L'AS Monaco handball s'est fait peur

Pour sa première sortie de l'année en championnat, le groupe, coaché par Xavier Mangematin, est passé près de l'accident. Mais les asémistes ont su relever la tête en deuxième mi-temps pour s'imposer 30-27 devant Montélimar.

Le public était présent, les petit-fours au frais pour l'après-match, et les recrues toutes titulaires au coup d'envoi. Tout était donc réuni pour que la reprise du championnat de Nationale 2 soit belle à l'espace Saint-Antoine. Mais quelque chose a cloché, tout du moins en première mi-temps.

Img 2837

"On s'est peut-être mis un peu trop de pression, on avait trop d'envie de bien faire, on a joué avec le frein à main toute la première mi-temps, avec pas mal d'échec au tir. On se retrouve derrière et ça nous a fait cogiter mais on a su trouver les ressources mentales pour refaire surface", analysait après-match Benjamin Dumas, le capitaine des Rouge et Blanc.

Un bon résumé du premier acte où rien ne fonctionnait. A l'image d'un Sébastien Plaquin qui n'arrivait pas à trouver la faille au tir, les Monégasques n'ont jamais réussi à prendre la mesure de leur adversaire sur les 30 premières minutes de la rencontre.

Img 2791

"J'ai trouvé assez cohérent ce qu'on pouvait faire mais on n'arrivait pas à finaliser. En face, on avait une équipe qui jouait crânement sa chance et savait pourquoi elle était venue. Ils nous ont imposé un faux rythme dans lequel on s'est laissé tomber", analysait de son côté Xavier Mangematin.

Le réveil des troupes

La deuxième mi-temps a été sensiblement différente. Car si les Montelliens sont repartis sur les mêmes bases, les monégasques leur laissant trop d'espace derrière, la donne a fini par changer au même moment où les visiteurs ont commencé à plonger physiquement.

Dsc 0388

"La deuxième mi-temps a été bien meilleure, défensivement on s'est resserré, on a eu des ballons grattés, on a eu des arrêts, on a réussi à monter des ballons, choses qu'on avait pas en première mi-temps", expliquait Martin Cottarre, auteur de 6 buts.

Comme un symbole, c'est Sébastien Plaquin qui a permis à son groupe de respirer en scorant le 27e but des siens. Un but qui permettait à l'AS Monaco de prendre les devants pour la première fois de la partie à la 55e minute. Et qui faisait suite à un arrêt de Breemrersch, qui effectuait alors un récital et dégoutait les Jaune et Noir.

Img 2836

"En deuxième mi-temps, on a remis du rythme et ça nous a permis de recoller. Je suis agréablement surpris de l'état d'esprit qu'on a affiché, parce qu'à -7,-8, à un moment, on fait l'inverse de ce qu'on s'est dit à la mi-temps. On a le mérite d'y avoir cru, d'avoir eu cette révolte tardive. Ça peut être une victoire fondatrice. L'important était de gagner, peu importe la manière", concluait le coach après la partie remportée 30-27.

Ce week-end, c'est à Nîmes que les coéquipiers de Sébastien Plaquin iront jouer. Pas une mince affaire face à l'un des 4 centres de formation que compte la poule 6 de Nationale 2.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos