"Profiter de chaque instant"

Il en rêvait, il va le faire. Adrien Maré va participer à son premier Dakar en moto. La course suprême pour tous les passionnés d'automobile.

8 793 kilomètres. C'est ce que devra rouler Adrien Maré pour arriver au bout de ce Dakar 2018. Mais avant cela, il a dû en parcourir plus de 10 000 en avion pour rejoindre la capitale du Pérou, ville départ de la course.  

"Tout s'est très bien passé. Nous avons fais un premier vol Nice-Madrid, puis Madrid-Lima. Le voyage était de nuit, une bonne chose. Cela nous a permis de nous reposer et d'arriver très tôt le matin. Nous étions une bonne partie de l'équipe dans l'avion." L'équipe en question, c'est le Team Casteu Adventure, dont il va défendre les couleurs tout au long de ce rallye raid. 

Une fois arrivé, de belles surprises attendaient Maré. Pendant que le reste de l'équipe allait récupérer le camion, le sociétaire du Moto Club de Monaco en a profité pour se dégourdir les jambes en compagnie du kiné. De quoi lui permettre de découvrir "une ville sympa avec une atmosphère paisible, des gens très agréables, des rues propres." Un véritable plaisir. 

Bienvenue chez les grands

Le jour d'après, l'organisation commence. Rangements des affaires dans la remorque qui sert de dortoir, visite du paddock (enceinte réservée aux équipes). Une vraie prise de repères. Puis le lendemain, les premières vérifications commencent. "Nous avons effectués les contrôles administratifs et techniques. Cela a pris toute la journée, mais tout s'est bien déroulé. On voit clairement que tout est rôdé, étonnement bien pensé. On est vraiment chez les grands."

Img 1528

Tout le monde connaît l'engouement que suscite un tel événement. Et la ville de départ ne déroge pas à la règle. Maré a pu s'en apercevoir. "Le soir, en ramenant ma moto dans le parc fermé, j'ai pu découvrir l'effervescence que génère le Dakar. Le village qui s'est construit autour est impressionnant. Les gens sont passionnés, cela promet beaucoup d'émotion pour le départ de demain."  Nulle doute qu'elle sera au rendez-vous.

La pression monte

Le départ approche à grands pas. Le stress aussi. Même si Adrien confie se sentir plutôt bien, il admet "que la tension se ressent d'avantage." En attendant, on cogite, on s'imagine tous les scénarios possibles. Les bons comme les plus mauvais. Il faut tenter d'évacuer mais difficile de faire le vide. Une seule chose viendra vraiment le soulager, rouler. "L'attente se fait longue et j'ai hâte de plonger dans le vif du sujet."

Heureusement pour lui, il n'est pas seul. Les autres pilotes sont là, eux aussi. "L'ambiance dans l'équipe, ainsi qu'avec les autres pilotes, est très bonne." Une manière d'être dans les meilleures conditions pour débuter la course. "Ce soir,  briefing des pilotes. Demain, c'est le départ."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos