Un goût d'inachevé

La saison s'est terminée sur une ultime défaite pour l'AS Monaco Basket. Si la frustration est grande à l'issue de l'exercice 2017/18, le constat est cependant plus que positif lorsque l'on regarde la saison écoulée.

Ils voulaient tout gagner cette année. Montrer, enfin, à la France et à l'Europe du basket que l'AS Monaco a sa place parmi les plus grands de ce monde. Et cette saison avait tout pour permettre au club du Rocher de mener à bien cette fastidieuse entreprise. Mais la déception qui régnait ce 24 juin dans les coursives du stade Louis-II contrastait avec les sourires aperçus au cœur de l'hiver, alors que la Roca Team venait de décrocher sa troisième Leaders Cup consécutive (voir CSM 34). La finale de Jeep Elite (Pro A) touchait à sa fin. 

Mav 0715

A l'issue de cinq matches disputés, où la bataille fut féroce, les coéquipiers du capitaine, de l'Amiral Amara Sy, ont la mine des mauvais jours. Au tableau d'affichage, deux points les séparent du Mans, cette équipe qui vient de s'imposer pour la deuxième fois en cinq matches de play-offs (la 3e si l'on prend en compte la saison régulière) sur le parquet de Gaston Médecin. Une défaite pour la Roca Team synonyme de 2e place en Jeep Elite. Et de sacre pour les Manceaux. Une terrible désillusion pour des garçons qui ont tout donné pour l'emporter. 

Man 6907

A l'image de cette fin de match. Deux minutes complètement folles au cours desquelles ils n'ont jamais réussi à réduire l'écart à moins de 2 points. Et que dire de ces dernières secondes. Il en reste moins de dix lorsque Paul Lacombe récupère le ballon pour la dernière possession de la saison. Dans une ultime tentative, l'homme aux 4 finales perdues tente un dernier shoot. Mais le ballon ne rentre pas…

Deux finales perdues sur trois

La victoire est belle, la défaite est cruelle. Cela, les hommes de Zvezdan Mitrovic l'ont appris à leurs dépens cette année. L'objectif était clair en début de saison. Remporter un titre majeur, que ce soit la Fiba Champions League ou le championnat de France. Pour cela, la Roca Team s'est donné les moyens de ses ambitions. Si coucher des noms sur un papier ne fait pas pour autant une équipe, ces garçons ont démontré qu'ils en étaient une au fil des matches. 

Man 9588

Et s'ils étaient nombreux à se connaître, de quoi créer une alchimie rapidement, les étrangers qui découvraient leurs coéquipiers se sont rapidement fondus dans le groupe. De quoi créer une belle osmose, sur comme en dehors du terrain. Mais cette osmose, si importante soit-elle, n'a pas permis à l'équipe de réussir à se surpasser dans deux des moments clés de la saison. Il a manqué quelques petits éléments à ce groupe pour réussir à remporter la Champion's League ou le Championnat. Olivier Basset, coach adjoint, les a identifiés. "Il nous a manqué du sang-froid, de la maturité et de la lucidité dans ces matches-là.

Man 6650

Le capitaine Amara Sy rejoint Basset dans son analyse. "On a eu un manque de sérénité avec beaucoup de nervosité dans l'équipe. On avait un excellent groupe, mais on s'est parfois un peu dispersé, avec beaucoup de nervosité pour rien par moments. Je pense qu'on aurait pu être plus sûrs de nos forces, pour ne jamais tomber dans l'euphorie dans les bons moments et ne pas tomber dans la panique dans les moments compliqués. On a parfois pu vivre une sorte d'ascenseur émotionnel." Et lorsque le capitaine évoque cette nervosité qui a pu habiter le groupe, ce sont certains passages de la finale, notamment face au Mans, qui reviennent forcément en boucle dans les têtes. "Tout le monde essaie de bien faire, mais quand ça ne va pas dans notre sens, on a parfois eu tendance à un peu s'exciter, alors qu'on avait du talent, offensivement comme défensivement. Mais je pense réellement que ça a été notre talon d'Achille cette saison et on l'a encore vu sur le match 5…

Une saison frustrante…mais un bilan positif

Difficile de dresser un bilan de saison après une défaite aussi cruelle que celle subie face au Mans. Mais pour Amara Sy, dont c'était la troisième année au club, c'est forcément de la frustration qui domine. "Je pense que cette finale (face au Mans) était à notre portée, contrairement aux années précédentes, donc on risque de s'en mordre les doigts pendant un moment. Si on avait su mieux négocier ce match-là, être plus serein, ça aurait été différent. Venir en finale et ne pas la remporter, c'est décevant. On avait à cœur de conquérir ce titre, mais c'est la frustration qui reste au final." Pour autant, le tableau n'est pas complètement noir. Une défaite occulte souvent le reste, mais il ne faut pas oublier le parcours réalisé cette année par la Roca Team. En dehors de la coupe de France, abandonnée en route pour cause d'aberration de calendrier, les Roca Boys sont allés au bout de chaque compétition dans lesquelles ils étaient engagés. De quoi laisser un sentiment positif au directeur exécutif du club, Oleksiy Yefimov, comme il l'a déclaré sur Monaco Info. 

Man 2049

"Bien sûr, on ressent une certaine déception parce que nous sommes passés très proches de ce titre, mais si l'on regarde l'ensemble de l'année, on se rend compte que cela a été une magnifique saison. On a été 3 fois en finale, on a encore remporté la Leaders Cup, et surtout, nous avons montré que ce que nous avions fait lors des deux dernières saisons n'était pas un accident." Et que dire du parcours réalisé en Ligue des Champions (voir CSM 35), lui aussi porteur de grandes émotions, comme ce quart de finale contre Banvit Bandirma. "C'est pour moi le meilleur moment de la saison, lorsque nous avons joué chez eux. C'était un match clé dans lequel nous avons produit un bon basket et où nous avons montré une grande défense. C'est une des meilleures équipes turques, qui joue chaque année les demi-finales de son championnat et nous avons réussi à les battre dans les derniers instants", se remémore le désormais ex-coach de l'AS Monaco basket, Zvezdan Mitrovic. Olivier Basset gardera lui aussi en mémoire l'épopée européenne des Rouge et Blanc. 

Man 9462

"Je retiendrai de cette année tout le chemin qui nous amène jusqu'à cette finale contre l'AEK Athènes, mais aussi la Leaders Cup ou les play-offs de Pro A." Des play-offs de Pro A qui s'étaient montrés trop difficiles jusqu'à présent pour un club revenu parmi l'élite il y a seulement trois ans. Après avoir échoué face à l'ASVEL en demie (2015/16) puis en quart de finale (2016/17), l'AS Monaco a donc atteint la finale cette saison. "On a enfin réussi à passer ces premiers tours qui ont été un peu notre bête noire ces dernières années. On s'aguerrit, on mûrit, le fruit va arriver à maturité mais je pense qu'à tous les niveaux, il y a encore beaucoup de travail. Maintenant c'est une nouvelle histoire qui va s'écrire", glisse Olivier Basset. 

Une nouvelle page à écrire

Ce 5e match de la finale de Jeep Elite face au Mans aura donc été la dernière sortie de Zvezdan Mitrovic à la tête de l'AS Monaco. En trois ans au club, le coach monténégrin a terminé trois fois en tête de la saison régulière et atteint deux fois le dernier carré de la Ligue des Champions (3e l'an dernier, 2e cette année). S'il a échoué dans la quête d'un titre majeur, c'est surtout celui de champion de France qu'il aurait aimé remporter. "Je pense sincèrement que nous avons bien joué et les garçons méritaient vraiment ce titre de champion de France. Pour la Ligue des Champions, ok, nous avons fait de notre mieux, mais nous méritions d'être champions de France", glissait-il après le match 5 face au Mans, toujours très remonté contre un arbitrage qui pourra laisser quelques questions en suspens. 

Mav 3249

Si la Pro A ne perdra pas pour autant coach Z., qui a signé pour 3 ans à l'ASVEL, l'AS Monaco tourne donc une page pour en ouvrir une autre. Et cet autre chapitre va débuter avec le nouveau coach, annoncé dans la foulée du départ de Mitrovic, à savoir Sasa Filipovski, qui officiait jusque-là au Banvit Bandirma, club croisé en Ligue des Champions ces deux dernières saisons. A 43 ans, le Slovène arrive après deux ans en Turquie et compte bien faire franchir un palier au club monégasque. L'effectif est amené à évoluer, mais une certaine continuité sera assurée par Dj Cooper, Amara Sy, Elmedin Kikanovic, Gerald Robinson, Yakuba Ouattara (tous ont prolongé leur aventure) et Paul Lacombe (il lui restait un an de contrat). De nouvelles arrivées sont cependant prévues, à l'image du meneur Derek Needham et un nouveau chapitre européen va s'ouvrir. 

Man 6806

Après deux saisons en Basketball Champions League (BCL), c'est désormais en Eurocup que la Roca Team évoluera. Une décision que l'ASMB a justifié sur son site internet. "Le club fut heureux et honoré de participer à la BCL. Malheureusement, en raison du format de la compétition qui donne le droit d'accueillir le Final Four à l'un des quatre demi-finalistes, et sachant la capacité de la salle Gaston Médecin, nous avons pris conscience de la chance limitée pour Monaco d'obtenir un jour l'organisation d'un Final Four en Principauté. Concernant l'Eurocup, à chaque niveau des play-offs, y compris pour la finale, au minimum un match à domicile comme à l'extérieur seront disputés. La saison prochaine, l'Eurocup présentera le tableau le plus relevé de son histoire, avec de nombreuses équipes possédant déjà une expérience en Euroligue." Nouveau coach, nouvelle compétition. Tout est réuni pour qu'un nouveau chapitre de l'histoire s'écrive… 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

La saison en chiffres

3 - Le nombre de finales disputées cette saison (Leaders Cup, Pro A, Champions League), pour une seule remportée (Leaders Cup).

25.91 - Comme la moyenne de points de Gerald Robinson en saison régulière, ce qui fait de lui le 3e meilleur marqueur de Pro A (509 points inscrits, auxquels il faut ajouter les 63 marqués en play-offs).

295 - Le nombre de minutes passées sur le parquet par Elmedin Kikanovic en play-offs, soit le joueur le plus utilisé de la Roca Team (plus de 26 minutes par match de temps de jeu en moyenne). Il a été l'un des hommes forts de la saison.

25 - Le nombre de victoires en Pro A cette année, pour 9 défaites.

2 - Le nombre de fois où Zvezdan Mitrovic a été élu meilleur coach de Pro A en trois saisons sur le banc monégasque.

86 - La moyenne de points marqués en Pro A cette saison, de quoi faire de Monaco la meilleure attaque du championnat.