João Moutinho, le métronome du Rocher

Lors du premier match à domicile de la saison, remporté avec maîtrise contre Tottenham (5-2), le milieu de terrain João Moutinho a pris en main le jeu de l'AS Monaco. Tout sauf une surprise pour les observateurs avisés du football international. Lors de ses prochaines sorties, le Portugais devrait affirmer son statut de "patron" de l'entrejeu monégasque.

Au cours de ce mercato clinquant made in AS Monaco, l'arrivée de la star colombienne Radamel Falcao, le retour des Français Eric Abidal et Jérémy Toulalan ont fait couler beaucoup d'encre et généré autant de liens sur le Net. Le recrutement de João Moutinho ? Il a aussi fait frémir tous les observateurs avisés du football international. Les autres devraient rapidement fixer leur regard sur le transfuge du FC Porto.

A première vue, le nouveau numéro 8 de l'ASM n'a rien d'une star. Pas de coupe de cheveux excentrique, pas de costume flamboyant à la ville, pas de chaussures flashy sur la pelouse. Avec son look passe-partout, son mètre 71 et ses 61 kilos, Moutinho pourrait même rester dans l'ombre. Sauf que sur le terrain, c'est de ses pieds que jaillit la lumière.

Souvent, les médias aiment le comparer à Xavi, le cerveau du Barça. Et il est vrai que les similitudes entre les deux milieux de poche sont nombreuses : technique au-dessus de la moyenne, gros volume de jeu, vision périphérique, sens aigu de la passe… 

João, énième joyau du Sporting

Comme l'Espagnol, João Moutinho a vite hérité de grandes responsabilités. Champion d'Europe des moins de 17 ans avec le Portugal en 2003, il fête sa première cape chez les A deux ans plus tard (victoire 2-0 contre l'Egypte, le 17 août 2005), après une quinzaine de rencontres sous les couleurs du Sporting Portugal et une finale de Coupe de l'Uefa (perdue 3-1 contre le CSKA Moscou).

Dans la formidable mine qu'est le Sporting, il est l'énième joyau sorti du centre de formation des "verde e brancos", après Luis Figo, Simao, Quaresma, Nani ou encore Cristiano Ronaldo. A 20 ans et près de 100 apparitions avec son club, le natif de Portimao, une ville côtière du sud, hérite du brassard de capitaine. En équipe nationale, il fait aussi son trou, peu à peu.

A l'Euro 2008, il signe une passe décisive lors du premier match et joue toutes les rencontres jusqu'au quart de finale face à l'Allemagne. Une partie cauchemardesque pour celui qui est aligné aux côtés de Petit (un homonyme du Français formé à Monaco). En plus de l'élimination (2-3), il doit subir l'humiliation de Luiz Felipe Scolari, qui l'expédie sur le banc dès la 31e minute.

Quelques semaines plus tard, Moutinho fait part de son désir de changer d'air et de rejoindre Everton. Le Sporting met le paquet pour montrer son "estime" au joueur, qui accepte de rester avec un salaire triplé. Mais plus rien ne sera jamais plus pareil. Les supporters lisboètes éprouvent de la rancœur pour ce grand espoir du foot mondial qui a voulu filer à l'Anglaise.

Une pomme pas si pourrie…

En 2010, l'ascension du brillant João connait un nouveau coup d'arrêt, quand le sélectionneur Carlos Queiroz décide de ne pas l'emmener en Afrique du Sud pour la Coupe du monde. A Lisbonne, il semble être également de trop. José Eduardo Bettencourt, le président du Sporting, le cède au FC Porto pour 11 millions d'euros. 

Et il ne se gêne pas pour dire tout le mal qu'il pense de son ancien protégé."João Moutinho ne comptait pas pour le Sporting et le Sporting ne comptait pas pour João Moutinho. Il n'avait pas le minimum de conditions requis pour être capitaine de l'équipe (...). Entre ne rien recevoir et continuer avec une pomme pourrie, il n'était pas possible de prendre une autre décision."

Pas de quoi perturber notre homme, qui deviendra le maître à jouer des Dragoes. Chaque année, entre 2010 et 2013, il rafle le titre national. En 2011, il ajoute à ce butin une Europa league (conquise en compagnie de Falcao et James Rodriguez) et une coupe du Portugal.

Dès que le mercato ouvre ses portes, les poids lourds européens viennent aux nouvelles. Installé sur le banc de Tottenham, son ancien coach à Porto, André Villas Boas, tente de le faire signer chez les Spurs durant l'été 2012. L'affaire est près de se conclure pour 20 millions de livres (environ 23 millions d'euros) et un salaire hebdomadaire de 80 000 (environ 92 000 euros) pour celui qui porte toujours des bandages aux poignets. Mais l'heure limite arrive sans que les deux clubs parviennent à conclure le deal.

Après un ultime sacre dans le championnat portugais, ce sera finalement le moment de partir pour "Super Moutinho". Négociateur hors-pair, le président de Porto, Pinto da Costa, fait coup double en vendant James Rodriguez et Moutinho pour 70 millions à Monaco (dont 45 pour le premier cité). Commentaire goguenard du dirigeant portugais : "Nous avons vendu une pomme pourrie 25 millions d’euros."

Jérémy Toulalan : "Il voit vite et avant tout le monde"

Ceux qui n'ont pas suivi les autres matches de préparation de l'ASM ont pu découvrir la pépite portugaise à Louis-II, face aux Spurs de Tottenham, dont il aurait pu porter le maillot. Dans un rôle proche de celui d'un numéro 10 à l'ancienne, Moutinho a fait preuve de clairvoyance et d'abattage. Il fut même passeur décisif pour Ocampos, sur coup franc.

De quoi satisfaire le "Mister", Claudio Ranieri. "Il faisait très chaud ce soir. Malgré ça, j'ai vu de la vivacité dans les gestes. Moutinho, par exemple, a bien travaillé. Je pensais qu'il serait fatigué mais ça n'a pas été le cas", a déclaré le coach à l'issue de la rencontre remportée 5-2 par ses troupes.

Positionné juste derrière lui, le milieu défensif Jérémy Toulalan a également eu tout le loisir de voir briller son coéquipier : "Il m'impressionne. Je le connaissais déjà avant. J’ai joué contre lui l’année dernière avec Malaga. C’est quelqu’un qui est très à l’aise techniquement , il voit vite et avant tout le monde."

Samed (à partir de 21 heures), c'est dans un stade Chaban-Delmas à guichets fermés que Moutinho fera ses débuts en Ligue 1. Où il risque d'éblouir quelques adversaires…

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
1 Vidéo