Lisa Pou remporte sa place pour les Monde

Juste avant de s'envoler pour les Jeux des Petits Etats d'Europe, la nageuse de l'AS Monaco natation est devenue championne de France sur le 25 km dames. Se qualifiant ainsi pour les championnats du monde qui se dérouleront à Gwangju, en Corée du Sud en juillet.

Infatigable !  Partie avec la délégation de Michel Pou aux XVIIIe Jeux des Petits Etats d'Europe au Monténégro, Lisa Pou a brillé par ses cinq médailles (deux d'argent au 400 m quatre nages et une en relais 4x200 NL, plus trois de bronze : 200  m dos, 800 m nage libre et  400 m nage libre). Une magnifique performance quand on pense qu'à la veille de ce rendez-vous tant attendu des sportifs de la Principauté, la nageuse était au lac du Causse à Brive (Corrèze) pour les championnats de France en eau libre. Un week-end au cours duquel elle a décroché le titre de championne de France sur le 25 km, mais aussi sa qualification pour les Monde qui se dérouleront en juillet à Gwangju, en Corée du Sud. Une belle récompense pour la jeune femme qui s'est spécialisée depuis quelques années en eau libre et dans les longues distances. Et ce, même si ce n'est pas la course sur laquelle elle espérait initialement se qualifier. 

Car Lisa le savait, se qualifier pour les championnats du monde sur le 10 km s'annonçait ardu. En cause, une distance sur laquelle la concurrence est rude (Lara Grangeon, Océane Cassignol  ou encore Aurélie Mueller), des critères de sélection restrictifs (finir dans les 10 premiers en coupe du monde à Doha) et un nombre de place limitées (maximum 2). Malheureusement, malgré une belle 16e place, la licenciée monégasque voit son parcours s'arrêter net en novembre dans le Golfe persique. "J’ai eu une phase compliqué en décembre dernier et janvier, peut-être une perte d’objectif, l’envie n’y était plus. Mais j’ai reçu pas mal d’aide de mon entourage qui m’a bien épaulée pour surmonter cette petite phase difficile. Les jeunes de mon groupe m’ont également aidée", raconte la nageuse de l'AS Monaco.

Mais la jeune femme a su rapidement rebondir, encouragée par un tout nouvel objectif. "Lorsque j’ai appris que j’avais la possibilité de me qualifier sur le 25 aux championnats du Monde, ça m’a vraiment donné un coup de pouce", souligne la jeune femme. "J'étais motivée à l’idée de devoir m’entraîner pour cette distance aux côtés d’Axel Reymond et de sa coach Magali Merino. Je sais que j’ai besoin de nager pour acquérir la caisse nécessaire afin de tenir le 25. Et les entraînements de Magali sont adaptés pour cela, Axel étant spécialiste du 25! Je savais que ça allait être dur mais c’est ce dont j’avais besoin au fond de moi."

5 heures 37 de course

A Brive, la jeune femme a ainsi du composer avec les éléments. Et notamment une eau à 21 degrés. "Ma course s’est relativement bien passé, malgré une température assez froide pour une durée d’effort qui varie entre 5h30 et 6h. Forcément le début de course a été quelque peu difficile de ce côté là, même une grande partie de la course , puisque j’ai eu froid jusqu’au 12 bornes à peu près. Le problème c’est que jusque là, le soleil n’avait pas fait son apparition et il était compliqué pour nous de nous réchauffer. D’autant plus que sur un 25 km il faut savoir gérer l’effort, je ne pouvais pas accélérer d’un coup et gaspiller trop d’énergie pour me réchauffer. Mais ça a été intéressant d’écouter mon corps et de maîtriser un peu tous ces paramètres", raconte la nageuse qui, pour gagner sa qualification aux Monde, devait obligatoirement finir au maximum 25 minutes après l’arrivée du premier nageur homme.

Mission accomplie pour l'asémiste, puisqu'elle franchira la ligne d'arrivée avec, au compteur, un peu plus que 14 minutes d'écart avec son homologue masculin et 5 minutes d'avance sur sa dauphine. Prochaine étape, Millau où Lisa partira ce week-end avec Axel Reymond et Magali Merino pour un dernier stage de préparation aux championnats du monde qui se dérouleront du 13 au 20 juillet à Gwanju (Corée du Sud). 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :