S.E. Mme Yvette LAMBIN-BERTI Secrétaire Général du Comité  Olympique Monégasque

Quels enseignements tirez-vousde cette 23ème édition des Jeux Olympiques d’hiver ?

 Dans le contexte particulièrement tendu de la péninsule coréenne, nous ne pouvons que nous réjouir de la réussite de la stratégie menée par le CIO qui a abouti à la participation de la Corée du Nord. Ceci démontre l’importance grandissante de la diplomatie sportive dans l’échiquier mondial et la façon remarquable dont le Président du CIO a su gérer les choses. En parallèle, les décisions rendues par l’Agence Mondiale Antidopage témoignent de l’autonomie des institutions internationales et de l’attention accrue portée sur la bonne gouvernance et le respect des règles édictées. La lutte contre le dopage est un combat de tous les instants qui nécessite l’adhésion de l’ensemble des parties impliquées. C’est la condition sine qua none qui donnera des résultats convaincants, remettant les athlètes propres et honnêtes au cœur du sport. Avec le concours du Comité Monégasque Antidopage, la Principauté de Monaco apporte également sa contribution à la lutte internationale.

Img 5168

Quel est le bilande la participation monégasque ?

S’agissant des 4 athlètes en lice, le Comité Olympique Monégasque se félicite du bon comportement de ses sportifs. Alexandra Coletti, Olivier Jenot, Rudy Rinaldi et Boris Vain ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Par leur participation, ils sont un exemple pour les autres, plus jeunes, qui rêvent également d’olympisme. Cette transmission, au-delà d’un simple passage d’expérience, démontre l’importance de leur rôle : véritables ambassadeurs d’exemplarité, de travail, de discipline et de solidarité. Nous sommes satisfaits de leurs résultats et de leurs performances. Monaco se classe en milieu de tableau ce qui est plus qu’honorable quand nous mettons tous les paramètres en perspective, n’oublions pas que la confrontation olympique met en opposition des individus exceptionnels.

Quelles perspectives pour le futur ?

 La lutte peut paraître disproportionnée, toutefois le combat n’est pas perdu.En effet, Monaco offre déjà de nombreux accompagnements à ses sportifs de haut niveau, mais seul un travail coordonné et un effort commun permettront d’atteindre des résultats supérieurs. Il est de la responsabilité de tous les acteurs de la chaîne sportive de se mobiliser vers le but partagé et affiché : "la performance". Entourage familial, premier éducateur de club, entraîneur fédéral, Président de Fédération, Comité Olympique Monégasque, acteurs institutionnels : tous doivent travailler en confiance et en parfaite synergie. 
Cette préparation passe par un travail d’évaluation, de détection et d’entraînement qui repose sur une organisation rigoureuse et programmée. Les vertus du sport ne sont plus à présenter.  La communauté internationale reconnaît pleinement son rôle incontournable, tant en matière d’éducation, de santé que de progrès social. Impulser et promouvoir une politique ambitieuse de sport à haut niveau, c’est inscrire toute une population dans une filière d’excellence. Telle est l’opportunité qui s’ouvre à nous pour le futur et que nous devons saisir. Dans cette lignée, la perspective de Paris 2024 représente incontestablement une échéance particulière. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :