Le plus vieux club de la Principauté célèbre ses 130 ans

En juin 1888 naissait la Société des Régates, la plus ancienne association sportive de la Principauté. Aujourd'hui, ses héritiers, la Société Nautique (SNM) et le Yacht Club, continuent de perpétuer la tradition, toujours avec la même passion.

Le ponton de la Société Nautique avait revêtu ses habits de fête le 29 juin. Embarcations et avirons avaient laissé place à une belle tablée, éclairée par quelques lampions et la lumière du "Paquebot" voisin. Le cadre parfait pour accueillir le Prince Albert II et une quarantaine d'invités, réunis pour commémorer l'anniversaire de la Société des Régates, l'ancêtre de la Société Nautique et du Yacht Club, dont le Souverain est respectivement président d'honneur et président. 

Mcc 0057

"Le Prince a tenu à ce que l'on commémore cette date parce que lui aussi est très attaché à l'aviron. Il souhaite perpétuer les traditions, qu'on entretienne cette mémoire", souligne Jean-Marc Giraldi, le président du club monégasque d’aviron, pour qui cette célébration est "aussi un devoir de mémoire. On ne doit jamais oublier d'où l'on vient et c'est important de rappeler à nos jeunes générations qu'un jour de juin 1888, des hommes et des femmes se sont regroupés pour créer une association. La première en Principauté, qui rassemblait l'aviron, bien sûr, la voile, les manifestations populaires, mais aussi l'escrime et le pistolet", explique  celui qui a fait ses premiers pas au club en 1973, avant d'en prendre la tête en janvier 2017.

Sur le même "Paquebot"

Sur le ponton ce 29 juin, on retrouvait aussi bien des membres du Yacht Club que de la Société Nautique. Tout un symbole pour ces deux clubs séparés pendant des décennies par le Port Hercule (le premier était établi Quai Antoine Ier, le deuxième Quai des États-Unis), avant de se voir enfin réunis en 2014 dans le nouveau bâtiment Quai ­Louis-II. Car il ne faut pas oublier que ces deux "cousins" sont des émanations d'une seule et unique entité : la Société des Régates. La toute première association sportive de la Principauté, née pour répondre à l'essor fulgurant du tourisme, à une époque où les grandes régates de voile et les compétitions d’aviron connaissaient également leurs premières heures de gloire. 

Aviron149

D'ailleurs, le succès ne s'est pas fait attendre, puisqu'elle comptait plus de 200 membres dès 1899. Sous son impulsion, le port Hercule est ainsi devenu le témoin privilégié et un acteur de l’histoire du yachting et du rowing. Ce n'est qu'après la Deuxième Guerre Mondiale que la partie voile prend le large pour devenir la compétence exclusive du Yacht Club de Monaco, créé en 1953 par le Prince Rainier III pour promouvoir le développement du yachting. La Société des Régates se recentre alors sur l'aviron avant, trois ans plus tard, de changer de nom pour devenir la Société Nautique. C'est alors le début d'une nouvelle histoire, qui sera marquée par l'essor d'une jeune génération de rameurs, parmi lesquels Gilbert Vivaldi, président de la SNM de 2002 à 2015, que l'on retrouve sur le palmarès du club dès 1963, Henri Doria, Ange Fasciolo, Jean-Louis Antognelli, le père de Quentin, qui représente aujourd'hui les couleurs de la Principauté à l'international, Roland Weill, et bien d'autres encore.

"Montrer le chemin"

Au fil des décennies, le club de la Principauté a connu toutes les évolutions de son sport. L'évolution technique de ses embarcations, le déclin de l'aviron de mer puis son renouveau, le développement de la discipline en rivière… De son côté aussi la SNM a connu quelques bouleversements. Fin des années 60, la création du lac artificiel de Saint-Cassien (Var) lui offre son deuxième terrain de jeu, idéal pour l'entraînement de ses compétiteurs. Peu de temps après naissait également l'école d'aviron, qui continue aujourd'hui d'initier chaque génération de jeunes collégiens monégasques à cette discipline exigeante et d'en repérer les futurs espoirs. Depuis le déménagement dans ses nouveaux locaux, plus spacieux et plus modernes, la Société Nautique connaît une nouvelle jeunesse. 

Aviron Monaco 18

De la formation des jeunes à l'encadrement des loisirs, en passant par son groupe compétition, qui brille régulièrement sur la scène nationale et internationale, elle n'oublie pas ses racines. Mais elle compte bien également profiter de ce nouvel écrin pour se positionner comme l'une des places fortes de l'aviron mondial. Outre le Challenge Prince Albert II qui réunit chaque année depuis 2004 l'élite européenne de la discipline, la Principauté a accueilli en 2016 les championnats du monde d'aviron de mer. Et les projets ne manquent pas non plus. Toujours dans la continuité "du travail commencé il y a 130 ans, précise le président, avec le même objectif d'encourager ce sport en y mettant la passion et l'amour de l'enseignement, et de montrer le chemin aux gamins…". La nouvelle génération de rameurs monégasques est entre de bonnes mains !

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos