Lisa Pou brille aux championnats d'Europe juniors en eau libre

Après une année difficile, où elle a alterné entre son année de terminale et son programme d'entraînement, le jeune asémiste vient de s'illustrer aux championnats d'Europe junior.

C'est l'aboutissement d'une année difficile. Après avoir brillamment obtenu son bac le mois dernier, Lisa Pou clôture sa saison en ayant atteint ses objectifs sportifs : une médaille aux championnats d'Europe en eau libre, qui se sont déroulés à Marseille du 4 au 6 août dernier. Et ce n'est pas avec une seule breloque, mais avec deux que la jeune asémiste est revenue puisqu'elle décroche en individuel la médaille de bronze et celle d'or au relai où elle était engagée avec l'équipe de France.

Objectif atteint

Si elle est loin d'être une novice sur la distance, c'était la première fois que Lisa nageait un 10 km aux Européennes, la distance pour sa catégorie d'âge. 

Bien engagée dès le départ, elle s'impose très vite dans le quatuor de tête. "Elle a essayé a deux-trois reprises de créer la décision en essayant de s'échapper, mais cela n'a pas fonctionné", souligne Michel Pou, son papa-entraîneur. "Elles sont finalement quatre à faire la décision à 1000m de l'arrivée. Cela se termine en 2 groupes de 2". Alors que la future championne et sa vice-championne prennent une trajectoire séparée - une stratégie qui s'avérera payante - Lisa parvient à distancer sa concurrente qui la talonne et à rattraper le duo de tête. Il ne lui manquera au final que deux petits dixièmes de seconde a l'arrivée pour prendre la médaille d'argent.

Si le résultat est à la hauteur de ses espoirs et de son investissement, cette course s'est avérée d'autant plus capitale pour l'asémiste qu'elle a réussi passer un cap important. "Sur le 10 km j'avais vraiment une course précise à faire, je devais être actrice de la course. En général, je nageais plutôt seule. Et là, j'ai su mettre le paquet et nager à côté de filles... ce que je n'aurais pas osé faire avant", explique Lisa Pou. "Pendant la course je me suis dit : tiens il y a quelque chose qui a changé. Et même s'il n'y avait pas eu de médailles, ça aurait été très positif".

"Ce 10 km, c'est la première course où elle accepte d'appliquer les consignes tactiques et elle arrive à nager avec le paquet, devant", confirme, satisfait, son entraîneur. "Elle a fait toute la course en 2e ou en 3e position, elle était tout le temps à l'avant de la course et a été récompensée". 

"Trouver les armes"

La nageuse s'est également illustrée par sa course en relai mixte. "C'était franchement cool, même niveau émotions. D'autant plus que c'est vraiment difficile parce que cette course, c'est à la fois de l'endurance et de la vitesse". Et de la pression également, parce qu'il faut être tenir sa place au sein du collectif. 

"Elle a fait plus que son travail, elle a fait un relai remarquable", souligne Michel Pou. "Elle prend la main en deuxième position, derrière une Italienne. Et elle la rend en deuxième position. Elle remonte l'Italienne mais se fait doubler par un Hongrois. Son coéquipier, qui est champion d'Europe, prend le dernier relai avec un Allemand aux fesses et en point de mire une jeune Hongroise. La course était à ce moment décantée, il lui suffisait de conclure. Et au bout de 400 mètres, il avait déjà rattrapé son retard et il s'impose finalement avec 45 secondes d'avance sur l'Allemagne et une minute sur la Hongroise"

Aujourd'hui, la jeune femme prend des repos bien mérités. Mais d'ores et déjà, les objectifs pour la saison prochaine sont clairs. A moins d'un an de son passage dans la catégorie séniors, elle devra "trouver les armes pour pouvoir s'illustrer correctement et jouer sur la course", explique Michel Pou. "C'est une année charnière avec comme objectif des championnats du monde et junior". Le tout en menant en parallèle une licence de psychologie. Encore un programme qui s'annonce chargé pour l'asémiste!

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos
Photo_thumb_img_6786

L'ASM sur tous les fronts

Lisa n'était pas la seule à avoir un été chargé. Quatre nageurs de la Principauté ont également participé aux Mondiaux de Budapest fin juillet : les Monégasques Claudia Verdino et Théo Chiabaut, Oumar Touré pour le Mali et Abdoul Niane, en invité surprise. "La Fédération du Sénégal l'a appelé au dernier moment parce que son nageur a eu un problème de visa et que c'était important pour le pays d'être représenté". En année sabbatique, le nageur qui avait participé au JO l'an dernière a fait un très bon 50m nage libre en 23'96, son meilleur temps de l'année. "Cela l'a remotivé, il reprendra à la rentrée" souligne Michel Pou. Malgré une longue saison, un peu handicapée par quelques pépins physiques pour Claudia début juillet, les Monégasques ont fait de belles courses, montrant d'ailleurs leur meilleur niveau de l'année. C'est un "bilan intéressant" pour Michel Pou, qui s'est montré tout aussi satisfait des prestations de la dizaine de jeunes engagés dans les championnats de France minimes.
"Le bilan extrêmement positif pour ce groupe dynamique qui avait envie. Ils ont été présents cette fin juillet", souligne leur entraîneur, d'autant plus satisfait que son groupe termine troisième du classement élite des club, grâce à une vingtaine de places en finale. Au total, les asémistes rapportent donc six médailles dont le titre de champion de France en relai 4x 100 quatre nages avec Alessandro Rebaudo, Marcus Sainton, Adib Khalil et Yohan Nicolas. Du côté des filles, Diane-Grace Constantini et Tifenn Bertaux se sont également illustrées avec plusieurs places en finales.