Plus vite que la musique

En avance sur son projet 2015-2019, l'AS Monaco football féminin grandit d'année en année. Au point d'avoir aujourd'hui près de 150 licenciés alors qu'il n'y en avait qu'une cinquantaine il y a 18 mois.

Le président est heureux. Et se creuse pas mal les méninges, aussi. Il faut dire que l'expansion rapide de son club a de quoi lui donner quelques suées. Il ne s'attendait d'ailleurs pas à ce que l'AS Monaco football féminin grandisse aussi vite. "Je me demande encore comment et pourquoi on peut passer de 50 joueuses tous âges confondus à 140 d'une année sur l'autre, glisse-t-il. Et encore, on a été obligé de bloquer parce que sinon on ne pouvait pas travailler correctement." 

Capture D Ecran 2018 01 05 A 09 26 31

L'évolution du football féminin n'y est pas étrangère, c'est un fait. Depuis quelques saisons, la Fédération Française de Football a mis nombre de réformes en place pour faciliter le développement de la pratique du sport le plus populaire de France chez ces dames. A Monaco, il semblerait bien que la mayonnaise prenne.

Une école pour commencer jeune

Si l'on remonte le fil, avec comme point de repère notre dernier passage du côté de l'ASMFF, l'évolution est énorme. Et surtout, le club est en avance sur ses temps de passage. "Par rapport au projet 2015/2019, on a toujours une avance d'un an à peu près, même plus sur certains points. On était parti d'une équipe District à 11 et l'autre à 7, avec 3-4 joueuses de catégorie jeune. Aujourd'hui, on a une équipe à 11 en Division Honneur, une en District à 11 et une à 7, deux nouvelles avec les U15 et les U17. Au niveau de l'école de football, on a une vingtaine de joueuses, ce qui correspond à deux petites équipes U6-U8 et U9-U11, qui participent à des plateaux un samedi sur deux. On a une grosse progression qui fait qu'on a cette année un groupe dans chaque catégorie", revoit dans le détail André-Pierre Couffet, le boss de l'ASMFF. 

Capture D Ecran 2018 01 05 A 09 26 16

Si les statuts fédéraux obligent les clubs à disposer d'une école de football dès la DH, l'apport de ces jeunes pousses est aussi d'une importance capitale pour un club comme l'ASMFF. Former de petites footballeuses en herbe permettra ensuite de pouvoir alimenter les catégories supérieures, à commencer par les U15 et U17. "Pour rester en DH, il était obligatoire d'avoir cette école de football. Un week-end sur deux, nous participons à des plateaux. Les U6-U8 jouent à 4 et les U9-U11 évoluent à 8, ce qui nécessite tout de même un minimum d'une quinzaine de joueuses."

Présence sur plusieurs terrains

Qui dit licenciées dit terrains. Ce jeudi soir-là, les plus petites taquinent le ballon sur une partie du synthétique de Cap d'Ail. Entre les exercices de conduite de balle pour les novices, et les thématiques techniques pour celles qui ont déjà un peu plus de ballon, deux groupes distincts travaillent l'un à côté de l'autre. A chaque fois, une dizaine de demoiselles, sourire aux lèvres, s'évertuent à appliquer les consignes distillées par les coaches. "Ce n'est pas facile à gérer, surtout pour moi qui doit aller sur tous les sites", glisse, rieur, celui que l'on surnomme "Pierrot". "Chaque catégorie a son site. L'école de football est donc à Cap d'Ail, les U15-U17 sont au Moneghetti et les seniors ont pris leurs quartiers à Blausasc." Jusqu'alors occupé, en partie, par l'AS Monaco Rugby, le terrain de l'arrière-pays niçois a pu cette année accueillir les joueuses de l'ASMFF sur les créneaux des rugbymen, partis à Menton cette saison. "Et nous avons aussi le petit terrain de Peille pour l'équipe de District à 7." De quoi faire un sacré tour des alentours de Monaco pour aller veiller au grain.

Capture D Ecran 2018 01 05 A 09 25 59

 Problématique importante de cet éclatement des troupes sur différents sites, le peu de relationnel entre les diverses catégories d'âge. Là où dans certains clubs, les plus jeunes finissent leur entraînement en voyant les plus grands arriver pour prendre leur place, cela n'arrive pas pour les footballeuses monégasques. "Le relationnel entre certaines catégories ne se fait plus comme avant. Mais Stéphane Guigo, notre entraîneur principal et en charge de l'équipe première, a décidé que de temps en temps, des filles qui le méritent et sont assidues aux entraînement monteraient avec les seniors. Ça leur permet de voir un peu ce qu'il se fait au-dessus. Ça leur montre aussi que l'année d'après, elles peuvent aller jouer à 11, en DH ou en district. L'idée est que les filles qui se sentent bien chez nous puissent franchir toutes les catégories, de l'école de football jusqu'aux seniors." 

S'organiser pour mieux régner

Avec une expansion si rapide, qui fait dire au président qu'ils marchent à l'allure "d'un TGV alors qu'on devrait avoir celle d'un TER", il sait aussi qu'il faut prendre le train quand il est en marche pour ne pas risquer de rester à quai. "On ne peut pas trop dire non parce qu'on n'est jamais sûr que ce qu'on a sur une année, on l'aura celle d'après, que ce soit pour les terrains, les équipes, les dirigeants, les joueuses." 

Capture D Ecran 2018 01 05 A 09 26 36

Face à cette évolution rapide, André-Pierre Couffet a donc choisi de renforcer ses équipes pour que le développement du club ne se fasse pas uniquement sur le terrain, mais aussi en coulisses. Communication, recherche de partenaires, rien n'est laissé au hasard. "On avait décidé de salarier une personne cette année qui devait s'occuper de restructurer un peu le club, en privilégiant le commercial et la communication. Et puis ça a été plus vite que prévu, là aussi, parce qu'on a quelques stagiaires qui sont venus nous aider. Donc on a bien développé ce secteur-là, mais on a quand même pris un salarié parce que si on veut progresser, ça passe aussi par là." 

Un directeur général en la personne de Thomas Martini, un nouvel entraîneur général arrivé l'été dernier, avec Stéphane Guigo, une responsable communication, Clémence Mercier, des licenciées qui se bousculent au portillon, tout est en phase pour coller à l'objectif fixé pour 2019. "Ça devait correspondre à l'issue de l'exercice 2018/19. On souhaiterait monter en D2 cette année-là qui coïncide avec la Coupe du Monde féminine en France." Et si la DH suit le rythme, cela pourrait bien avoir lieu...

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos