Lisa Caussin-Battaglia espère vite rebondir

Après un début de saison difficile, la Monégasque aborde avec sérénité les deux dernières manches des Championnats du monde de jet-ski, qui auront lieu aux Emirats Arabes Unis en novembre et en décembre.

Les vacances étaient bienvenues pour Lisa Caussin-Battaglia. Son début de saison coïncidait avec la fin de l'année scolaire et la jet-skieuse monégasque a dû passer son concours pour le Master 2 de philosophie alors que la première manche des Championnats du monde approchait. "Je devais aussi valider ma licence STAPS en rattrapant 3 années en une seule, j'étais très fatiguée mentalement et physiquement. Ça m'a pris beaucoup d'énergie", déplore-t-elle. 

Dsc 4799

Un manque de peps qui l'a empêché de bien figurer dans les deux premières épreuves en Italie (Gallipoli fin mai et Olbia début juin). En terminant 8e (sur 13) et 10e des deux étapes italiennes, Lisa Caussin-Battaglia a perdu de précieux points, mais a tout fait  pour s'accrocher : "je n'ai pas pu m'entraîner avant le début de la compétition car j'avais peu de temps alors que les autres filles avaient déjà participé à plusieurs courses dans leur pays."

Bon espoir aux E.A.U

Maintenant que l'année scolaire est terminée, la Monégasque peut se concentrer exclusivement sur la saison de jet-ski. Mais il faut combler le temps jusqu'à la prochaine épreuve qui aura lieu à Dubaï (Emirats Arabes Unis) le week-end du 17 novembre. "Il y aura peut-être un concours en Chine en septembre, mais nous n'en savons rien car les organisateurs changent souvent les dates au dernier moment. 

En attendant, j'ai plus de temps pour me reposer, recharger les batteries. Evidemment, je continue de m'entraîner. J'essaie de sortir tous les jours, seule ou avec mon entraîneur (Michel Torre) lorsqu'il a le temps. En parallèle, j'effectue un travail physique avec de la musculation", explique la jet-skieuse.

Dsc 4705

Cette dernière reste confiante pour les deux dernières manches, où elle avait brillé l'an passé (4e place à Sharjah). Elle apprécie et maîtrise ce parcours alors que la majorité des autres concurrentes le craint car "il y a souvent beaucoup de vagues." Mais Lisa Caussin-Battaglia ne cesse de le répéter, il peut se passer tellement de choses dans un circuit qu'il faut toujours rester vigilant. 

"Depuis la sortie d'un nouveau jet, le niveau est assez homogène et les étapes deviennent plus intéressantes. Lors des deux manches en Italie, ce sont des filles qui n'ayant jamais gagné qui ont triomphé. La double tenante du titre (Emma-Nellie Ortendahl), vainqueure de toutes les courses l'an passé est en nette baisse de régime." 

Se battre pour rester dans le Top 10 mondial

Actuellement 11e des Championnats du monde avec 26 unités, Lisa Caussin-Battaglia espère faire aussi bien que l'an passé (8e), surtout qu'elle s'est battue pour valider sa 3e participation en autant d'éditions. En étant 11e au classement mondial (World Ranking) à la fin de la saison 2017, sa présence pour cette 3e année était fortement compromise (il faut terminer dans le Top 10 du World Ranking pour avoir un contrat automatique qui assure une participation aux Championnats du monde).

 "Je n'avais plus de contrat automatique. Les points que j'avais accumulés lors des Championnats de France n'avaient pas été comptabilisés car ce n'était pas la même catégorie de course (GP1 pour les Mondiaux et GP3 en France). J'ai dû envoyer une demande pour espérer rester, et cela avait fonctionné", se souvient la jet-skieuse.  

Dsc 4746

Les deux dernières virées seront capitales pour continuer à concourir en Championnats du monde la saison prochaine, "surtout que les filles accumulent les points avec leurs compétitions nationales alors que moi non." Des adversaires qui ont aussi plus d'épreuves dans les bras, alors que la licenciée du Roca Jet Club se limite aux 4 manches mondiales. 

Par manque de temps et de moyens, il était impossible de participer aux Championnats d'Europe qui se déroulaient au Portugal le week-end dernier : "Mon entraîneur est un bénévole du club, donc il est très occupé à l'extérieur. Il n'a pas pu avoir de congés pour qu'on parte au Portugal."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos