"Développer le club à l'international"

Juli Ferre Nadal est un visage encore méconnu pour le grand public. Arrivé en décembre 2017 à l'AS Monaco en tant que directeur commercial, il vient de boucler ses six premiers mois au club. Et détaille, en partie, son plan d'action.

Passé par le FC Barcelone, le Cirque du Soleil ou encore la Fédération Internationale de Basketball (FIBA), Juli Ferre Nadal a une certaine expérience dans le milieu du sponsoring. Parlant couramment 5 langues, le Catalan compte bien développer le club à l'international sans pour autant oublier le socle local.

Comment s'est faite votre arrivée à l'AS Monaco ?

Je pense que certaines choses arrivent au bon moment. J'ai été contacté et on m'a expliqué que l'AS Monaco recherchait une personne avec de l'expérience dans ce domaine, ayant travaillé dans un club important, avec un profil international. C'est bien tombé car j'étais depuis 4 ans au FC Barcelone et le projet de l'AS Monaco m'a paru très intéressant car je trouve que c'est une marque avec un grand potentiel et il y a vraiment beaucoup à développer. J'ai également aimé cet esprit à la fois ambitieux et réaliste et j'ai bien compris les besoins du club. Il fallait mettre au point une stratégie internationale, ce qui est mon domaine d'expertise.

Que vous ont apporté vos expériences, que ce soit dans le basket, au Cirque du Soleil ou vos années barcelonaises ?

Négocier des accords commerciaux est une chose difficile. Quand tu es au Barça, c'est peut-être un peu plus facile, mais trouver un bon accord n'est pas si simple. Il ne faut jamais oublier cela. Le foot est un sport global, il y a des opportunités pour tout le monde, il faut aller les chercher et bien positionner son produit. Il y a beaucoup d'opportunités partout et vous vous rendez compte qu'il y a énormément de choses à faire, que ce soit pour l'AS Monaco, le Barça ou un autre club, mais il faut aller les chercher. 

 Dsc0959

Quelle est votre mission à l'AS Monaco ?

La priorité est vraiment de développer une stratégie internationale, tout en continuant nos actions sur le plan national et local. Nous venons de signer un contrat avec Konami (international) qui assure la reproduction de nos joueurs dans PES 2019 et nous retrouverons notre capitaine Radamel Falcao sur la couverture du jeu. Nous devons profiter de ce que Monaco représente, et pas seulement le club, car c'est une marque mondiale, qui parle aux gens. C'est pour cela qu'il va nous falloir beaucoup travailler sur cette partie internationale.

Quels objectifs vous êtes-vous fixés à court et moyen termes ?

Tout d'abord développer la marque. Il faut cibler les marchés clés et adapter la stratégie à chacun. C'est impossible d'attaquer 20 pays à la fois, même pour les gros clubs. Il faut cibler ceux qui ont un potentiel et développer les revenus. Certaines nations ne vous connaissent pas du tout. Il faut développer la marque via les réseaux sociaux, des matches amicaux, des académies… À court terme, il faut développer cette stratégie pour, à moyen terme, développer des marchés ciblés.

Le développement à l'international est-il aujourd'hui primordial pour un club tel que l'AS Monaco ?

Oui. Dans le football, en général, c'est la clé, le moteur de développement comme on peut le voir avec des clubs tels que le Barça ou le Real qui sont arrivés au maximum des efforts commerciaux sur le marché local. La seule manière de développer son business est d'aller à l'international. Comme le foot est un sport global, il y a des marques qui sont intéressées et il faut élargir vos possibilités en y allant. L'AS Monaco doit faire la même chose. Évidemment, il y a le marché français qui est notre base et que nous ne pouvons pas négliger. Mais c'est un club très apprécié à l'international. Il faut profiter de tout cela sinon la croissance sera limitée au marché local. C'est pour ça qu'il est important de développer la partie internationale.

 Dsc1648  1

Récemment, un accord a été signé avec le créateur Philipp Plein. Qu'est-ce que ce genre de partenariat peut apporter à un club de football comme l'AS Monaco ?

C'est une association avec une marque premium très innovante. C'est un challenger dans le monde de la mode au même titre que l'AS Monaco en est un dans le foot. Le club n'a pas le plus gros budget de L1 mais on a gagné le championnat de France et on a été en demi-finale de Champions League alors que peu de monde s'y attendait. C'est la même chose pour Philipp Plein. Il va nous aider à booster l'image de l'AS Monaco. Le monde de la mode est très important. On a une relation exclusive, il est très attaché à Monaco parce que son premier magasin était en Principauté. Il fréquente la région et pour lui c'est un club proche de son cœur, de façon professionnelle comme personnelle. Il faut toucher un public plus grand que celui des sportifs et celui de la mode. On veut vendre cette image de Monaco, c'est très important.

Quelle est la stratégie de l'AS Monaco pour son développement à l'international ?

Ce qui est important d'abord, c'est d'établir les marchés cibles. Evidemment aujourd'hui la Chine en est un, ce n'est pas le seul mais je ne vais pas tout vous dévoiler. Il faut identifier dans quel marché on peut développer la marque, de quelle manière on va le faire et quels sont les résultats que l'on peut avoir. Il faut quand même investir sur la marque, la développer et voir comment on la monétise. Les réseaux sociaux sont très importants, il ne faut pas oublier que l'ASM est le 2e club français dans les réseaux sociaux ce qui est magnifique et montre l'intérêt qu'il y a pour Monaco à l'international. Faire ces choses veut dire que tu y crois et que tout ce que tu fais a un impact à l'international. Mais il ne faut pas oublier le marché local et les supporters locaux, car tout cela est complètement complémentaire. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos