En attendant mercredi

L'AS Monaco a fait le boulot face à Lille en s'imposant 4-0 lors de la 37e journée de Ligue 1. Le Paris-Saint-Germain l'ayant emporté dans le même temps à Saint-Etienne (5-0), les monégasques doivent attendre mercredi et la réception des Stéphanois pour valider leur titre de champion de France. Un nul leur suffira.

Hexagoal va donc passer quelques jours au chaud avant de, sans doute, prendre place dans la vitrine à trophées de l'AS Monaco. Sans avoir à forcer son talent face à de faibles Lillois, le groupe de Leonardo Jardim a fait le boulot, signant au passage une nouvelle victoire assez large (4-0). De quoi ravir un public venu nombreux et un kop d'ultras qui n'a cessé de donner de la voix 90 minutes durant.

Une première mi-temps très légère

La tête était sans doute un peu ailleurs ce soir. Normal, quelque part, alors que la saison touche à sa fin. Mais il faut encore finir le job. Et cela, Falcao l'a bien compris. Dès la 7e minute, le colombien, étrangement seul dans la surface, malgré la défense à trois mise en place par Franck Passi, ne s'est pas fait prier pour convertir l'offrande de Thomas Lemar (1-0). 

Mais ce but n'a pas eu l'effet habituel sur les coéquipiers d'El Tigre. Les Rouge et Blanc ont tout simplement arrêté de jouer, se contentant d'un contrôle partiel du match. Mais les Lillois, malgré une nette possession (61-39 à la 40e), n'ont pas été en mesure de réellement inquiéter Danijel Subasic. Ce n'est qu'aux alentours de la 40e minute que les Monégasques ont remis le pied sur le ballon. Et Mbappé a montré encore une fois à quel point il avait un avenir radieux devant lui.

Lemar 1196

Sur un nouvel appel de toute beauté dans le dos de la défense, il a pris Béria de vitesse pour récupérer le ballon transmis par Bernardo Silva. En un contre un face au défenseur du Losc, le prodige monégasque a littéralement ridiculisé son adversaire pour servir le numéro 10 portugais. 2-0 et Bernardo Silva inscrivait par la même occasion le 100e but de la saison en L1. 

Un deuxième acte plus consistant

Revenus des vestiaires avec de meilleures intentions, les Monégasques ont su remettre le pied sur le ballon pour contrôler les débats sans avoir à puiser dans leurs réserves. Bien aidés par de très faibles lillois, les transmissions étaient bien meilleures qu'en première mi-temps et les hommes de Jardim semblaient maîtres de leur sujet.

Jemerson faisait passer un premier frisson dans le stade à la 54e minute lorsque sa reprise à la réception d'un corner passait près du poteau de Mike Maignan. Mais le chef d'œuvre de la soirée allait arriver quelques minutes plus tard. A la 69e minute, Thomas Lemar, quasiment dans tous les bons coups ce soir, claquait une superbe ouverture vers Kylian Mbappé. Sa remise en une touche trouvait son capitaine qui n'avait qu'à conclure du plat du pied face au but. 3-0, la messe était dite. 

Mbappe 1782

Les 20 dernières minutes étaient assez calmes, seul Farès Balhouli, l'ancien de la maison, mettant Danijel Subasic à l'œuvre sur coup-franc. Dans les derniers instants du match, Lemar, encore lui, débordait côté gauche pour centrer vers Valère Germain, entré en jeu à la place de Radamel Faclao. Mais Alonso privait l'enfant du club d'un dixième but cette saison en propulsant lui-même le ballon au fond des filets 4-0, 84e).

Avec cette victoire, l'AS Monaco maintient ses trois points d'avance sur le Paris-Saint-Germain, large vainqueur à Saint-Etienne (5-0) et devra prendre au moins un point contre ces mêmes stéphanois pour valider son 8e titre de champion de France à la maison ce mercredi, pour le match en retard de la 31e journée. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Les notes des Monégasques

Subasic 6 : Celui dont le nom est scandé à chaque début de match est resté égal à lui-même. Vigilant, il n'a été que très peu sollicité sur cette partie. Sliti par deux fois a tenté sa chance sans succès (14',28'). Bahlouli s'y est également essayé sur coup-franc, mais Suba était bien décidé à ne rien laisser passer.

Fabinho 5,5 : L'arrière droit d'un soir a connu des débuts un peu difficiles. Le jeune Koné a pu profiter à plusieurs reprises du manque de repères de son adversaire. Cela n'a duré qu'un temps, le couteau suisse monégasque a su reprendre le dessus très rapidement. Offrant même aux supporters quelques gestes techniques dont il a le secret.

Glik 5,5 : C'est la valeur sûre, même si l'ensemble de la défense du Rocher a montré quelques signes de fébrilité en première mi-temps. Peu sollicité dans l'ensemble de la partie, le Polonais a fait ce qu'il fallait pour écarter les rares percées de la formation de Franck Passi. L'essentiel est là, Lille repart avec 4 buts dans la valise et Monaco n'en a encaissé aucun.

Jemerson 5,5 : Parfois fuyant, parfois étonnant, Jemerson a su se montrer plus convaincant. Surtout dans la première période où le Brésilien, par deux fois, s'est fait tromper par Sliti. Heureusement sans conséquence. Il s'est ensuite illustré dans le deuxième acte lorsque d'une superbe reprise de volée il a fait trembler Louis-II (53').

Sidibé 6 : Décevant ces derniers temps, le défenseur monégasque a retrouvé des couleurs. Malgré les nombreux coups donnés par Corchia, l'international français s'est montré plutôt satisfaisant sur son côté gauche. Il aurait même pu être l'auteur du quatrième but monégasque si sa frappe croisée n'avait pas fui le cadre.

Bakayoko 6,5 : Dixit l'ouragan masqué. Bakayoko c'est costaud, puissant et rapide. D'ailleurs, Mavuba a bien essayé de le stopper mais il s'est fait embarquer et a récolté son jaune. Il fait partie de ceux qui ont sonné la révolte lorsque les Monégasques n'avait plus la possession en fin de première période et a gratté un grand nombre de ballons en seconde, se permettant au passage quelques percées dont il a le secret.

Moutinho (remplacé par Carillo 88') 7 : Au milieu de terrain, le Portugais n'a rien lâché et s'est montré autant présent offensivement que défensivement. Fin de saison en trombe pour celui qui n'a pas toujours convaincu cette saison. Souvent juste dans ses passes, précieux sur coups de pied arrêtés, il a manqué de précision dans ses frappes.

Silva 7,5 : Le petit Messi de la Principauté a encore frappé. Un peu effacé en première période, comme souvent ces derniers temps, il s'est montré décisif quand l'occasion s'est présentée. A la réception d'un superbe centre en une touche de Mbappé, il ne s'est pas fait prier pour alourdir la note et mettre en sécurité son équipe juste avant la pause (2-0, 45').

Lemar 8 : Comme d'habitude il s'est montré très présent et efficace sur son côté gauche. A l'origine de trois buts monégasque, le premier pour Falcao, le second d'un changement de côté pour Mbappé qui servait de nouveau le Colombien et enfin sur dernier but de la partie où Bissouma a coupé son centre et trompé son propre gardien.

Mbappé 8 : Béria risque de se souvenir longtemps de ce face-à-face avec le petit bijou de la Principauté. De la vitesse, une technique qui frise l'insolence et des appuis qui laissent le défenseur lillois regagner le vestiaire, un poil chamboulé par ce qui venait de lui arriver. Mbappé a encore régalé. Et ça ne s'arrête pas là. En une touche, l'attaquant monégasque offrait le doublé à Falcao. Deux passes décisives de génie, que dire de plus ?

Falcao 7 (remplacé par Germain 78') : El Tigre a profité d'une défense lilloise peu réactive pour inscrire le premier but de la partie de la tête. Il est toujours là où il le faut comme il l'a démontré sur son second but alors qu'il a reçu un caviar de son jeune coéquipier Kylian Mbappé. Remplacé à la 76' par Valère Germain, qui aurait pu saler la note si Alonso ne s'était pas interposé pour marquer lui-même le quatrième but monégasque (89').