Dossier

L'OGC Nice HB prêt à changer de dimension

Hier soir, l'OGC Nice handball a effectué sa présentation officielle dans les locaux de Nice-Matin. Maintenues de justesse en LFH, les Azuréennes repartiront avec un groupe largement renforcé et des objectifs forcément plus ambitieux.

Deux fois d'affilée, l'OGC Nice HB a été au bord du gouffre, obligé d'en passer par d'angoissants play-down pour sauver sa peau parmi l'élite française en LFH (Ligue féminine de handball).

Après avoir grimpé tous les échelons au pas de course (en l'espace de cinq ans, le club était passé de la N3, la cinquième division, à la LFH), Nice a été contraint de s'asseoir au fond de la classe. Une place que le président Ange Ferracci et son staff espèrent quitter très rapidement.

"Nous nous attachons à consolider les fondations de ce beau projet. Nous avons connu les affres des play-downs et nous nous en sommes sortis grâce au courage des filles. Maintenant, nous abordons une saison charnière, placée sous le signe du défi", a lancé le président.

Des recrues de premier plan

Des intentions que l'on peut juger sérieuses au vu de la campagne de recrutement opérée durant l'intersaison. Le coach, Sébastien Gardillou, n'a pas hésité à aller ferrer de "gros poissons" pour renforcer son groupe. 

Une fois son maintien en poche, l'OGC Nice HB avait annoncé l'arrivée de trois nouvelles joueuses : la gardienne des Bleues, Cléopâtre Darleux, la meilleure buteuse et passeuse du championnat, Alexandra Lacrabère (arrière droite), ainsi que la championne du monde brésilienne Samira Rocha (ailière gauche ou pivot).

Img 8987
(Alexandra Lacrabère et Cléopâtre Darleux)

Durant l'été, l'effectif s'est encore enrichi avec les signatures de Béatrice Edwige, considérée comme l'une des meilleures spécialistes de la défense en LNH, de la demi-centre internationale islandaise Karen Knútsdóttir, et de la gardienne Fanny Chatellet.

Un top 5 et un beau parcours en Coupe visés

Autant dire que les rouge et noir seront attendues au tournant, elles qui ont notamment conservé la vice-championne du monde serbe Biljana Bandelier-Filipovic (arrière gauche), les Espagnoles Beatriz Escribano (demi-centre) et Elizabet Chavez (pivot), ainsi que les Françaises Laurine Daquin (arrière droite), Maëva Guillerme (ailière gauche), Manon Le Bihan (ailière droite) et Marion Arrighino (pivot), cette dernière ayant la particularité d'avoir participé à trois montées avec Nice.

Du côté des dirigeants, on n'a de toute manière pas l'intention de se cacher. Devant une centaine d'invités, partenaires et élus, Ange Ferracci a déclaré qu'il estimait son équipe "armée pour obtenir une place dans le top 5, tout en effectuant un beau parcours en Coupe".

Img 8885
(Ange Ferracci et Sébastien Gardillou)

Une ambition partagée par le maire de Nice, Christian Estrosi, qui a voulu affirmer une nouvelle fois son soutien au projet porté par Ange Ferracci et Gilbert Stellardo. "Je veux que le handball soit une locomotive pour le sport à Nice et je ferai tout ce que je pourrai pour qu’il puisse occuper la belle place qui doit être la sienne."

Subventionné à hauteur de 600 000 euros par la Ville, le club a bénéficié d'une rallonge de 120 000 euros durant l'été. 


L'OGC Nice HB ouvre son centre de formation

Lors de son discours,  Sébastien Gardillou s'est félicité de la création d'un centre de formation. "Nous avons obtenu l'agrément du ministère de la Jeunesse et des Sports ainsi que l'homologation de la Fédération française de handball. C'est mon adjoint, Emmanuel Dott, qui va prendre en charge cette structure".

Img 8887

Mélanie Lecut, Manon Colombier, Dienaba Sy, Aissatou Kouyate, Justine Martel  et Manon Sol sont les six premières joueuses à être intégrées à cette structure.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos