Une année de rêve pour le MBA ?

Pour leur deuxième saison consécutive en NF1 (3e division), les filles du président Eric Elena réalisent un parcours prometteur qui leur permet encore de croire aux play-offs.

Eric Elena est un président heureux et ne manque pas d'ambitions pour son club, le Monaco Basket Association. Cette année, l'objectif principal est d'accrocher les play-offs de Nationale 1 et un nouveau succès en Trophée Coupe de France serait la cerise sur le gâteau. Des rêves qui ont été vite freinés par un début de saison difficile. "On perd deux filles d'entrée sur blessure, on commence avec 4 défaites en 5 matches (notamment contre Lyon, La Tronche et Feytiat, candidates à la montée)... En 9 ans de présidence, je n'ai jamais connu un début de championnat aussi compliqué", se souvient Eric Elena. Le match contre La Tronche (défaite 89-51) a été le tournant de la saison. "J'avais dit aux filles qu'en dehors du résultat, c'est la manière qui ne m'a pas plu car elles ont lâché dans le 4ème QT, cela m'avait contrarié. Et depuis, il y a eu ce sursaut."

Phi0899 B 1

Suffisamment confiant en son groupe pour ne pas mettre la pression ni sur la coach, ni sur les joueuses, le président du MBA savait que pour s'en sortir, le seul mot d'ordre était de  "rester bien soudés." C'est donc ensemble que les Monégasques ont inversé la tendance pour aligner 6 victoires consécutives, où le MBA a notamment fait tomber le leader, Voiron, à l'Annonciade (82-75). 

Phi5514 B

Pour le président, la victoire est arrivée quand les filles en avaient le plus besoin. Il faut dire que l'équipe d'Olga Tarasenko enchaîne les bonnes performances à la maison. "L'an passé, on avait perdu contre La Tronche alors qu'on était invaincue depuis 2 ans et demi. Cette saison, on s'incline face à Feytiat (57-55) alors qu'on aurait dû plier le match depuis longtemps."

"3e à la trêve ? Je n'y aurais pas cru"

Grâce à cette remontada, les filles d'Eric Elena se retrouvent 3ème ex-aequo avec 4 équipes à la trêve. Dans "un championnat bizarre" selon le président, où il peut tout s'y, passer car "si vous gagnez deux matches, vous postulez pour les play-offs et si vous en perdez 3, vous luttez pour descendre", Eric Elena n'aurait jamais pensé en être là aujourd'hui. "Après les débuts ratés, si on m'avait dit que les filles seraient 3e ex-aequo à la trêve, je n'y aurais pas cru."

Phi5571 B

Pour espérer atteindre les play-offs cette saison, le MBA ne devra pas se relâcher. D'autant que le calendrier est costaud dès la reprise. Vainqueures face au dauphin, le FC Lyon Asvel, samedi dernier à domicile (78-67), les coéquipières de Coralie Magoni enchaînent dès samedi à Feytiat (3e), "sans oublier la réception de La Tronche (5e) et le déplacement à Voiron (1e), que des concurrents directs, durant le mois de février."

Phi5648 B

Un calendrier chargé auquel la Coupe de France vient s'ajouter. La coupe, un bon souvenir pour les Rouge et Blanche, qui avaient ramené le trophée en 2017. "Chaque année je veux retourner à Bercy. C'est la plus belle chose qui me soit arrivé, mieux que le titre de championnes de France où il n'y avait plus d'enjeu. La coupe c'est différent. On avait fait des exploits et on a vécu des moments inoubliables. Je me souviens après la qualification en finale, il y avait tout le monde qui pleurait", se remémore Eric Elena. 

Phi5497 B

Pour revivre ces émotions, le club compte sur un soutien sans faille du public à Roquebrune-Cap-Martin pour battre en 1/8e un adversaire bien connu, Voiron. En cas de victoire, les Monégasques ne seront qu'à un week-end de l'AccorHotels Arena, puisque les quarts et les demi-finales se joueront sur deux jours. Une deuxième partie de saison qui s'annonce palpitante et entre le championnat et la coupe, le président espère vivre "une année exceptionnelle."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos