monaco a fait un grand pas vers le maintien, d'autant que, dans le même temps, Dijon s'est incliné à Paris et Caen a pris l'eau à Lyon. Un point suffira à l'ASM pour se maintenir lors de la dernière journée, à Nice, vendredi prochain.

Une déviation de Sidibé dans la course et Alexandr Golovin part, seul, défier Régis Gurtner. Le ballon termine dans le petit filet et le stade exulte. Toute l'équipe ou presque fond sur le jeune Russe pour l'enlacer et fêter ce but avec lui. On joue alors la 83e minute et l'AS Monaco mène désormais 2-0.

Un but quasi synonyme de maintien. L'AS Monaco avait bien ouvert le score assez vite sur une tête rageuse de son capitaine, Radamel Falcao (26e), mais les hommes de Leonardo Jardim sont restés relativement fébriles tout au long de la rencontre. Notamment à l'image de Jemerson, souvent approximatif, tant dans son placement que dans ses interventions.

Falcao, comme un symbole

Dès l'entame, on sentait les joueurs du Rocher concernés. Présents dans l'engagement, combattifs, les monégasques ont bien débuté, se montrant entreprenant dans le jeu et conquérants. Pour preuve, le grand nombre de ballons grattés dans les pieds amiénois par les locaux. 

Malgré tout, le manque de sérénité affiché par les Rouge et Blanc laisse aux joueurs d'Amiens de la place pour se montrer dangereux. Et la première a bien failli être la bonne, mais la frappe de Guirassy frôle le cadre alors que Benaglio était battu (18e).  Quelques minutes plus tard, l'AS Monaco, par l'intermédiaire de son capitaine, a su trouver la faille. 

Bien aidé par Régirs Gurtner, auteur d'une grosse faute de main, Radamel Falcao a vu sa tête offrir l'avantage à ses troupes. Et ce malgré une faute qui semblait évidente, comme l'a souligné Christophe Pelissier, l'entraîneur amiénois, après la rencontre.

Sueurs froides et libération

LA suite des débats n'a pas permis au match de gagner en saveur, mais les monégasques sont restés sérieux et appliqués, manquant d'ailleurs de doubler la mise par Gelson Martins, trop court sur un centre de Sidibé. La fin de première période est cependant au crédit des visiteurs, avec deux occasions, dont l'une, contrée par Falcao, a bien failli tromper Benaglio. Mais le ciel était ce soir du côté des monégasques.

Et la deuxième mi-temps a confirmé cela. Malgré un retour des vestiaires avec de meilleures intentions, les amiénois n'ont pas réellement réussi à mettre l'AS Monaco en grand danger. La tension était d'ailleurs palpable dans ce match important pour le maintien des deux équipes. Il a ensuite fallu attendre les dix dernières minutes pour voir les monégasques exulter. 

Une récupération d'Adrien Silva qui relance sur Sidibé, lequel prolonge en une touche vers Golovin. Le russe part alors seul défier Gurtner et gagne son duel, envoyant son ballon dans le petit filet droit. Le banc asémiste a alors exulté, tout le monde ou presque rejoignant le buteur pour célébrer ce qui pourrait s'apparenter au but du maintien.

Caen ayant pris la foudre à Lyon (4-0), tout comme Dijon à Paris (4-0), l'AS Monaco compte trois points d'avance sur Caen, premier relégable, avec un goalaverage avantageux (+7 sur Caen). Il faudrait que l'AS Monaco perde 4-0 à Nice et que Caen l'emporte sur le même score pour repasser devant les monégasques. Un nul en terre niçoise suffira donc pour rester en L1. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :