Dans la cour des grands

Ludivine Fraget et son équipe de Nationaux U18 Elite connaissent une deuxième partie de saison compliquée. Dans un championnat qui regroupe les meilleurs équipes de France, les joueurs de l'AS Monaco Basket cherchent à progresser face à une concurrence de haute volée.

C’était bien l’objectif. "Être dans la difficulté, être confronté à des équipes de haut niveau, des centres de formations. On voulait apprendre face à un basket plus dur." Ludivine Fraget, coach de l’équipe U18 élite monégasque, est donc claire. Si son équipe n’est pas au mieux en termes de résultats dans cette deuxième partie de championnat, c'est en tout cas ce que souhaitait la technicienne asémiste. 

Lors de la première phase -de septembre à décembre- que l’on peut comparer à une étape de "brassage", les trois premiers du classement intègrent une poule "haute", et les trois derniers une poule "basse". Les U18 de l’AS Monaco Basket ont donc réussi le pari de s’inviter dans le meilleur championnat de la catégorie. 

20171105 151224

"On s’était dit qu’on voulait être dans les trois du haut. On a même fait mieux, car on est passé devant Antibes sur la fin, ce qui nous a permis de terminer deuxièmes." Une fois passés à la deuxième phase, "on a beaucoup moins de pression en terme de résultats. On n'a pas la prétention de terminer premiers - seule place qualificative pour les finales du championnat de France - donc on cherche uniquement à bosser."

Travail, seul maître mot

Celle qui est l’une des pièces maîtresses des catégories jeunes de l’ASM basket est catégorique, la priorité c’est de progresser ! "On est dans une logique de formation. Nous avons par exemple beaucoup de joueurs qui basculent en catégorie espoirs. C’est à la fois une fierté, mais c’est aussi une opportunité pour les joueurs plus jeunes d’avoir du temps de jeu. La catégorie U18 intègre trois générations, les premières années sont donc amenés à jouer plus souvent et à préparer l’avenir."

Img 20171203 Wa0002

Et si l’attaque monégasque est la deuxième moins bonne du championnat, Ludivine Fraget ne se leurre pas. "On est tout simplement un ton en-dessous des autres équipes. Si on est là, c’est pour que nos joueurs ambitieux se rendent compte de ce qu’est le haut niveau. Nous, on n'y est pas encore. Il va falloir travailler dur et avec insistance pour réduire cet écart."

"Un match comme les autres"

Et dans la logique de se “tester” face aux grosses équipes, rien de tel que d’affronter le leader. Le 11 mars prochain, les Monégasques recevront Lyon-Villeurbanne, pour une rencontre qui s’annonce très complexe. Pas de quoi stresser la coach asémiste. “Ce sera un match comme les autres. Nous n’aurons ni pression, ni préparation particulière.” 

D’autant qu’elle ne sait pas encore sur quels joueurs elle pourra s’appuyer. “La priorité va aux espoirs. Si des joueurs doivent aller avec eux, alors je m’adapterai et prendrai des plus jeunes. A l’heure actuelle, il m’est impossible de dire avec quel effectif on partira.” Une nouvelle fois, le résultat ne sera pas le point central de ce match, mais bien "la performance individuelle, et dans tous les secteurs. Nous aurons des objectifs offensifs et défensifs. Cela a toujours un intérêt de se retrouver face à de telles équipes."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos