Les Gazelles sur le départ

Margot Picchioni et Gaëlle Pugliese partiront de Monaco demain (10 h 30) à bord de leur véhicule pour prendre part au Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc (15-30 mars).

Numéro : 198. Véhicule : Jeep Wrangler. Un 4x4 facilement reconnaissable avec ses couleurs flashy et des avatars façon bande-dessinée sur la carrosserie. Sur le toit, des prénoms et surnoms, ceux des personnes leur ayant filé un coup de main. Au volant, Margot Picchioni, 26 ans. A ses côtés, Gaëlle Pugliese, 25 ans. Toutes les deux sont infirmières au centre cardio-thoracique de Monaco. Et ont décidé de se lancer dans le Rallye Aïcha des Gazelles. Ensemble. 

Img 9798

Une idée un peu folle née il y a quelques mois, même si l'une des deux avait déjà en tête d'aller affronter les dunes. "Gaëlle voulait partir alors qu'elle était encore en école d'infirmière mais avait dû abandonner son projet", raconte Margot, alors que Gaëlle la rejoint. Présentes toutes les deux sur la ligne de départ, mais derrière les barrières, pour y encourager des participantes, les deux jeunes femmes se croisent. Et c'est la révélation. "En se voyant sur place, chacune pour encourager des équipages différents, on s'est dit "l'an prochain, on y va"", expliquent la blonde et la brune. 

Deux rallyes

Quelques mois passent. Les premières démarchent débutent. Puis arrive le moment des inscriptions. En septembre, la machine est lancée. Rien ne les arrêtera dans leur entreprise. Et tout s'accélère, avec notamment la nécessité de réunir le budget pour s'envoler au Maroc à bord de leur bolide. "Tout est devenu plus simple au niveau des démarches une fois qu'on a été inscrites mais ça a été un vrai rallye à mener avant d'attaquer le vrai, dès samedi",  précise Margot.  

Img 9802

D'autant que pour réunir la somme nécessaire (40 000 euros), les deux jeunes femmes n'ont pas chômé. "On a mis nos vies de côté pendant plusieurs mois, tous nos jours de repos étaient dédiés au rallye. On a monté des projets pour récolter ces fonds, on aussi organisé des événements. Ça n'a pas été simple, mais on a réussi le challenge", explique Gaëlle. 

Pétillantes, ces deux petits bouts de femme, "surtout moi", glisse Margot, rieuse, ont aussi dû en passer par une préparation plus spécifique pour le rallye.

Navigation

Sur place, ces deux demoiselles seront pour ainsi dire coupées du monde. Pas de téléphone (elles doivent le remettre aux organisateurs avant le départ), pas d'ordinateur (si ce n'est celui à disposition de l'ensemble des personnes présentes sur le rallye installé sur les bivouacs). On oublie la technologie donc, et on se repère à l'ancienne, sur une carte. Pour s'y faire, Margot et Gaëlle ont suivi un entraînement à Avignon début janvier . 

Img 9804

"C'était un stage de navigation de deux jours durant lequel on a appris à lire une carte, savoir lire les différents reliefs. On a aussi eu un exercice d'orientation en ville, où on devait se déplacer uniquement à l'aide de notre carte et de notre boussole", expliquent en cœur les deux amies.

Img 9799

Après la navigation en ville, place à la découverte des dunes. Début février, c'est un séjour au Maroc, à bord de leur véhicule de course, que les jeunes femmes ont réalisé. "Ce stage nous a permis de comprendre ce qu'étaient les dunes, le désensablement... Heureusement qu'on l'a fait sinon on aurait vite déchanté sur le rallye" précise Margot. 

Rouler pour la bonne cause

Si l'envie de se dépasser et de prendre part à un rallye uniquement féminin a indubitablement contribué à motiver ces deux jeunes femmes à se lancer, le principe même du Rallye Aïcha des Gazelles a forcément eu, lui aussi, une incidence sur leur choix. Et notamment sur l'association que Margot et Gaëlle ont décidé de représenter : le Monaco Collectif Humanitaire. 

Img 9797

"On travaille au centre cardio, où on opère les enfants qui viennent de plein de pays différents et  il était pour nous normal de représenter cette association, ça nous tenait à coeur, d'autant plus que c'est notre boulot et notre quotidien", expliquent-elles.

Img 9801

A la veille du départ (la course débute le 15 et se termine le 30 mars), les deux infirmières semblent détendues, mais impatientes. Et lorsque l'on évoque leurs objectifs, Gaëlle et Margot sont bien d'accord. La priorité est de "finir le rallye et si possible ne pas se perdre (rires). On veut surtout aller au bout et s'éclater à fond, faire de belles rencontres et rendre fiers tous les gens qui nous ont aidé, parce qu'on a reçu tellement d'aide qu'on veut réellement les rendre fiers et revenir avec pleins de beaux souvenirs." C'est tout le mal qu'on souhaite aux Gazelles du Dez'Heart

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos