Belle première pour Adrien Maré

Au guidon de sa nouvelle KTM 450 Rally, Adrien Maré s'est rendu dernièrement au Maroc pour le Merzouga. Le Monégasque est satisfait de sa première participation à un Dakar Series.

Chaque jour qui passe le rapproche un peu plus du rêve qui l'habite depuis maintenant trois ans : le Dakar Et c'est aujourd'hui dans la dernière ligne droite que vient de s'engager Adrien Maré, qui a tout récemment validé sa sélection au mythique rallye, grâce à sa belle participation au rallye du Merzouga, qui se tenait au Maroc il y a quelques semaines de cela (7 au 12 mai).  Le premier d'une longue série avant le jour J. 

Me4sz

Le Merzouga, c'est un challenge mis en place par l'organisation du Dakar, afin de permettre aux pilotes européens d'appuyer leur candidature au mythique rallye raid (6 au 20 janvier 2018), mais aussi d'acquérir de l'expérience. "C'est vraiment le genre de courses qui permet d'appréhender au mieux les conditions dans lesquels nous serons en janvier prochain. C'est d'ailleurs pour des raisons de sécurité que ces Dakar Series ont été créées."

Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'Adrien Maré s'en est très bien sorti. Il clôture ce Merzouga avec des performances à la hauteur de ses espérances et de ses ambitions. Dans la catégorie "Bike", il termine 20e sur 76 et 5e des rookies (débutants) sur 59 pilotes. "J'ai complètement rempli mes objectifs. C'est une bonne première." 

S5tqf

Une belle performance d'autant que c'est sur sa nouvelle monture, le KTM 450 Rally, qu'Adrien Maré a sillonné cette partie du Sud-Est marocain. "Le Merzouga m'a permis de tester ma moto grandeur nature ce qui n'est pas négaligeable. Auparavant, j'avais une enduro, ce qui n'était pas très approprié pour ce type de course. Elle était beaucoup moins confortable et surtout elle convenait plutôt pour des plus petites distances. Cette année va me permettre de prendre ma moto en main avant le jour J",  explique le pilote du Moto Club de Monaco.

Un sans-faute

Il paraîtrait que les déserts marocains sont des terres exigeantes et difficiles. Et ce n'est pas Adrien Maré qui dira le contraire. "C'était assez technique. On roulait environ 200 km par jour et il fallait environ 4-5 heures pour les faire. Sur le tracé, il y avait beaucoup de changements de direction, des herbes à chameaux, des dunes… Sur une partie du parcours, on a même dû passer par un endroit très rocailleux, c'était assez difficile." Mais c'est avec succès et en ayant validé tous ses way point (points de contrôle), que le Monégasque clôture son premier raid en terres marocaines.

Enety

Et pourtant, dès le début, les choses se sont compliquées. "J'ai chuté au prologue en voulant éviter un autre pilote. Je suis parti 56e à cause de cela. Mais heureusement, j'ai réussi à rattraper cette mésaventure." Malgré une bonne performance, le pilote du Rocher est conscient qu'il lui reste encore beaucoup à apprendre, notamment sur l'utilisation de son roadbook. "J'ai fait quelques erreurs, car j'ai un peu de difficultés à détacher mon regard du point. Il faudrait que j'arrive aussi à m'orienter par rapport au relief, mais aussi à anticiper pour perdre le moins de temps possible. Mais ça va venir avec l'entraînement."

Direction le Baja d'Aragon

Le retour à la réalité n'a pas été de tout repos pour Adrien Maré. Après 6 jours d'une telle intensité, le Monégasque a eu bien du mal à reprendre un rythme normal. "J'ai mis au moins dix jours à m'en remettre. Je suis rentré le dimanche et je reprenais le travail le lendemain. Lorsque vous vivez un rallye comme celui-là, l'esprit peine à se détacher de l'événement. La nuit par exemple, je rêvais que ma moto ne démarrait plus alors que l'étape allait commencer."

Yuh0e

Les 21, 22, 23 juillet prochains, Adrien Maré participera au Baja d'Aragon en Espagne. Un format de course qu'il connaît bien pour avoir été sacré champion du monde des Bajas (rallyes tout-terrain) fin 2015. "C'est différent du Merzouga, je vais pouvoir rouler plus vite et découvrir ma moto sur un autre type de compétition. La course se fait sur un parcours avec des tours que l'on effectue plusieurs fois." 

Cette année 2017 ne sera pas de tout repos pour le pilote. Mais le jeu en vaut la chandelle. C'est en Hongrie en août, puis au Portugal en septembre et enfin de nouveau au Maroc pour le rallye Olibia que le Monégasque achèvera sa préparation. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos