Olympiens

Ils racontent leurs Jeux

Bastien Perrault

L'entraîneur de Brice Etes vivait sa première expérience sur des Jeux Olympiques. "Un championnat du monde, en athlétisme, c'est assez proche des Jeux, mais là, la dimension est tout autre avec les autres sports et une médiatisation bien plus importante." Pour cet homme qui aime apprendre, les Jeux ont été "une expérience, j'en ai profité pour vivre les choses avec Brice, s'enrichir sur l'approche d'un évènement, observer un peu les autres, voir comment ils travaillent, mais aussi sur l'évènement en lui-même, la logistique, ce sont des choses intéressantes en terme d'apprentissage et de vécu. Au village il y avait tout ce qu'il fallait, on pouvait manger ce qu'on voulait à l'heure qu'on voulait, il y avait des espaces détente. Vivre dans un grand village, comme ça, en communauté, c'est top. C'est une des choses remarquables aux Jeux, d'autant qu'on côtoie des stars. Quand on fait la queue à la laverie et qu'on attend son linge derrière Tony Parker, ça fait toujours bizarre, mais c'est aussi sympa de voir qu'ils sont contents d'être là, pour nous c'est valorisant. C'est une expérience exceptionnelle. D'un point de vue de l'approche d'un grand évènement, on apprend beaucoup. Comme tout est exacerbé, ce n'est pas la même intensité. L'échange avec les autres, le brassage multiculturel. Avoir pu échanger avec d'autres sports, les discussions avec Marcel et Thierry. On avait une équipe très fédérée." 

Brice Etes

Il avait à cœur de bien figurer et de profiter un maximum de cette dernière Olympiade, lui qui va progressivement se retirer du circuit. Soulagé après avoir réussi à courir jusqu'au bout une course qu'il aurait pu ne pas finir en raison de son tendon douloureux, le coureur de demi-fond a apprécié cette nouvelle étape de sa carrière. "C'était mieux qu'il y a quatre ans même si je n'étais pas au niveau que je pouvais espérer, mais j'ai tout de même pris du plaisir à participer à ces Jeux. J'étais heureux d'y être, heureux d'être avec la délégation. Pour la cérémonie d'ouverture (il a remplacé Yann Siccardi), je l'ai appris quelques temps avant, ça m'a beaucoup surpris mais ça a été un honneur." Si sa première partie de séjour a surtout ressemblé à un stage, comme il l'a évoqué, "ce qui change c'est dans le village. On voit d'autres athlètes d'autres sports, on apprend à se connaître, on voit des célébrités qu'on ne voit habituellement que sur des stades. Et dans les stades justement, il y a plus de monde que d'habitude, d'autant que le Brésil est un pays du sud qui aime faire la fête et qui aime supporter." Et cette vie dans le village olympique, Brice semble l'avoir appréciée. "C'était top, à la sudiste, on allait manger au self, on mettait les pieds sous la table, ça fait du bien de n'avoir rien à faire, ne penser à rien pour se concentrer et faire du mieux qu'on peut. On a cette proximité avec tout le monde, les grands comme les autres et c'est cette proximité, ces échanges qui vont me manquer quand je vais arrêter." Pour autant, les souvenirs de Brice sur ces Jeux, au-delà de la "vue du Pain de Sucre et le surf, parce qu'on a bien rigolé", sont des moments vécus grâce à ses copains monégasques. "Le combat de Yann même s'il a été malheureux, j'ai été assez impressionné de la détermination dont il a fait preuve. Kevin aussi m'a régalé, je ne connaissais pas vraiment la gym et là j'ai suivi un tour complet grâce à lui et ça m'a plu, c'est intéressant de voir des choses qu'on est incapables de faire."


Publié le

Page 3/3

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos