La série continue

La Roca Team a une nouvelle fois remporté la Leaders Cup, pour la troisième fois en autant de participations. A Disneyland, les joueurs de l’ASM Basket sont venus à bout de Bourg-en-Bresse, l'Asvel et du Mans, l'actuel leader de Pro A.

Des patrons ! Les Monégasques, présents à la Leaders Cup ce week-end, ont su conserver leur titre et l'emporter pour la troisième fois consécutive. Et ce n'était pas gagné d'avance. En finale, les hommes de Mitrovic étaient opposés au Mans. Les Sarthois, qui cette année sont les véritables bêtes noires de la Roca Team, avec deux victoires sur les Rouge et Blanc. D'autant que leur dernière victoire en date remontait à seulement une quinzaine de jours. Autant dire qu'un parfum de revanche entourait cette finale. Et les joueurs de coach Z n'ont pas manqué l'occasion de remettre les pendules à l'heure. 

Retour en force

En ouverture de la Leaders Cup, l'AS Monaco affrontait Bourg-en-Bresse, promu et invité surprise en haut du classement de Pro A. Un match piège après une série compliquée pour la Roca Team. Défaits trois fois de suite (Le Mans (94-85 - Pro A), Karsiyaka (84-77 - Champion's), Gravelines (94-101 - Pro A)), les coéquipiers de Sergii Gladyr ont renoué avec la victoire en coupe de France face à Hyères-Toulon (81-65) avant de s'envoler pour Paris. Et c'est une vieille connaissance qui coachait en face puisque Savo Vucevic n'est autre que l'entraîneur de Bourg. Mais il était écrit que ces retrouvailles allaient être compliquées pour l'ancien coach monégasque. 

Man 1100

A la mi-temps, Robinson and co. menaient déjà de 25 points, marchant terriblement sur leurs adversaires. Craft et Joseph, tous deux impériaux en défense, ont coupé à nombreuses reprises les attaques de la JL (12 pertes de balles à la pause). Au final, c’est une victoire logique 93 à 66, signant au passage le plus grand écart de l’histoire de la compétition (+27).

Mav 1057

Savo Vucevic se montrait d'ailleurs lucide à l'issue de la rencontre. "On peut parler de l’adresse, des balles perdues, mais il y a d’abord une différence de niveau entre les deux équipes. Il y avait en face une team qui maîtrise le jeu, qui est pratiquement imbattable en Europe et qui est première du championnat (ndlr : en réalité 3e, à égalité avec Le Mans et Strasbourg)."

L'ASVEL, comme on se retrouve

Pour s’offrir une nouvelle finale, la Roca Team devait se débarrasser d’un adversaire qu’elle connaît bien, Lyon-Villeurbanne. Et une nouvelle fois, la clé du match a été la défense. La prestation monégasque sur ce point a tout simplement été énorme. En témoignent les quatre seuls shoots à 3 points tentés par l’ASVEL avant la pause (alors qu’ils en tentent en moyenne une douzaine par mi-temps). 

Man 1006

Et à écouter le coach Mitrovic à l’issue de la rencontre, il avait bien préparé son coup. "L’année dernière, on avait joué un match absolument différent contre eux, avec un festival à trois points. Cette fois-ci, on devait défendre dur pour tenir l’ASVEL, une équipe très athlétique." Le léger manque d’adresse de ses hommes a fait que le score n’a pas vraiment reflété la supériorité monégasque (79-66).

L’heure de la revanche

Même si Georgi Joseph assurait à l’issue de sa demi-finale remportée qu’il "n’y aurait pas de sentiment de revanche face au Mans", cette rencontre en a pourtant eu tout l’air. D’entrée, le MSB surprend le bloc défensif de Monaco et mène rapidement 11-4. Mais le réveil de la Roca Team a été incarné par celui d’un homme. D.J Cooper, désigné MVP du tournoi, a eu son moment "on fire" jusqu’à la fin du quart-temps. Avec 7 points, 2 rebonds, 4 passes et 1 contre, il permet à son équipe de mener de 11 points à la fin de celui-ci. 

Man 0888

L’Américain affirmait d’ailleurs être patient après un début de saison en dents-de-scie. "Je suis venu à Monaco pour aider cette équipe à gagner des titres. Je connais le coach depuis trois ans. Je sais ce qu’il attend de moi. Ce n’est pas un problème de sortir du banc. Mes premiers mois ont été compliqués après mon transfert." Et si l’ascendant dans ce match est une nouvelle fois monégasque, c’est encore en partie venu d’un coup tactique de maître Mitrovic. Il a fait de Justin Cobbs la cible principale de sa défense. Le meneur n'a marqué que 4 points dans toute la rencontre (dont le premier panier à 2 minutes de la fin), contre 29 lors de la confrontation précédente entre les deux équipes. 

Mav 1362

Pourtant, Le Mans n’a pas lâché pas et s’est même retrouvé à 5 unités seulement de la Roca Team, avec plus d’une minute à jouer. Mais Kikanovic et Robinson ont mis les paniers qu’ils fallait, scellant ainsi la victoire de leur équipe (83-78). Le coach Monténégrin ne peut être plus satisfait. "Nous avons contrôlé le tournoi depuis le premier match. Je suis très fier d’avoir produit un aussi bon basket. On a joué avec ma philosophie, c’est-à-dire un bon jeu équipe." Et il ne s’en cache pas, jamais il "n’échangera l’une de ces trois Leaders Cup contre un titre de Champion."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos