Maré dans la régularité

La 3ème étape du Dakar était crainte par beaucoup de sa difficulté. Adrien Maré, coureur de la Team Casteu Aventure a parfaitement su la gérer, améliorant sa place au classement.

Elle était annoncée comme l’une des spéciales les plus complexes du parcours, elle n’a pas déçu. 296 kilomètres de course et 208 km de liaison pour relier Pisco à San Juan de Marcona. Une route remplie de dunes immenses, passant également au cœur du canyon. Sa difficulté a provoqué trois nouveaux abandons dans la catégorie moto (pour plus d’une dizaine chez les autos). Certains favoris ont même perdu du temps précieux sur leurs principaux rivaux lors de cette journée.

Joan Barreda était le leader du général avant cette épreuve. Mais le pilote espagnol s’est complètement loupé. Il explique la raison de cette fin de course complètement ratée. "Je me suis perdu sur un way-point à la fin de la spéciale. J’ai dû faire 15 kilomètres en arrière pour me recaler sur way-point précédent, alors j’ai perdu beaucoup de temps." L’espagnol a dégringolé à la 14e place du général. Il pointe désormais à plus de 22 minutes du leader allemand. Un retard conséquent.

Une étape piège

51e. C’est la position à laquelle figure Adrien Maré au général de l’épreuve. Huit places de mieux que la veille. Il a fini l’épreuve à 1h00'07" du leader et vainqueur du jour, Sam Sunderland. (L’allemand lui, termine l’étape en 3h20’45”.) Une continuité qui ravit le patron de la Team Casteu Adventure. "Il fait vraiment une très belle course depuis le début. Il a une nouvelle fois été très bon lors de cette spéciale. La moto nous est ramenée en superbe état, et en plus avec le sourire. C’est un plaisir de travailler avec lui."

David Casteu ne se trompe pas, son pilote s’éclate vraiment. Toujours plus étonné par les paysages qu’il rencontre, le sociétaire du Moto Club de Monaco affirme être "très bien physiquement." Il sait que c’est un point primordial pour la suite de ce rallye-raid. "J’essaie de m'économiser un maximum car ce sera très long. Je ne veux pas faire d’erreurs alors je tente de progresser chaque jour. Dans ma prise de note, mon pilotage…" poursuit Adrien Maré. "Les étapes sont très techniques, il faut être vraiment précis tout en étant simple."

Un départ en ligne

La 4è étape de ce mardi sera très longue avec 330 kilomètres de spéciale. Elle est caractérisée par son départ semblable à celui d’un grand prix, en ligne. Des rangées de 15 motos se succédant sur la plage de San Juan de Marcona, prêtes à s’élancer. Les coureurs devront à nouveau affronter plus de 100 km de sable. Dans cette partie, ils iront à l’encontre de "dunes de toutes les tailles", comme l’indique le roadbook. 

Ces dunes qui, comme sur la 3e étape, vont éblouir le résident monégasque Adrien Maré. "Elles sont géantes ! Je n’ai jamais vu ça. Même dans les jeux-vidéos, on manque d’imagination. C’est quelque chose d’incroyable." Le top départ des motos sera donné à 8h30 heure locale. (13h30 heure française.) 

Pour voir tous les classements du Dakar 2018 : https://sport.francetvinfo.fr/dakar/classement

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   

Loeb/Elena, ils sont à l’affût !

Sebastien Loeb ne s’en cachait pas. Il est venu au Dakar 2018 pour le gagner. Et pourtant, ça avait mal commencé. Dès la première spéciale, lui et son copilote monégasque connaissent une perte de frein sur la voiture. Un incident qui leur fait perdre plus de 5 minutes au général. Depuis, la paire fait une course relativement propre. Avant l’étape de ce mardi, ils occupent la 4è place du classement à 10’11 de la paire Peterhansel/Cottret. Un retard relativement faisable quand on connaît la qualité du pilote, 9 fois champion du monde de rallye. Loeb ne veut “pas perdre trop de temps au Pérou” et compte bien sur les dernières spéciales de la course pour jouer son va-tout.