Au pays du matin calme

"Prendre ma revanche sur Sotchi"

Alexandra Coletti sera la doyenne du groupe de sportifs monégasques à Pyeongchang. A 34 ans, elle va participer à ses 4e Jeux d'hiver. Avec l'envie de prendre sa revanche sur Sotchi, il y a 4 ans, et faire mieux que ce qu'elle avait réalisé à Vancouver en 2010, sa meilleure performance olympique à ce jour.

Elle envisageait de revenir sur la scène olympique si son corps tenait le choc. Et il a tenu bon. La Monégasque Alexandra Coletti sera donc au start des JO pour la 4e fois consécutive. Après la découverte à Turin (2006), la confirmation à Vancouver (2010) et le terrible souvenir de Sotchi (2014), c'est donc à Pyeongchang que la skieuse va tourner la page de l'olympisme. Car ce seront vraisemblablement ses 4es et derniers JO, comme elle nous l'a confié quelques jours avant son envol vers la Corée du sud. 

"Au départ, je m'étais dit que je faisais les Jeux et que je verrais ensuite, mais avec les Championnats du Monde l'année prochaine, j'aimerais faire tirer encore un peu." Une, voire deux saisons, c'est ce qu'elle semble envisager. De quoi lui permettre de finir une carrière déjà longue sur deux grandes compétitions. Mais ce n'est pas pour autant que la descendeuse se montre moins ambitieuse à l'approche de la cérémonie d’ouverture.

L'impasse avant le portillon

Avec une préparation forcément axée sur cette échéance, Alexandra Coletti a eu le temps de mettre en place sa saison tranquillement. D'autant que son corps l'a laissée en paix. Malgré quelques douleurs récurrentes sur certaines articulations, liées aux multiples opérations qu'elle a subi suite à ses blessures, elle a tout de même pu se préparer dans de bonnes conditions. Et ce, même si elle n'a pas toujours approuvé les choix de son coach et que les résultats n'ont pas forcément été au rendez-vous. 

"L'été s'est super bien passé, sans aucun pépin physique. J'ai fait ma préparation physique de mon côté puis j'ai rejoint l'équipe italienne, avec qui j'ai un accord, à partir du mois d'août. C'est intéressant parce que ça me permet de me jauger par rapport à un très bon groupe. On a organisé toute la saison avec pour but d'arriver dans une forme optimale à Pyeongchang. Les entraîneurs sont focalisés là-dessus. On a fait l'impasse sur St-Moritz en fin d'année, même si je n'étais pas forcément d'accord", confie la skieuse. Mais comme elle le sait, la saison est longue et les opportunités de course nombreuses. 

"Faire mieux qu'à Vancouver"

Focalisée sur les descentes qu'elle avait au programme de sa saison avant les JO, Alexandra confiait ne pas trop y penser à l'avance. "Je suis bien, je me sens tranquille. J'ai encore des courses avant d'y aller, donc je pense surtout à ça." Avec plusieurs rendez-vous au mois de janvier, "pour faire baisser le numéro de dossard", et bénéficier ainsi d'une piste en meilleur état aux Jeux, la jeune femme s'avance avec ambition vers Pyeongchang. "Mes meilleurs JO étaient à Vancouver et j'espère faire mieux que ce que j'avais réalisé là-bas", confie-t-elle. 

A l'époque, elle avait signé une 24e place en descente, une 19e en super combiné et avait terminé 25e en super-G. En réussissant à atteindre ses objectifs cette année, la skieuse pourrait ainsi prendre une belle revanche sur Sotchi dont elle était repartie avec un pied fracturé. "Sotchi a été un vrai flop pour moi parce que j'attendais beaucoup de ces Jeux. En super combiné, sur la descente je tombe à la quatrième porte, et le jour de la descente je chute et me massacre un pied. Ce sont mes 4es JO, c'est toujours une grande émotion, mais j'arrive avec plus d'expérience. Je veux prendre ma revanche."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :