Le MBA au sommet à Bercy

Ce vendredi, le MBA a remporté son premier trophée Coupe de France à Bercy. Après un fantastique parcours, les Monégasques se sont imposées 62-55 face au Basket Club d'Ifs (NF1).

Difficile de redescendre sur terre lorsqu'on a côtoyé les sommets. Trois jours après, Eric Elena, le président du MBA est toujours sous le coup de l'émotion. "Je souhaite à tous les sportifs et à tous les dirigeants de club de vivre un moment comme celui-là. C'est difficile de descendre de notre nuage." A Paris-Bercy ce vendredi, Olga Tarasenko et ses joueuses ont fait plier l'équipe du Basket Club d'Ifs (NF1) en finale de Coupe de France, au terme d'un match de haut-vol (62-55). Un succès historique pour le club du Rocher et une victoire qui récompense à la fois l'équipe mais aussi "toutes les personnes qui ont participé à faire évoluer l'association. À nos débuts il y a sept ans de ça, on s'entraînait à Menton sur du bitume. Vendredi, on a gagné une finale contre une équipe de division supérieure, dans une des plus grandes salles de France. C'est juste magique."

 Phi2331

Le MBA bouscule la hiérarchie

"Cette victoire, elles l'ont amplement mérité car sur l'ensemble du match, on a rien lâché." Si les Monégasques ont très bien commencé la partie en empochant 7 points d'avance d'entrée, cette rencontre au sommet a tenu toutes ses promesses. Rapidement rattrapées par leurs adversaires, le score est par la suite resté serré tout au long de la partie. "Elles nous ont beaucoup pressées en première mi-temps. Mais ce qui fait notre force cette saison, c'est notre défense. Grâce à ça, elles n'ont pas réussi à creuser le score", explique Eric Elena. À la pause, les Normandes ne menaient que d'un point (34-35).

 Phi2122

Plus libérées, les joueuses de la Principauté ont démarré la deuxième période en trombe, sans toutefois réussi à faire déjouer les Normandes. Les minutes se sont écoulées et les deux équipes n'ont jamais réussi à se détacher l'une de l'autre, et ce, jusqu'au dernier quart-temps, où la formation d'Olga Tarasenko a pris un avantage de 4 points grâce à Coralie Magoni et Paula Luke (48-44, 30'). 

"Plus on approchait du coup de sifflet final et plus je me mettais à l'écart, c'était tellement intense. À deux minutes du terme, on menait seulement d'un point. Alexandra Tchangoue et Leslie Fournier ont fait une belle fin de partie et nous ont permis de prendre une avance de 5 points à 30 secondes du terme. Ensuite on a obtenu des lancers-francs et le match s'est terminé là-dessus", raconte le président comme s'il y était encore.

 Phi2109

À 31 ans, la Monégasque Alexandra Tchangoue a été élue meilleure joueuses du match avec un total de 21 points marqués, 10 rebonds, 2 passes et 3 interceptions. Une réussite totale pour le MBA qui bouscule la hiérarchie établie. "D'habitude, c'est toujours des N1 qui gagnent", souligne Eric Elena avec beaucoup de fierté.

200 Rouge et Blanc à Bercy

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le MBA n'est pas arrivé à Paris sans soutien. Ils étaient environ 200 supporters de la Principauté parmi les quelques 500 Normands chauffés à blanc. "On a réussi à rassembler du monde. Nous avions déjà 130 supporters venus de Monaco et les autres sont des personnes que nous avons contactées et qui se trouvaient sur Paris." Jusqu'au bout de la nuit, tous ont fait la fête dans la capitale. "Nous avons rencontré un restaurateur au retour des demi-finales. Il nous avait dit qu'il avait un établissement à proximité d'où nous avons joué ce vendredi. On a fini à 115 chez lui, supporters et joueuses réunis." La victoire bien fêtée, pas le temps de trop s'attarder pour les championnes de France. Olga et son groupe sont d'ores et déjà en préparation des play-offs qui débutent ce week-end.

 Phi2089

Elles ont terminé en tête de leur groupe en saison régulière et ce samedi, elles seront à Belleville dans l'Ouest de la France, pour le premier des quatre matches de barrage. S'en suivront trois autres rencontres, dont deux à domicile (gymnase de l'Annonciade) les 13 et 20 mai. C'est à domicile que "les favorites" auront l'occasion de fêter ou non leur ascension en N1, le plus haut niveau amateur. Une chose est sûre, on va les suivre de près. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos